• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

documents sur de mystérieux avions et dirigeables dans la province de Minsk en 1914

Traduit par le Mufon France, écrit par Ilya Butov


L'article traite de documents sur de mystérieux avions et dirigeables dans la province de Minsk des Archives historiques nationales de Biélorussie.


Ce n'est que depuis quelques années, grâce au travail de plusieurs historiens, archéographes et historiens locaux, qu'il est possible d'étudier une page de la Première Guerre mondiale qui était jusqu'alors entourée de brouillard, comme la campagne contre les aéroplanes ou la chasse aux mystérieuses machines volantes loin des lignes de front [9, pp. 307-311].


Elle s'est exprimée par la recherche de certains pilotes et l'examen de rapports similaires d'aéronefs provenant d'endroits que les avions ne pouvaient en principe pas atteindre, et les ballons et zeppelins seulement si un certain nombre de conditions étaient réunies, conditions que, cependant, les observations en question ne remplissaient souvent pas.


A ce jour, des données ont été collectées sur une telle campagne dans certaines provinces de l'Empire russe : régions de Stepnoy [3] et de Pribaltiysky [6, pp. 204-205], Permskaya [19, pp. 159-168], Voronej [14, pp. 109-115], Saratov [16, pp. 266-268], Samara [21, pp. 431-434], Kazan [23, p. 7], Pskov [4, pp. 187-198] et d'autres provinces. Il a été fait mention d'épisodes distincts de chasse dans les provinces d'Orel [22, p.7] et de Novgorod [7, p.144-145], en Bachkirie [2, p.7], etc. Mais les cas biélorusses n'ont jamais été examinés sous cet angle, les attribuant à l'avion ennemi bien réel comme standard.


Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a presque immédiatement fait de la quasi-totalité du territoire de la Biélorussie une zone de première ligne avec toutes les conséquences qui en découlent dans ces circonstances. De nombreuses directives sévères ont été adoptées, les travaux se sont intensifiés dans le domaine de l'identification des espions et des agents d'influence étrangers. Les autorités ont lancé une campagne antiaérienne visant à trouver des avions ennemis au-dessus du territoire de la Biélorussie et à empêcher leur décollage et leur atterrissage sans entrave. On croyait que dès les premiers jours de la guerre, les avions, ballons et zeppelins allemands pouvaient facilement voler vers n'importe quelle partie du pays, mais c'était loin d'être le cas.


Par exemple, pour les avions russes, la portée maximale d'un seul vol au total ne pouvait pas dépasser 200 à 250 kilomètres 1 [12, p. 24]. Des chiffres similaires sont donnés pour les avions allemands et M. Vasiliev (300 kilomètres 2 ) [5, p. 147], par ailleurs, le rayon d'action maximal des « appareils zeppelin » par le chef d'état-major de la 5e armée à cette époque était estimé à 400 kilomètres 3 [4, p. 196]. Au moins en 1914, voler de la ligne de front à Minsk en avion aurait été une entreprise extrêmement risquée, de peu d'importance d'un point de vue pratique. Les bombardements à cette époque ont eu lieu principalement beaucoup à l'ouest de Minsk et se sont concentrés sur des objectifs plus ou moins importants gares, ponts ferroviaires, trains, emplacements de troupes, etc.



Un véritable avion allemand abattu par des artilleurs dans la zone avant près du village de Luka (aujourd'hui - district de Korelichi, Biélorussie), juillet 1916. Photo : MAMM / MDF.

Le fait que le problème de l'apparition d'avions mystérieux n'était pas considéré comme insignifiant peut être jugé par la circulaire envoyée au gouverneur de Minsk, Aleksey Fedorovich Girs (1871-1958) le 9 août (22) , le 4 août 1914. Dans ce document , le vice-ministre des Affaires intérieures, le camarade Zolotarev, a noté : « Selon les informations disponibles, dans certaines régions de l'empire, des avions sont apparus, volant principalement en dehors des zones peuplées au-dessus du stockage de fournitures militaires. L'apparition de tels dispositifs a été observée dans les provinces de Kazan, Primorsk, Vladimir et Viatka. Il y a lieu de supposer la présence au sein de l'empire de stations aéronautiques secrètes ennemies équipées, d'ateliers et de stockages d'essence »[13, p. 570].


Gouverneur de Minsk A.F. Girs.

AF Girs a transmis ce message à divers districts de la province, ordonnant « de prendre des mesures vigoureuses » pour rechercher des bases, des ateliers et des installations de stockage d'essence ennemis. Il a été décidé de présenter les policiers qui pourraient contribuer à la capture des pilotes pour un prix extraordinaire. On supposait que cela devait devenir une incitation supplémentaire à travailler dur sur le terrain [13, p. 571-572].

