• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Biden approuve le projet de loi qui comprend le financement du bureau des OVNIS


Traduit par le MUFON France, écrit par Christopher Sharp de Liberation Times (photo: Getty Images)


Le président Joe Biden a signé le projet de loi omnibus qui finance les dépenses fédérales pour le reste de l'année fiscale en cours, qui comprend les fonds réservés au nouveau Bureau UAP.


Cette décision marque une étape importante pour le bureau UAP, alors que l'on s'inquiète de la lenteur de sa mise en œuvre pour répondre aux intentions du Congrès.

Suite aux commentaires de la sénatrice Kirsten Gillibrand et à la nouvelle loi sur l'autorisation du renseignement (Intelligence Authorization Act, IAA) (qui a été adoptée dans le cadre du projet de loi omnibus), le OUSD(I&S) est soumis à une pression croissante.


Mark Warner (Dem) et Marco Rubio (Rep), vice-président de la commission sénatoriale sur le renseignement, ont souligné sur leur site Internet que l'IAA soutiendrait "les efforts de l'IC pour évaluer les phénomènes aériens non identifiés (UAP), en s'appuyant sur le travail de la Task Force UAP".


Une source du DOD a déclaré : "Nous sommes enfin arrivés au point où l'avenir de l'AOIMSG doit être déterminé."

Le membre du Congrès Tim Burchett a déclaré : "Je ne serais pas surpris si le prochain rapport du Pentagone montre que son enquête a pris du retard."

Il devient également de plus en plus évident que l'UAP pourrait ne pas provenir de Russie ou de Chine, comme le suggère l'évaluation préliminaire de l'UAP de juin 2021.


En février 2022, le Washington Post a rapporté qu'un drone russe abattu par les forces ukrainiennes était composé d'une technologie "fabriquée par une demi-douzaine de sociétés occidentales."


Aujourd'hui, le président américain Joe Biden a signé le projet de loi omnibus qui finance les dépenses fédérales pour le reste de l'année fiscale en cours, y compris 782,5 milliards de dollars pour la défense, ce qui comprend l'argent (bien qu'aucun montant n'ait été confirmé) mis de côté pour le nouveau bureau des phénomènes aériens non identifiés (UAP), légiféré par le Congrès dans le cadre du NDAA 2022, connu sous le nom de Airborne Object Identification and Management Synchronization Group ou AOIMSG.


Cette décision marque une étape importante pour l'AOIMSG, dans un contexte d'inquiétude potentielle quant à la lenteur de sa mise en œuvre pour répondre à l'intention du Congrès.


Le mois dernier, Susan Gough, porte-parole du Pentagone, a confirmé au Liberation Times que les incursions de l'UAP faisaient toujours l'objet d'une enquête au niveau 2021, en déclarant : "Nous sommes en train de transférer la mission à l'AOIMSG :


"Nous transférons la mission de l'ancienne Task Force UAP à l'AOIMSG. Bien que sous une résolution continue, l'examen et l'analyse des incursions UAP dans l'espace aérien à usage spécial se poursuit aux niveaux de l'année fiscale 2021."

Pour l'instant, M. Gough ne fait pas d'autres commentaires jusqu'à ce que les directives de mise en œuvre de l'AOIMSG, qui ont été rédigées pour répondre aux intentions du Congrès, soient approuvées par la secrétaire adjointe à la Défense, Kathleen Hicks.


La responsabilité de toute lenteur perçue peut être imputée au bureau du sous-secrétaire à la défense pour le renseignement et la sécurité (OUSD(I&S)), où se trouve actuellement l'AOIMSG.


Toutefois, l'absence de progrès n'est peut-être pas due à une prétendue résistance historique à la transparence de la part de l'OUSD(I&S), qui a entraîné la démission de l'ancien directeur de l'AATIP, Lue Elizondo.


En fait, Elizondo a récemment déclaré que les têtes plus rationnelles au sein de l'OUSD(I&S) l'emportaient. On peut supposer que le OUSDI(I&S), en tant que bureau de contrôle, est mal équipé pour répondre à l'intention du Congrès.


Et suite aux récents commentaires de la sénatrice Kirsten Gillibrand et au dévoilement de la nouvelle loi sur l'autorisation du renseignement (IAA) (qui a été adoptée dans le cadre du projet de loi omnibus), le OUSD(I&S) pourrait se retrouver sous une pression croissante.


