• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Cerné de toutes parts, le Pentagone va perdre sa bataille contre les OVNI



Traduit par le MUFON France, écrit par Christopher Sharp article LIBERATION TIMES


Le Pentagone est à bout de souffle sur la question des phénomènes aériens non identifiés (UAP). Non seulement il a sapé le Congrès, mais il oppose maintenant une résistance désespérée alors qu'il est encerclé de toutes parts. La vérité éclatera, mais ses actions ne font qu'aggraver ses problèmes.


Le nouveau bureau UAP du Pentagone va provoquer la colère des politiciens

La semaine dernière, le département de la défense (DoD) a décidé de créer un nouveau bureau/groupe pour remplacer l'UAPTF (Unidentified Aerial Phenomena Task Force) de la marine américaine.


Le bureau s'appelle Airborne Object Identification and Management Synchronization Group (AOIMSG), un nom qui ne coule pas de source. Un indice, c'est le but.


La décision du ministère de la Défense a été prise avec le soutien de deux hauts responsables de l'administration, Avril Haines (directrice du renseignement national) et Kathleen Hicks (secrétaire adjointe à la Défense).


Ce n'est pas une bonne chose. Le DoD peut s'écrier qu'il n'a fait que répondre à l'évaluation préliminaire de l'UAPTF de juin et au mémorandum ultérieur de Hick. Mais il l'a fait en sachant parfaitement que l'amendement Gillibrand-Rubio du Sénat (au NDAA 2022) était une version bien supérieure de l'AOIMSG.


De plus, la version du Sénat prévoit la transparence pour le public et le Congrès et l'inclusion d'une passerelle vers la communauté scientifique.


Le bureau proposé par le Sénat s'appelle Anomaly, Surveillance, Tracking and Resolution Office (ou Astro) - un nom beaucoup plus digeste, parfait pour le discours public et la transparence.


L'AOIMSG soutenu par Hicks et Haines contraste fortement avec le programme de confiance et de transparence de la Maison Blanche. Cela arrive à un moment où le sujet de l'UAP est d'une importance capitale pour la sécurité nationale et a suscité l'imagination du public.


L'AOIMSG est un piège embarrassant et antidémocratique, qui pue le secret et le statu quo inefficace.


C'est un faux pas majeur de la part du DoD, de Haines et de Hicks. En fait, cela va à l'encontre des souhaits de transparence du Congrès de la part de certains des politiciens les plus puissants du pays représentant les deux partis.


Le vice-président de la commission du renseignement du Sénat, Marco Rubio (républicain), a déjà fait remarquer que lui et certains de ses collègues étaient très intéressés par le sujet et voulaient savoir ce qui survole les installations militaires les plus sensibles du pays, que ce soit des engins terrestres ou autres.


La sénatrice Gillibrand (démocrate), qui, à en juger par ses commentaires précédents, devrait être significativement opposée à la nouvelle création du DoD, a récemment déclaré :


"Ne pas avoir de contrôle ou de responsabilité jusqu'à présent est pour moi inacceptable."

Ce sentiment a été reflété dans l'amendement Gillibrand-Rubio, qui prévoit que quatre commissions clés du Sénat et leurs équivalents de la Chambre des représentants (y compris les crédits) soient informés deux fois par an de l'UAP. Ainsi, le DoD serait tenu responsable de ses actions et de tout manque de coopération au sein de ses agences associées.


Aspects alarmants du bureau UAP du DoD

L'AOIMSG n'aurait (d'après ce que nous avons compris) aucune surveillance du Congrès et ne comprendrait aucun rapport public non classifié, contrairement à ASTRO.


On peut donc se demander pourquoi le ministère de la Défense ne souhaite pas informer les politiciens et assurer la transparence publique sur ce sujet. Que tentent-ils de cacher ?


C'est une image alarmante. Si, comme certains le supposent, il s'agit d'une technologie russe ou chinoise, les commissions, notamment celles des relations extérieures, des forces armées et du renseignement, ne devraient-elles pas avoir accès à ces informations afin que les décisions nécessaires puissent être prises ?


Il y a ZERO chance que les sénateurs et les représentants réagissent positivement à l'AOIMSG du DoD. On peut se demander si les politiciens ont même été prévenus par le DoD avant d'annoncer son nouveau bureau ?