Cependant, dès la mi-août, comme par accord, les policiers du district ont commencé à envoyer des rapports tout à fait similaires. Voici, par exemple, un document typique de la déclaration de l'officier de police du district de Bobruisk D. Burakov: «En vertu de l'ordonnance du 9 août, la détention et l'arrestation des aviateurs ennemis en cas de descente sont acceptées»[ 13, p. 575]. Des rapports similaires ont été envoyés par Slutsky [13, p. 577], Rechitsky [13, p. 579] et Mozyr [13, p. 580] officiers de police de district, chef de la police de Bobruisk [13, p. 578] et d'autres employés.


Considérant de nombreux cas qui sont passés par le bureau du gouverneur de Minsk, ainsi que les journaux et les lettres des résidents locaux, il devient clair à quel point l'excitation nerveuse était forte des hostilités pas trop lointaines, et quels détails les faits non vérifiés qui ont été divulgués immédiatement est devenu envahi par les détails. Dans les archives du département des manuscrits de la bibliothèque scientifique. NI Lobatchevsky de l'Université fédérale de Kazan a conservé le journal d'Adele Anderson (1853-1930), mère du professeur de l'Université de Kazan Walter Anderson, qui au début de la guerre vivait à Minsk (le journal lui-même était tenu en allemand) 5 . Certains fragments du journal dans le contexte du sujet à l'étude sont d'une certaine valeur.

15 septembre [1914] : « Aujourd'hui, ils ont dit qu'il y a quelques jours un avion a survolé Minsk de nuit » [1, p. 3].

20 septembre : « A cause des avions, je ne comprends rien. Frau M. affirme que certains ont déjà survolé Minsk. C'est plutôt un avion fictif, sinon ils auraient écrit dans quelque journal » [1, p. 5 vol.].

7 octobre : « Quelqu'un ici a fait une blague stupide en lançant 2 petites bouteilles avec du papier allumé (ou de l'alcool) en l'air à 23h. Celui qui a vu cela croit en l'avion. Aujourd'hui, dans le journal, il y avait un décret du chef de la police : les criminels doivent être trouvés et sévèrement punis » [1, p. 10 vol.].

15 février [1915] : « On dit aussi que les Allemands lancent depuis des avions des aiguilles spécialement conçues, qui pénètrent profondément dans le corps et tuent. Ils racontent toutes sortes de choses, mais ce sont des rumeurs non confirmées »[1, p. 18 vol.].


Un aviateur français jette des flchettes (flèches d'avion) ​​sur la voiture du prince héritier allemand Wilhelm. Un dessin d'un supplément illustré du journal français Le Petit Journal (n° 1286, 15 août 1915).

Un cas très similaire à celui décrit le 7 octobre (20) dans le journal d'Adele Anderson a été découvert dans l'un des dossiers des Archives historiques nationales de Biélorussie (ci-après - NIAB), de plus, il remonte au 6 octobre (19 ), 1914. Le chef de la police a envoyé un rapport au gouverneur de Minsk AF Girs, dans lequel il a écrit que le 5 (18 octobre), vers 23 heures, une "lumière volante" a été vue au-dessus de Minsk, ce qui a été pris par beaucoup pour un ballon ou un avion. La lumière a disparu "dans la région de Kalvarya" à la périphérie de Minsk. Le lieu de la descente du ballon a été découvert par les témoins oculaires de la zone indiquée, et les recherches effectuées le 6 (19 octobre) "ont trouvé les restes du ballon en papier journal" (d'après une feuille du journal "Minsky Golos" ) [13, p. 426-426v.]. De nos jours, l'appareil s'appellerait une "lampe de poche chinoise" cependant, les gendarmes de Minsk n'ont pas trouvé de terme exact. La police a décidé que quelqu'un avait tiré cette "lampe de poche" avec une farce, cependant, comme déjà noté, cette farce a alarmé toute la ville.


Annonce de la vente de ballons pour enfants dans le journal Russian Word pour juillet 1914.

Il y a tout lieu de croire qu'une autre dénonciation, cette fois de la part du secrétaire du service médical de la direction provinciale de Boleslav de Néron, aurait également pu être dressée sur la base des vols des mêmes ballons. B. Neronsky a écrit que le 6 (19 octobre), l'épouse d'un fonctionnaire de la Chambre de contrôle de Minsk, Elena Antonovna Kholnovka (?) 6, lui a dit que "son propriétaire, un cocher, transportant un cavalier, a vu un avion survoler Minsk (ce soir)." Et puis le responsable a rapporté que le 6 (19 octobre), « l'appareil a survolé Minsk, émettant un faisceau de projecteur dans la partie de la gare - au-dessus de la gare de Lyubava-Rom [Ensky] » [13, p. 427].


Quelques jours plus tôt, le 3 (16) octobre, vers 23 heures, des habitants de la capitale ont également aperçu « la lumière rouge d'un avion survolant Minsk, dont la silhouette n'était pas visible, seul le feu clignotait, disparaissant parfois et réapparaître. L'avion a volé d'est en ouest » [13, p. 421].