L'OUSD(I&S) AOIMSG doit désormais préparer des rapports trimestriels sur l'UAP (le premier devant être remis le 13 juin 2022), en plus des rapports et briefings semestriels requis par la NDAA 2022. Entre-temps, la sénatrice Gillibrand s'efforcera de maintenir la pression en insistant sur le fait que l'UAP figure en bonne place dans le programme du nouvel inspecteur général du ministère de la défense, comme en témoigne son récent interrogatoire du candidat désigné, Robert Storch.


Il convient de noter que le président, Mark Warner (démocrate), et le vice-président, Marco Rubio (républicain), de la commission du Sénat sur le renseignement ont souligné sur leur site Internet que l'IAA soutiendrait "les efforts de la communauté du renseignement pour évaluer les phénomènes aériens non identifiés (UAP), en s'appuyant sur les travaux de la task force UAP".


Cette commission, ainsi que d'autres, attendront ce mois-ci le premier briefing classifié de l'AOIMSG sur l'UAP. S'adressant à Liberation Times, le défenseur de la transparence de l'UAP, le membre du Congrès Tim Burchett (Rep), a commenté :


"Je ne serais pas surpris que le prochain rapport du Pentagone montre que son enquête a pris du retard".

Le sentiment du député Burchett est peut-être partagé par d'autres représentants élus. Bien que l'on puisse également affirmer que l'OUSD(I&S) ne pourra faire des progrès significatifs qu'après la signature de la loi omnibus.


S'adressant à Liberation Times, une source du DOD a suggéré que l'approbation du projet de loi omnibus par Biden signale un moment décisif pour le OUSD(I&S), en commentant :


"Nous sommes enfin arrivés au point où l'avenir de l'AOIMSG doit être déterminé. Une fois que POTUS aura signé le nouveau projet de loi omnibus de 1,5 trillion de dollars, les processus d'allocation des fonds commenceront.

Ces fonds fourniront au nouveau bureau la capacité de commencer à exécuter des actions de recrutement et des acquisitions. La question qui demeure est la suivante : une fois les fonds alloués, l'OUSD(I&S) a-t-il un plan en place pour répondre aux exigences et à l'intention définies par le Congrès ?"


La patience semble être mince parmi les politiciens, qui seront désireux de voir des progrès avant la publication d'un rapport non classifié de l'UAP attendu en octobre 2022, et avant les élections de mi-mandat, qui pourraient également changer la composition des comités.


Le montant de l'argent affecté à l'AOIMSG n'est pas connu, car les chiffres précis en dollars pour les programmes spécifiques liés au renseignement ne figurent pas dans les projets de loi publics - le Congrès fera plutôt connaître ses souhaits dans des conditions classifiées.


Il devient également de plus en plus évident que l'UAP ne provient peut-être pas de Russie ou de Chine, comme le suggère l'évaluation préliminaire de l'UAP de juin 2021.

En février 2022, le Washington Post a rapporté qu'un drone russe abattu par les forces ukrainiennes était composé d'une technologie "fabriquée par une demi-douzaine de sociétés occidentales".


L'enquêteur Damien Spleeters, du groupe Conflict Armament Research (CAR), a déclaré au Washington Post que, sans ces pièces, la Russie aurait eu "beaucoup plus de mal à produire et à utiliser les drones, c'est certain".


Ce n'est pas une surprise pour les États-Unis, dont le ministère de la Défense et la communauté du renseignement ont prédit avec précision les développements concernant l'invasion de l'Ukraine par la Russie.


S'adressant à Liberation Times, la source au sein du DOD a commenté :


"M. Elizondo a précédemment déclaré que personne au Pentagone ne croyait vraiment qu'il s'agissait de technologie russe ou chinoise. Cette affirmation est illustrée par la crise actuelle en Ukraine. Les drones russes ont été facilement neutralisés par les forces ukrainiennes. Nous n'assistons tout simplement pas à un saut massif dans la technologie des drones russes.

En revanche, l'Ukraine a utilisé des drones TB2 turcs pour infliger de sérieux dégâts aux forces russes. Cette démonstration en cours fournit une preuve supplémentaire que les technologies présentées par certains UAP ne sont pas des capacités de l'arsenal russe.


L'invasion de l'Ukraine par la Russie a montré à quel point les services de renseignement américains sont précis et conscients de la situation, et il n'y a eu aucune surprise. La Russie et la Chine ne disposent tout simplement pas dans leurs arsenaux de capacités identiques ou similaires à certaines des UAP que nous avons vues."