Ces dernières années, les politiciens ont été informés sur l'UAP et ne seront pas dupes des dernières actions du DoD.


Et il ne s'agit pas seulement de transparence - les éléments clés contenus dans ASTRO, mais non inclus dans AOIMSG, (d'après notre compréhension du mémo Hicks) sont les suivants :


Aucune référence à la transmission de l'UAP, le nouveau groupe se concentrerait sur les phénomènes aériens, ignorant toute activité océanique et peut-être spatiale.


Aucune exigence concernant l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan de collecte et d'analyse.


Pas d'application aux incidents qui se produisent en dehors de l'espace aérien à usage spécial.


Aucune référence aux briefings publics non classifiés.


Aucune étude sur l'impact physiologique de l'UAP, qui pourrait effectivement affecter le personnel militaire.


Aucune référence à des études scientifiques ou à des liens établis avec la communauté scientifique.


Aucune obligation de consulter les nations étrangères


Aucune obligation d'examiner les questions techniques, telles que la propulsion sans combustion.


Aucune obligation de rendre des comptes ou d'expliquer les agences qui retiennent des données sur l'UAP.


Aucune mention de la menace posée aux actifs nucléaires, qui peut représenter un risque urgent pour la sécurité nationale.


Aucune obligation de fournir des conclusions non classifiées au Congrès.


Les politiciens responsables de la sécurité nationale devraient être très alarmés par le fait que le DoD n'a pas l'intention de couvrir ces éléments.


Le DoD fait-il la sourde oreille ?

Peut-être pour montrer qu'ils ne font pas la fine bouche, Hicks et Haines réduiraient également la responsabilité de l'UAP au sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement (USDI). ASTRO l'élèverait au niveau du Secrétaire à la Défense (le patron de Hicks), et du Directeur du Renseignement National, tenu par Haines elle-même.


Ce déclassement apparent a été établi malgré le fait que la sénatrice Gillibrand ait qualifié la question d'"urgente". Reléguer les responsabilités ne fera certainement pas bonne figure aux yeux des politiciens.


Saper le Congrès (surtout sur un sujet sur lequel les deux partis sont d'accord) ne se terminera jamais bien.


Et lorsque les commissions des crédits des deux chambres sont impliquées (oui, ASTRO voudrait dire qu'elles sont informées), cela pourrait nuire aux cordons de la bourse et donner le ton d'une relation conflictuelle entre le DoD et le Congrès.


Il semble que la décision du DoD pourrait très bien se retourner contre lui, mais nous saurons si c'est le cas dans les semaines à venir, à mesure que nous nous rapprocherons de la version finale du NDAA. D'après les signes actuels, l'AOIMSG semble être l'antithèse de la volonté du Congrès.


Auditions publiques

Si l'initiative du ministère de la Défense se retourne contre lui, des commissions politiques clés pourraient très bien décider d'appuyer sur la gâchette pour organiser des auditions publiques, afin de demander des comptes aux responsables du Pentagone le plus tôt possible.


Le représentant André Carson (qui préside la sous-commission du contre-espionnage et de la contre-prolifération de la commission du renseignement de la Chambre des représentants) a déjà fait part de son intention d'organiser de telles auditions.


En fait, la planification est peut-être déjà en cours en ce moment, peut-être même avec la participation de Carson et de sa commission.


Dans ce scénario possible, le public deviendrait le jury alors que les membres élus poseraient des questions aux responsables du DoD et de l'Intelligence Community.


Entendre également d'éventuels témoignages concernant des incidents liés à l'UAP (impliquant peut-être même des biens nucléaires) serait une marque de honte pour certains au sein du DoD, et il n'y aurait pas de salut, surtout s'ils continuent à résister à la transparence.


Enquête de l'IG

En mai 2021, l'inspecteur général (IG) du ministère de la Défense a publié un mémo annonçant qu'il allait entreprendre une "évaluation des actions du ministère de la Défense concernant les phénomènes aériens non identifiés".


Commentant le mémo à POLITICO, Christopher Mellon, ancien secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement, a déclaré :


"Vous cherchez à savoir comment il est possible que l'espace aérien militaire restreint soit régulièrement violé pendant des mois et des années et que personne ne soit informé au ministère de la Défense ou au Congrès et qu'il y ait une panne complète du système.