Cependant, l'un des premiers cas réels de la campagne antiaérienne biélorusse a été l'enquête sur la publication dans le journal Severo-Zapadnaya Zhizn (n° 171) du 27 juillet (9 août 1914). Le prêtre Konstantin Savich a écrit que « kr [areyan] n st [ yenka] Zalozia Mirsky volost du district de Novogrudok, Bonaventure Sudnik, rentrant chez lui avec des gerbes à un kilomètre du village. Zaluzhia dans le tract "Golovsk", j'ai rencontré 4 personnes d'origine non russe, coiffées de coiffes de pilotes. À peu près au même moment, dans le même champ, mais à un endroit différent, un étranger en tenue de pilote s'est approché du paysan sta [enka] Kezeek Iosif Yasenovich, qui labourait le champ, et lui a demandé dans un russe approximatif de lui montrer où le phare le plus haut était ...


Ayant reçu une indication de l'endroit où se trouvait le phare le plus haut, l'étranger [s] a demandé s'il était possible d'acheter quelque chose quelque part pour manger ». Le prêtre a affirmé que « le matin du même jour, certains habitants de l'arrondissement de Stolbtsy ont vu un avion survoler les lieux [echko] Stolbtsy, Novy-Sverzhen en direction de Zaluzhie. Neuf personnes ont ouvert, comme le rapportent les paysans, des papiers et écrit quelque chose »[13, p. 266-266v.].


"Zeppelin sur Minsk". Illustration de l'album photo "Son Altesse Impériale la Grande-Duchesse Anastasia Nikolaevna, train d'ambulance militaire n° 61" (à en juger par l'itinéraire du train, cela signifie très probablement Minsk-Mazovetsky en Pologne). Dessin, impression. Artiste A. N. Tyshkevich, 1915.

Les autorités n'ont pas pu fermer les yeux sur l'apparition d'aviateurs étrangers presque près de Minsk et ont envoyé plusieurs personnes sur le site à la fois. L'un d'eux, l'assistant du chef de la police Fuasco (?) 7 , a visité la chambre de torture de Kizeyki 8 et a soigneusement interrogé non seulement toutes les personnes mentionnées dans l'article du prêtre, mais aussi d'autres personnes. Ainsi, Konstantin Kipriyanov Yasenovich labourait un champ le matin du 21 juillet (3 août) et a vu neuf personnes "pèlerins" rentrer de Kovno. L'un d'eux a en fait demandé où manger et a reçu la réponse appropriée. Mais l'intimé n'a pas confirmé la suite de l'histoire de Savich, affirmant que les « gens étranges » étaient habillés comme des paysans ordinaires. D'autres personnes ont donné un témoignage similaire [13, p. 268 v. – 269].


Il est difficile de dire exactement ce que les paysans ont d'abord dit au prêtre. Mais, fort probablement, ils ont décidé d'abandonner le témoignage initial pour ne pas s'impliquer avec les autorités. Une tendance similaire, à savoir la peur des paysans « d'entrer dans les témoins », a été notée par certains auteurs. Par exemple, K. Dravert, en recherchant des témoins oculaires du vol du Tarski bolide 9, a écrit ce qui suit : population de Viatka à l'esprit méfiant : les personnes de cette catégorie refusaient obstinément de répondre aux questions en raison d'une façon de penser superstitieuse, ou de la peur de « faire appel à des témoins », ou pour d'autres motifs inavoués "[8 : 554].


Quoi qu'il en soit, le prêtre K. Savich lui-même croyait fermement à ce qu'il écrivait dans le journal et ne refusait pas ses propos. La NIAB a conservé sa déclaration, écrite par lui à l'huissier du 4e camp du district de Novogrudok, où le prêtre cite, entre autres, une information qui n'a pas été publiée dans le journal : prétendument un paysan s. Après le coucher du soleil, j'ai vu la baie de Stephanida dans la région de Golovsk, comme « quelque chose de rose lumineux » [13, p. 270-270 rév.]. K. Savich a exprimé l'idée que les pilotes, s'étant assis, n'ont pas eu le temps d'établir dans quelle zone ils se trouvaient, et se sont donc tournés vers les résidents locaux pour obtenir de l'aide [13, p. 270 rév.]. Malgré le fait que les paysans ont tout nié, l'huissier, qui a interrogé la population des cachots, a soupçonné que quelque chose n'allait pas, préférant ne pas clore l'affaire trop rapidement. Il proposa à l'officier de police du district de Novogrudok d'ordonner la mise en place d'une « garde de nuit » pour ces villages et les villages voisins [13, p. 271].


Je voudrais attirer votre attention sur un autre détail : neuf personnes ouvraient des papiers. Il s'est avéré qu'il y avait des cas très similaires, par exemple, dans le district de Pskov au même moment (moins d'un mois après les événements du tract de Golovsk). M. Vasiliev, citant un document des archives d'État de la région de Pskov, écrit : « … Dans la soirée du même 13 août, des avions inconnus sont descendus dans la friche de Kokhovo du Ilyino-Slobodskaya Volost du Pskov Uyezd à la frontière même avec la province de Livland. Les pilotes étaient vêtus d'uniformes noirs et écrivaient quelque chose. Et la veille de la descente des avions, selon le témoignage des paysans, « des gens étrangement vêtus sont sortis de la forêt et ont regardé quelque chose sur un grand morceau de papier » » [5, p. 147].