Le membre du Congrès Tim Burchett est d'accord avec l'évaluation selon laquelle les UAP ne reflètent peut-être pas la technologie russe, déclarant :


"Si les UAP étaient une technologie russe, Vladimir Poutine les aurait déjà utilisés contre nous".

En enquêtant davantage sur le sujet, à savoir si l'UAP pourrait refléter une technologie adverse, Liberation Times s'est entretenu avec un expert en aviation qui travaille dans l'industrie de la défense, qui nous a fait les commentaires suivants :


"De nombreuses suggestions ont été faites selon lesquelles les observations d'UAP sont causées par des systèmes adverses étrangers provenant de Chine, de Russie ou d'autres pays comme l'Iran.

Le rapport de l'UAPTF l'a mentionné comme l'une des explications possibles. Mais si nous nous concentrons sur les 18 incidents pour lesquels l'UAPTF a déclaré que l'UAP a fait preuve d'une technologie avancée, comme une vitesse élevée sans moyen de propulsion discernable, j'ai beaucoup de mal à attribuer ces rencontres à des adversaires étrangers.


Ils ne disposent tout simplement pas de la technologie. Considérez les drones russes au-dessus de l'Ukraine. Il a été rapporté que l'électronique des drones capturés utilise des pièces principalement construites par des sociétés occidentales. Je ne connais personne qui ait été impressionné par la technologie russe dans cette guerre.


Donc j'exclue la Russie. Ça pourrait être la Chine ?


La Chine a dépassé la Russie en matière de technologie et est en train de devenir un acteur majeur dans le domaine des missiles hypersoniques. Mais les missiles hypersoniques ont des moyens de propulsion très discernables, ne peuvent pas rester stationnaires en cas de vents violents, etc.


En ce qui concerne les autres technologies, la Chine continue d'acheter ses moteurs d'avion sous licence et/ou à la Russie. Et je parierais que ces moteurs utilisent des pièces occidentales comme leurs drones. Je ne pense donc pas que ce soit la Chine non plus.


Les deux scénarios publics qui sont le plus poussés comme étant des drones sont les événements de la côte ouest où l'UAP a suivi nos navires pendant plusieurs jours et les événements de la côte est où nos pilotes ont signalé l'UAP alors qu'ils s'entraînaient au large entre le nord de la Floride et la Virginie. Ignorons la technologie et concentrons-nous sur les événements. Comment ces "drones" ont-ils pu être déployés si près des États-Unis sans être détectés ?


Les "drones" de la côte ouest ont été déployés près d'un groupe de navires équipés de radars et autres capteurs avancés. Les "drones" de la côte est se trouvaient dans un espace aérien restreint très surveillé où des escadrons de F-18 effectuaient des exercices. S'ils avaient été lancés depuis un cargo déguisé, ils auraient été détectés. Peut-être d'un sous-marin, comme un missile de croisière dans un tube de torpille ?


Ou mieux, un sous-marin avec des tubes de lancement verticaux spéciaux ?


Dans tous les cas, il aurait été détecté une fois en l'air.


Et qu'en est-il de la récupération ? S'ils ont atterri sur le cargo ou ont été parachutés dans l'eau pour être récupérés par un sous-marin, ils auraient pu être retracés jusqu'à la plate-forme de lancement. S'ils avaient simplement coulé, certains auraient été retrouvés.


Je pourrais continuer ainsi longtemps. La logique des systèmes des adversaires étrangers n'a aucun sens. Les cyniques diront que notre gouvernement ment pour les protéger de l'embarras de systèmes étrangers pénétrant notre espace aérien.


A eux, je dis : regardez l'Ukraine. La Russie est dans un combat très difficile en ce moment.


Ne pourrait-elle pas utiliser ces systèmes de haute technologie pour se donner un avantage ? La Chine ne prêterait-elle pas secrètement à la Russie certains de ses systèmes pour les tester au combat ?


Je pense que nous devons chercher ailleurs et je ne vais pas envisager l'idée qu'ils nous appartiennent. Cela signifierait tester secrètement la technologie contre nos propres marins et pilotes, provoquer des accidents évités de justesse, et participer à une conspiration pour mentir au Congrès."


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france

#ovni #ufo #uap #pan #Mufonfrance #elizondo #biden #rubio #aoimsg #uaptf