• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

documents sur de mystérieux avions et dirigeables dans la province de Minsk en 1914

Traduit par le Mufon France, écrit par Ilya Butov


L'article traite de documents sur de mystérieux avions et dirigeables dans la province de Minsk des Archives historiques nationales de Biélorussie.


Ce n'est que depuis quelques années, grâce au travail de plusieurs historiens, archéographes et historiens locaux, qu'il est possible d'étudier une page de la Première Guerre mondiale qui était jusqu'alors entourée de brouillard, comme la campagne contre les aéroplanes ou la chasse aux mystérieuses machines volantes loin des lignes de front [9, pp. 307-311].


Elle s'est exprimée par la recherche de certains pilotes et l'examen de rapports similaires d'aéronefs provenant d'endroits que les avions ne pouvaient en principe pas atteindre, et les ballons et zeppelins seulement si un certain nombre de conditions étaient réunies, conditions que, cependant, les observations en question ne remplissaient souvent pas.


A ce jour, des données ont été collectées sur une telle campagne dans certaines provinces de l'Empire russe : régions de Stepnoy [3] et de Pribaltiysky [6, pp. 204-205], Permskaya [19, pp. 159-168], Voronej [14, pp. 109-115], Saratov [16, pp. 266-268], Samara [21, pp. 431-434], Kazan [23, p. 7], Pskov [4, pp. 187-198] et d'autres provinces. Il a été fait mention d'épisodes distincts de chasse dans les provinces d'Orel [22, p.7] et de Novgorod [7, p.144-145], en Bachkirie [2, p.7], etc. Mais les cas biélorusses n'ont jamais été examinés sous cet angle, les attribuant à l'avion ennemi bien réel comme standard.


Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a presque immédiatement fait de la quasi-totalité du territoire de la Biélorussie une zone de première ligne avec toutes les conséquences qui en découlent dans ces circonstances. De nombreuses directives sévères ont été adoptées, les travaux se sont intensifiés dans le domaine de l'identification des espions et des agents d'influence étrangers. Les autorités ont lancé une campagne antiaérienne visant à trouver des avions ennemis au-dessus du territoire de la Biélorussie et à empêcher leur décollage et leur atterrissage sans entrave. On croyait que dès les premiers jours de la guerre, les avions, ballons et zeppelins allemands pouvaient facilement voler vers n'importe quelle partie du pays, mais c'était loin d'être le cas.


Par exemple, pour les avions russes, la portée maximale d'un seul vol au total ne pouvait pas dépasser 200 à 250 kilomètres 1 [12, p. 24]. Des chiffres similaires sont donnés pour les avions allemands et M. Vasiliev (300 kilomètres 2 ) [5, p. 147], par ailleurs, le rayon d'action maximal des « appareils zeppelin » par le chef d'état-major de la 5e armée à cette époque était estimé à 400 kilomètres 3 [4, p. 196]. Au moins en 1914, voler de la ligne de front à Minsk en avion aurait été une entreprise extrêmement risquée, de peu d'importance d'un point de vue pratique. Les bombardements à cette époque ont eu lieu principalement beaucoup à l'ouest de Minsk et se sont concentrés sur des objectifs plus ou moins importants gares, ponts ferroviaires, trains, emplacements de troupes, etc.



Un véritable avion allemand abattu par des artilleurs dans la zone avant près du village de Luka (aujourd'hui - district de Korelichi, Biélorussie), juillet 1916. Photo : MAMM / MDF.

Le fait que le problème de l'apparition d'avions mystérieux n'était pas considéré comme insignifiant peut être jugé par la circulaire envoyée au gouverneur de Minsk, Aleksey Fedorovich Girs (1871-1958) le 9 août (22) , le 4 août 1914. Dans ce document , le vice-ministre des Affaires intérieures, le camarade Zolotarev, a noté : « Selon les informations disponibles, dans certaines régions de l'empire, des avions sont apparus, volant principalement en dehors des zones peuplées au-dessus du stockage de fournitures militaires. L'apparition de tels dispositifs a été observée dans les provinces de Kazan, Primorsk, Vladimir et Viatka. Il y a lieu de supposer la présence au sein de l'empire de stations aéronautiques secrètes ennemies équipées, d'ateliers et de stockages d'essence »[13, p. 570].


Gouverneur de Minsk A.F. Girs.

AF Girs a transmis ce message à d