Cependant, l'absurdité des actions des pilotes ne dérange pas M. Vasiliev, qui semble être enclin à la version selon laquelle les paysans voyaient des pilotes ordinaires. L'auteur considère comme un fait réel qu'il y avait dans la région de la Baltique des "aérodromes" ou des points de transfert organisés "sur la base de leurs domaines et fermes [baltes]", à l'aide desquels les "avions" se déplaçaient [5, p. 147]. Cependant, un contrôle approfondi par les autorités n'a pas confirmé l'existence de tels points de transbordement, bien qu'il y ait eu des rumeurs à leur sujet [11, p. 134].


Un aéronaute allemand, debout dans la nacelle d'un ballon captif, examine une carte avant la reconnaissance du territoire ennemi depuis les airs. Carte de cigarette numéro 170 de la série "Der Weltkrieg" - "World War". La série est sortie à Dresde en 1934 pour commémorer le 20e anniversaire du déclenchement de la guerre.

L'histoire qui s'est déroulée dans le quartier de Mozyr coïncide également en grande partie avec les deux dernières décrites. Tout a commencé avec le fait que le contremaître du volost de Dyakovichi a envoyé la lettre suivante au chef de zemstvo de la 8e section du Bobruisk uyezd : [ala] cr [isyanka]. e. Skovshin du Dyakovichi volost Efimiya Andreeva (ne connaît pas le nom de famille), [que] le 12 [date] de ce septembre à 9 heures du soir, une sorte d'avion (sic !) était, ayant descendu au sol, dans la forêt nommée d'après [enia] "Marino" 10 Dyakovichskaya Volosts du district de Mozyr, d'où [l'avion] est sorti 7 personnes et a marché avec des paysans qui y vivaient nuit et jour, et le soir ils ont remonté la montagne, à laquelle les habitants ont participé [?]11 du même domaine et le Village Starosta du village de Skovshin du Dyakovichi Volost, on leur a donné à boire, quelques verres [13, p. 594].


Ce n'est que le 18 (31 octobre) que l'huissier du 3e camp du district de Mozyr, sur instruction du préfet de police du district de Mozyr, a pu enquêter sur les personnes impliquées dans cette affaire. Il s'est avéré que la femme qui a parlé de cette affaire à E. Mikhalene s'appelait Efimia 12 Ivleva Berdnikovich 13(Elle s'appelait "Andreeva" à cause de son fils Andrey). Mais dès qu'un fonctionnaire s'est présenté à la porte de Berdnikovich, « de service », elle a immédiatement déclaré que « la déclaration de la veuve Mikhaleni est un pur mensonge, et constitue sa propre fiction ».


A propos de "l'avion", la paysanne a déclaré qu'elle ne l'avait jamais vu de sa vie et "n'en avait aucune idée" [13, p. 595-595v.]. Le chef du village et d'autres villageois étaient également complètement stupéfaits que quelqu'un les ait impliqués dans cette beuverie fantasmagorique [13, p. 596]. Mais E. Mikhalenya elle-même, qui vit dans le village de Kuzmich, a déclaré : « Il y a plus d'un mois, une paysanne du même village, Anastasia Anikeeva Bakanova, lui a dit personnellement qu'elle, Bakanova, avait été informée par un paysan du village de Skovshina du volost Dyakovsky, Evfimiya Berdnikovich, que dans le village Skovshin, des avions allemands sont descendus »[13, p. 598-598v.]. UNE. Bakanova, qui a également déclaré qu'E. Berdnikovich lui avait parlé de l'"avion" qui a atterri dans le village de Skovshin [13, p. 598v.].


Les paysans du village de Skovshin, Dyakovichi Volost, Piotr Semyonov Lapun et Naum Maksimov Kudvivko, se sont souvenus qu'E. Berdnikovich ne parlait pas d'une ivresse générale, mais d'une observation très spécifique d'un pilote d'avion. Ils ont montré que E. Berdnikovich leur a dit que « j'ai vu [une fois] ce jour-là, dans la soirée quelque chose de gros a volé, est tombé au sol de la forêt, c'est-à-dire 9 10 mètres du sol, mais n'est pas tombé au sol ... Un homme au chapeau blanc est sorti et a sorti un grand papier blanc. Elle a eu peur et s'est enfuie, car elle n'avait jamais rien vu de spécial » [13, p. 597-597v.].


Affiche du film d'aventure italien de 1915 Filibus, le mystérieux pirate du ciel. D

ans le film, le personnage principal, Valeria Creti, commet des vols audacieux dans son dirigeable à la pointe de la technologie et utilise un ascenseur spécial installé à bord pour se déplacer rapidement entre l'avion et la surface de la terre. Peut-être que "l'homme au chapeau blanc" a utilisé quelque chose de similaire ?