"C'est une chose valable sur laquelle ils doivent enquêter."

Le DoD doit être très prudent avec ses actions, et l'annonce de l'AOIMSG la semaine dernière pourrait ne pas être perçue positivement par ceux qui entreprennent l'évaluation IG.


La récente décision suggère le maintien du statu quo, le Congrès et le public étant laissés dans l'ignorance des incursions. Ses actions dans les semaines à venir seront examinées de près.


En fait, l'évaluation n'a été mise en place qu'après "des plaintes de la part des dirigeants du Congrès concernant la gestion du sujet UAP par le DoD", selon Tim McMillan de The Debrief dans un article publié le 4 mai 2021.


Une fois encore, il s'agit d'un autre signe de frustration de la part des politiciens de Washington D.C., qui verront probablement la dernière initiative du DoD se retourner contre lui.


Pression internationale

Nous attendons actuellement que Saint-Marin présente potentiellement au Secrétaire général de l'ONU une proposition visant à créer une structure permanente au sein des Nations unies chargée d'organiser une conférence mondiale périodique sur les UAP.


Les mouvements pour une conversation potentielle de l'ONU ont commencé en 2018, avec les gouvernements de la Chine et de la Russie probablement impliqués. Depuis lors, les deux pays se sont tus, ce qui a conduit à la création de la "Coalition internationale pour la recherche extraterrestre" (ICER), qui a demandé à Saint-Marin de s'engager avec l'ONU.


Si le DoD parvient à bloquer les efforts du Congrès, il est probable qu'une autre nation prenne le leadership sur cette question.


Cette année, la Chine a révélé ses efforts pour enquêter sur les UAP en utilisant l'IA. Cela intervient à un moment où les observations dans la nation communiste sont en augmentation.


Il n'est pas inimaginable que la Chine puisse relancer ses efforts de 2018 une fois de plus et prendre le leadership, laissant les États-Unis dans l'embarras.


Engagement scientifique

La science a maintenant commencé à s'impliquer dans le sujet de l'UAP. Le projet Galileo de Harvard, dirigé par une équipe de scientifiques de renommée mondiale, commencera bientôt à étudier l'UAP.


En outre, l'administrateur de la NASA, Bill Nelson, a confirmé son intérêt pour le sujet et a déclaré que l'agence allait désormais étudier le phénomène.

Cela suggère que la stigmatisation scientifique entourant le sujet s'efface progressivement.


Nous avons déjà commencé à voir l'intérêt scientifique d'universitaires d'autres pays. Par exemple, la Fondation indienne de recherche en astrobiologie a annoncé (en juillet 2021) son propre effort de recherche sur le sujet.


Si une découverte majeure est faite, le ministère de la défense et d'autres armées se retrouveront dans une position embarrassante, devant expliquer pourquoi ils ont caché ces informations ou n'ont pas été en mesure de demander une telle assistance scientifique dès le départ.


La partie est finie

Quelque chose commence à puer, comme pourrait le dire Lue Elizondo, ancien directeur du programme avancé d'identification des menaces aérospatiales (AATIP) du Pentagone.


La technologie progresse et des organisations privées envoient désormais des personnes dans l'espace. Il devient de plus en plus difficile de dissimuler les incidents UAP.

Et avec la toile qui se referme de tous côtés, le DoD mène une bataille perdue d'avance.


L'heure est aux voix rationnelles. Ces voix (qui détiennent encore le plus de pouvoir) doivent accepter la nouvelle situation et commencer à planifier un monde post-divulgation.


Si le DoD continue sur sa lancée, cela aura des répercussions majeures. Les politiciens, tels que Tim Burchett, ont déjà perdu confiance dans le DoD. La confiance du public dans le gouvernement est également faible et les théories de la conspiration sont répandues. Combattre la vérité ne fera qu'apporter plus de problèmes.


Et en cette période de crise économique et sanitaire, c'est un autre problème que nous ne pouvons pas nous permettre d'avoir.


Alors que le Sénat s'apprête à examiner le NDAA 2022 cette semaine, nous nous demandons quelle heure l'horloge de la divulgation indiquera en décembre. À notre avis, minuit est plus proche que jamais.


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france



#ovni #ufo #uap #pan #pentagone #dod #gillibrand #mufonfrance