On ne sait pas de quel type de papier il s'agissait, mais, probablement, dans tous les cas, il s'agit d'une certaine carte du territoire à partir de laquelle les aviateurs ont comparé leur emplacement, ont tracé un plan de la région ou ont voulu demander aux paysans où exactement elles sont. Il convient également de noter que l'histoire n'a pas été enregistrée à partir des mots d'E. Berdnikovich elle-même, mais de personnes qui ne l'ont entendu que dans son récit, de sorte que tout n'a pas pu être transmis correctement. Quoi qu'il en soit, E. Berdnikovich a été poursuivi « pour diffusion de fausses rumeurs » [13, p. 591-591v.].


Le 6 (19 août), l'officier de police du district de Minsk, Telyakovsky, a signalé au gouverneur une rumeur répandue parmi la population selon laquelle «le 4 août, vers 23 heures, un avion a survolé la gare de Kolodishche du chemin de fer Aleksandrovskaya en direction de les montagnes. Borisov, qui semblait avoir coulé près du village. Gubichi Ostroshitsko-Gorodetsky volost, a déposé deux personnes qui sont allées dans la forêt, s'est levée et s'est envolée vers les montagnes. Borisov "[13, p. 227].


Une enquête a été ouverte et l'huissier Karp a été envoyé sur les lieux. L'huissier interroge la population et découvre que « les habitants d'Art. Kolodische et les villages voisins ont été vraiment vus voler vers les montagnes. L'avion de Borisov, qui a survolé pendant plusieurs minutes cette zone, mais n'est descendu au sol nulle part dans le camp, et les rumeurs selon lesquelles deux personnes qui sont allées dans la forêt sont descendues de l'avion, n'ont pas été confirmées au cours de l'enquête "[13, p . 227]. De quel type d'avion il s'agissait et pourquoi il s'est dirigé vers Borisov, le document est muet.


Certes, dans le district de Borisov lui-même (et pas seulement dans celui-ci), des rumeurs similaires sont également apparues à l'automne. Le 12 (25) septembre 1914, un certain P.K. Ivanov envoya une lettre à A.F. Girs, dans laquelle il décrivait la situation comme suit : Des avions et dirigeables autrichiens et allemands volent presque toutes les nuits. Par endroits dans des villages reculés ils s'arrêtent (s'enfoncent au sol) et prennent des photos des localités et interrogent les habitants, souvent des paysans, qui, ignorant la détention et la remise de ces agents militaires ennemis aux autorités, racontent l'emplacement de nos villes , la distance qui les sépare, etc. [13, p. 431].


Ivanov a littéralement supplié le gouverneur de Minsk de prendre des mesures légales pour arrêter ces criminels. La raison n'était ni plus ni moins - l'atterrissage du dirigeable (!), qui s'est produit il y a quelques jours à peine, dans le village d'Osetishche, Berezinskaya Volost, Borisov Uyezd: "... et le pilote a donné une indication détaillée de les localités » [13, p. 432].


"Un cerf-volant allemand au-dessus d'une ville polonaise." Dessin de I. Vladimirov de la revue "Niva" (n° 27 du 4 juillet 1915).

Il est important de noter ici que la population juive est devenue suspecte dans d'autres parties de l'Empire russe, en particulier dans la région de la Baltique. Les Juifs locaux étaient accusés d'avoir des liens avec l'ennemi à l'aide de divers appareils sophistiqués, par exemple des avions et un réseau téléphonique souterrain [18, p. 586]. Comme l'écrit F. Kandel, certains juraient avoir vu de leurs propres yeux comment « des hommes en longs lapserdaks volaient d'Allemagne sur des zeppelins pour collecter de l'argent » [10, p. 813].


Cependant, cette fois, lors de la vérification des informations sur les Juifs, prétendument complices de l'ennemi, il n'y avait aucune raison de douter de leur loyauté envers le gouvernement actuel. L'officier de police du district de Bobruisk, sur les instructions du gouverneur de Minsk, est arrivé le 29 septembre (12 octobre) dans le village d'Osetishche, Berezinskaya volost pour rechercher des témoins oculaires de l'incident. Les paysans locaux ont déclaré que dans leur village et dans ses environs « il n'y a eu aucun cas où un avion ou un ballon est tombé.


Des habitants d'Osetishchi ont assuré au policier qu'ils savaient parfaitement "que faire si [si] notre appareil tombait en panne". Ils supposent que la dénonciation a été rédigée par un « sale homme de passage », puisqu'ils ne connaissent personne du nom d'Ivanov dans les environs [13, p. 433-434]. Sur la base des informations recueillies, le chef de la police a envoyé un rapport au gouverneur, dans lequel il a suggéré qu'"aucun avion n'est apparu dans le district de Borisov, et la dénonciation est la fiction la plus pure » [13, p. 431].


La fin du mois d'août 1914 est également saturée d'observations d'"avions" dans la province de Minsk. En particulier, l'officier de police du district de Novogrudok signale aussitôt environ trois avions qui se séparent en l'air : trois avions dans la direction un vers l'est, le autre à l'ouest, et le troisième au sud, il n'a pas été possible d'établir les couleurs des avions en raison de la grande distance de la surface de la terre » [13, p. 358].


Il n'est pas possible que le vol de l'aviation en plein jour à travers le pays soit passé presque inaperçu, et seuls les villages reculés sont devenus les points clés d'observation. A cette époque, il y avait un grand nombre de paysans dans les champs, la moisson battait son plein. Néanmoins, un seul message similaire est arrivé le même jour (ou plutôt, la nuit) du policier du district de Mozyr. Il a écrit dans un rapport : « Dans la nuit du 28 au 29 août de cette année, un paysan du village de Radilovichi, Tonezhskaya volost, Philip Osipov Lukashevich, étant dans son jardin, a vu une machine volante de forme oblongue voler haut dans le air avec une forte fissure dans la direction du nord-ouest au sud-est. Loukachevitch n'a pas pu expliquer les signes de l'appareil par lequel il serait possible de déterminer de qui il s'agissait, russe ou étranger, car [comme] il ne considérait pas » [13, p. 360-360 rév.].


Dans le journal "Nasha Niva", le premier message sur un "avion non identifié" au-dessus du territoire de la Biélorussie est apparu le 4 (17) septembre 1914 (n° 35). Dans le même temps, l'avion présentait plusieurs caractéristiques qui donnent à penser que le véritable avion ennemi n'avait rien à voir avec cela. Il s'est avéré que ces jours-ci, les avions allemands arrivent souvent au-dessus du cap Dukshtami du district de Novo-Aleksandrovsky, éclairant les environs avec des réflecteurs [20, p. 2]. On peut également suggérer que cet événement est en quelque sorte lié à celui qui a eu lieu le 3 (16) septembre dans le district de Pinsk, mais n'a pas fait les pages des journaux. Et c'est ce qui s'est passé : à Luninets, le soir également, le commissaire de police de la ville a vu lui-même le même projecteur dans le ciel : air, vers le pont ferroviaire sur la rivière Pripyat »[13, p. 350-350 vol.].


La balle qui est tombée au sol, Kaminsky l'a tiré et a envoyé le reste à l'huissier

On pourrait considérer tous les rapports comme des rumeurs ou des phénomènes astronomiques mal identifiés, sinon pour un cas intéressant où un artefact d'un "avion" est même tombé entre les mains d'un témoin oculaire. Cela s'est passé le 27 septembre (10 octobre) 1914 dans le district de Slutsk. Le chef de la police dans son rapport a raconté comment, dans le domaine Shestaki du même quartier, le paysan S.A. s'est rempli d'air. Selon le rapport, "... alors l'appareil s'est élevé haut et a volé vers le sud-ouest. Kaminsky a tiré sur la balle qui est tombée au sol et a envoyé le reste à l'huissier » [13, p. 419-419v.].


La dernière histoire ne peut être expliquée plus ou moins rationnellement que si nous supposons que le paysan a pensé à quelque chose. Dans le journal "Petersburg tract" du 13 (26) juin 1913, par exemple, l'information a été donnée qu'une boule mystérieuse était "descendue" dans le district de Luga de la province de Saint-Pétersbourg. A six kilomètres de la ville de Luga, près du village de Zhinets, le paysan Pavel Frolov a vu voler très bas "un gros ballon, sur lequel pendaient beaucoup de cordes". P. Frolov s'est intéressé au ballon et a commencé à l'observer. À une demi-verste du village de Zhinets, la balle a atterri au sol et s'est coincée dans les arbres. Il n'y avait pas de passagers dans le ballon et la nacelle habituelle pour eux était coupée des cordes, dont certaines étaient même arrachées. La balle s'est avérée être en caoutchouc, mais il n'a pas été possible d'établir de quoi elle était remplie. Après inspection, le ballon a été emballé et déposé auprès du service de police local. Il s'est avéré que cette boule appartenait au nombre de boules de signalisation, qui sont parfois suspendues au-dessus des forteresses [15, p. 3]. Il se peut aussi qu'il s'agissait de ballons pilotes, qui étaient généralement lancés dans des stations météorologiques pour déterminer la direction et la vitesse du vent dans la haute atmosphère, et que l'éclairage était utilisé lors des lancements nocturnes.


Une de ces histoires a eu lieu dans la ville de Vevirzhany, dans la province de Kovno, le 3 (16) novembre 1914, et le ballon en caoutchouc découvert a également été considéré comme lié d'une manière ou d'une autre aux avions allemands. Les policiers ont reçu « 4 cylindres en caoutchouc avec des ampoules lumineuses abattus par un paysan, lâchés de nuit par un avion allemand en vol » [17, p. 4]. Qu'est-il arrivé au ballon du district de Slutsk,


Lancement de ballon pilote, 1914. Photo : MAMM / MDF.

Des soldats autrichiens lancent un ballon en papier avec des proclamations sur Monte Piano, 1916. Photo provenant des fonds de la Bibliothèque nationale d'Autriche.

Les 24 octobre (6 novembre) et 25 octobre (7 novembre), un avion non identifié a de nouveau survolé le district de Slutsk en direction du domaine de Rzhenikhovo du district de Novogrudok (non loin de la gare de Lyakhovich du chemin de fer Polesskaya). L'officier de police du district de Slutsk a rapporté au gouverneur de Minsk : « On ne sait pas à qui l'avion susmentionné pourrait appartenir, car en raison de l'obscurité et de son vol élevé, aucun drapeau n'était visible et la lumière dessus était insignifiante » [15, p. . 456].


La situation n'a pas changé tout au long du mois de novembre. Le chef d'état-major par intérim des directions du district militaire de Minsk a signalé au gouverneur de Minsk que cet "avion" a été vu dans le district de Bobruisk de la province de Minsk et le district de Rogachev de la province de Mogilev les 2 (15), 3 (16) novembre. , 5 (18) et 26 novembre (9 décembre) dans la même zone. Ce dernier cas est décrit dans l'un des documents du NIAB : un engin volant a survolé la station de Krasny Bereg vers 20 heures [15, p. 556-556v.]. L'avion a été vu par les cheminots Romanenko, Okolovich et d'autres.


Leur témoignage a également été enregistré par le chef de la police du district D. Burakov [15, p. 606-606v.]. Le général de division a demandé aux gouverneurs des provinces de Minsk et de Moguilev de ne pas refuser l'ordre de mener une enquête auprès des résidents locaux, qui a personnellement vu des avions et pourrait donner certains signes extérieurs d'appareils, ainsi que d'ordonner à la police d'établir une observation attentive de l'espace aérien à la frontière des districts de Bobruisk et Rogachev dans la région de Bobruisk - Stary Bykhov - Rogachev - Zhlobin - Gorville [15, p. 604-604v.].


Le 1er (14) décembre 1914, le chef de la police de Minsk a rapporté que le paysan Ignatius Narkevich, qui vit à Minsk sur la colonie de l'évêque, a déclaré à la direction de la 1ère unité de police qu'il, laissant la maison à l'église, avait vu le date vers 7 heures du matin à une altitude assez élevée, une lumière mobile qui ressemble à une grosse étoile, qui s'est éteinte ou est réapparue. Plus loin, le préfet de police précise : « D'après l'impression faite par Narkevich, la lumière tachetée n'est rien de plus qu'un avion, qu'il ne lui a pas été possible de voir clairement dans l'obscurité » [15, p. 559-559v.]. Quelques jours plus tard, un message similaire a été reçu de l'officier de police du district de Slutsk : « Le 3 décembre à 15 heures, au-dessus des montagnes. Nesvizh, à la périphérie de celui-ci, deux véhicules aéronautiques ont été observés volant à grande distance ; leur vol a été détecté par les lumières bleues d'eux » [15, p. 558].


De notre point de vue, la folie de l'avion apparue en juillet 1914 dans la province de Minsk doit définitivement être considérée dans le courant dominant de toute la campagne antiaérienne, qui a englouti même les provinces les plus éloignées de l'Empire russe. Cette campagne était presque entièrement basée sur des rumeurs et des spéculations. L'apparition d'avions bien réels opérant à une distance insignifiante de la ligne de front, en règle générale, de jour, ne doit pas être confondue avec les rapports considérés ici. Les cas décrits dans les rapports provenant d'endroits situés à plus de 300 km du théâtre des hostilités le plus proche, n'étaient pour la plupart que des spéculations de personnes qui étaient dans un fort stress émotionnel dû à la psychose d'avant-guerre. Dans le même temps, les fabrications sur l'apparition d'avions étrangers ont été présentées de manière si crédible,

Remarques (modifier)

1,213-266 km.

2.320km.

3.426 km.

4. Ci-après, la date est indiquée selon l'ancien et le nouveau style.

5. Merci pour la traduction à GE Rafikova, candidate des sciences historiques, et. O. rédacteur en chef du magazine "Gasyrlar Avazy - Echo of Ages" (Kazan).

6. Le nom de famille est illisible dans le manuscrit.

7. Le nom de famille dans le manuscrit est illisible.

8. Dans certains documents - Keziki.

9. Boule de feu Tarsky - une boule de feu en forme de boule qui a survolé le district de Tarsky du territoire sibérien en direction nord-est le 1er mars 1929.

10. Ailleurs dans le manuscrit - Maryino.

11. Le manuscrit est illisible.

12. Dans certains documents - Euphrosinia.

13. Dans certains documents - Berdnikova.

14,6,4 m.

Sources et littérature

1. Archives du Département des manuscrits de la Bibliothèque scientifique du nom Université fédérale NI Lobatchevsky Kazan. - Unité xp. 4032. - Journal en allemand 1914-1915. Adele Anderson, dirigée à Minsk, consacrée aux notes sur la guerre impérialiste. - 28 p.

2. Bachkirie pendant la Première Guerre mondiale. 1914-1918 : collection de documents et matériels / comp. RN Rakhimov [et autres]. - Oufa : Kitap, 2014.-- 446 p.

3. Butov, IS « D'après les informations disponibles, des avions sont apparus dans certaines régions de l'empire » / IS Butov // Antiquité vivante. - 2019. - N°3 (sous presse).

4. Vasiliev, M. V. "Observation visuelle depuis le clocher de l'église" (aviation allemande dans le ciel de la région de Pskov en 1914) // Pskov. - 2016. - N° 45. - P. 187-198.

5. Vasiliev, M. V. "Des gens étrangement vêtus ... ils regardaient quelque chose sur un grand papier" / M. V. Vasiliev // Patrie. - 2013. - N° 8. - P. 146-147.

6. "Au nom de votre passé, au nom de la fidélité éternelle ..." (Les chevaliers baltes et le gouvernement russe. De l'histoire des relations. 1914-1917); préparation. texte et comm. NS Andreeva // Passé russe. Almanach historique et documentaire. - 1998. - Livre. 8. - P. 203-214.

7. Le pouvoir d'État et le public dans l'histoire du gouvernement central et local de Russie : recueil d'articles. De l'art. à la mémoire de MM Shumilov / [comité de rédaction : MF Florinsky (ed. otv.) et autres]. - SPb. : Maison d'édition de l'Université d'État de Saint-Pétersbourg, 2004 .-- 343 p.

8. Dravert, P. À l'histoire de la Tara bolide / P. Dravert // Tobolsk et toute la Sibérie : almanach. - Tobolsk : Renaissance de Tobolsk, 2014. - Livre. 16 : Tara. - S. 552-557.

9. Ershov, MF Les avions allemands ou l'hystérie dans l'espace provincial / MF Ershov // Le rôle de la bibliothèque dans la formation de l'environnement informationnel et culturel de la région : les matériaux du Tout-russe. scientifique-pratique conf. - Kirov : I. D. "Gertsenka", 2012. - S. 307-311.

10. Kandel, F. Livre des temps et des événements / F. Kandel. - Jérusalem : Gesharim, 2002. - T. 2 : Histoire des Juifs russes. - 871 p.

11. Lavrenova, A. M. Un corps distinct de gendarmes et de la société russe en 1880-1917. : dis. ... Cand. ist. Sciences / A. M. Lavrenova. - Moscou, 2018 .-- 303 p.

12. NIAB. - F. 1430. - Op. 1. - D. 49072. - Le cas des avions survolant la province de Vitebsk, 23.12.1914-21.08.1915. - 67 litres.

13. NIAB. - F. 295. - Op. 1. - D. 8591 b. Circulaires du gouverneur de Minsk aux chefs de police sur les mesures à prendre dans le cadre de la promulgation de la disposition sur la période préparatoire à la guerre, sur la prise de mesures pour prévenir les troubles et les grèves, 15/06/1914-14/12/14 1914. - 636 litres.

14. Peregudov, A. V. Espionnage militaire dans la province de Voronej pendant la Première Guerre mondiale // Bulletin de l'Université d'État de Voronej. Séries : histoire, science politique, sociologie. - 2015. - N° 1. - P. 109–115.

15. Vol du ballon // Feuille de Saint-Pétersbourg. - 1913. - N° 159 (13 juin). - Art. 3.

16. Posadsky, A. V. Espionnage ou manie d'espionnage : épisodes des premiers mois de la Grande Guerre / A. V. Posadsky // Nouvelle sentinelle. - 2006. - N° 17-18. - S. 266-268.

17. P. T. A. Avions allemands / P. T. A. // La vie à Irkoutsk. - 1914 .-- 5 novembre. - S. 4.

18. La Russie et ses régions au XXe siècle : territoire - réinstallation - migration / éd. O. Glezer, P. Polyana. - Moscou : OGI, 2005 .-- 813 p.

19. Ryazanov, S. M. Police de l'Oural à la poursuite d'avions mythiques pendant la Première Guerre mondiale / S. M. Ryazanov // Genèse : recherches historiques. - 2017. - N° 9. - P. 159-168.

20. Avions // Nasha Niva. - 1914. - N° 35 (4e jour). - S. 2.

21. Semenova, E. Yu. Vision du monde de la population urbaine de la région de la Volga pendant la Première Guerre mondiale (1914 - début 1918) : aspects sociaux, économiques, politiques : monographie / E. Yu. Semenova. - Samara : ANO "Maison d'édition de la SSC RAS", 2012. - 887 p.

22. Trokhina, province d'O. Orel pendant la Première Guerre mondiale / O. Trokhina // Bulletin militaire d'Oryol. - 2013. - N° 8. - P. 4-8.

23. Turkin, A. Kazan ressemblait à un camp militaire / A. Turkin // Patrie. - 2014. - N°1 (83). - Art. 7.

Publié: Butov, I. S. La poursuite des rumeurs sur les "avions" dans la province de Minsk en 1914 (sur la base des documents des Archives historiques nationales de Biélorussie) / I. S. Butov // Archivaryus. - 2019. - Émission. XVII. - S. 118-131. [Les illustrations pour la version en ligne de l'article ont été sélectionnées par R. V. Solozhenitsyn]


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france



#ovni #ufo #nlo #minsk #bielorussie #mufonfrance