• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

AATIP / AAWSAP / ELIZONDO commentaire personnel de George Knapp



Traduit par le Mufon France, écrit par : George Knapp pour MYSTERY WIRE


COMMENTAIRE PERSONNEL DE GEORGE KNAPP :

Depuis la sortie du livre "Skinwalkers at the Pentagon" il y a deux semaines, plusieurs tentatives ont été faites pour brouiller les pistes sur les différences entre le programme AAWSAP, géré par le Dr Jim Lacatski à la DIA, et le programme AATIP, géré par Lue Elizondo au Pentagone. Les personnes qui tentent de brouiller les pistes sont les suspects habituels des médias sociaux, ceux qui prétendent s'intéresser aux OVNI/UAP et aux phénomènes connexes, mais qui ont prouvé à maintes reprises que leur principal intérêt était de semer le doute, de décourager les enquêtes sérieuses sur ces sujets et, vraisemblablement, d'affiner leurs talents de comédiens.


Lue Elizondo est la cible de ces mêmes personnes depuis décembre 2017, lorsqu'il a contribué à convaincre le New York Times de publier un article sur l'intérêt secret du Pentagone pour les ovnis. Étonnamment, les guerriers en ligne ont souvent repris les déclarations trompeuses des porte-parole du Pentagone, qui ont ridiculement nié que l'AATIP ou l'AAWSAP avaient quoi que ce soit à voir avec les ovnis, et ont également nié qu'Elizondo ait jamais été affecté à l'AATIP ou ait eu quoi que ce soit à voir avec une enquête sur les ovnis. Il est difficile de comprendre pourquoi des enquêteurs sur les OVNIs apparemment intelligents, des gens qui connaissent les 70 ans de mensonges de l'armée sur le sujet des OVNIs, choisissent d'accepter les fausses déclarations du DOD (ou toute autre déclaration du DOD sur les OVNIs, d'ailleurs), mais c'est ce qui s'est passé. Les tentatives visant à semer la confusion dans l'esprit du public et à calomnier Elizondo proviennent très probablement de ce que l'on perçoit comme des guerres de territoire dans le domaine des ovnis. Tout le monde dit qu'il veut la vérité, à condition que ce soit SA vérité.


La distinction entre AAWSAP et AATIP n'est pas nouvelle. Elle fait partie du domaine public depuis 3 ans maintenant. J'en ai parlé à la télévision, à la radio et dans de multiples présentations publiques. Le Dr Lacatski a maintenant déclaré publiquement que les deux programmes étaient liés mais n'étaient pas la même chose. Le Dr Colm Kelleher, qui était responsable de programme pour l'étude de la DIA par Bigelow Aerospace, a également contribué à faire la distinction entre les deux programmes. Il a co-écrit le livre, avec Lacatski et votre serviteur. Robert Bigelow, dont la société a remporté le contrat DIA, a également expliqué les différences dans une interview filmée par nos soins il y a dix mois.


Mais il y a une autre voix qui a expliqué comment les deux programmes ont fonctionné et se sont croisés. Lue Elizondo a tout exposé dans une interview que nous avons réalisée en juin 2018. Elizondo nous a accordé sa première interview longue, face caméra, en janvier 2018, quelques semaines après la publication de l'article du New York Times. Dans cette interview, il n'a jamais mentionné AAWSAP car, à l'époque, il n'était pas connu du public. En juin 2018, le secret était éventé. KLAS avait diffusé de multiples reportages à ce sujet et révélé des documents, y compris le contrat signé par la DIA et Bigelow, donc dans cette deuxième interview, Elizondo a répondu aux questions que nous avons posées sur les deux efforts. Cette interview est publiée sur notre site web depuis juin 2018. Ces twitfologues soi-disant pro-Ovni qui se trouvent maintenant en quelque sorte confus n'ont personne à blâmer sauf eux-mêmes ... pour être trop paresseux pour examiner les informations et les matériaux qui ont été largement disponibles plus de trois ans. Voici des extraits pertinents de l'entretien de 2018 avec Elizondo.



George Knapp : Nous parlons de cette lettre non classifiée de 2009, dans laquelle il faut lire entre les lignes, mais qui est pleine de possibilités. Je veux dire, les implications de ce que vous voyez là-dedans, c'est que c'est réel. Cette évaluation va à l'encontre des déclarations que le Pentagone a faites - les porte-parole du Pentagone - depuis que vous vous êtes présenté.


Luis Elizondo : Il y a beaucoup de poches au sein du Département de la Défense qui ne savent pas nécessairement ce que, vous savez, une autre poche fait, n'est-ce pas ? La main droite ne sait pas toujours ce que fait la main gauche. Ils essaient. Je ne pense pas que ce soit délibéré ou fait exprès. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une campagne de désinformation. Je pense que s'il y avait une question sur ce que le gouvernement sait, ou ne sait pas, il faudrait probablement demander au gouvernement d'y répondre. Je ne veux certainement pas deviner pourquoi le gouvernement a dit ce qu'il a fait. Je ne peux imaginer que pour deux raisons : A. la sécurité nationale. Et si ce n'est pas la sécurité nationale, ils ne savaient tout simplement pas.


Knapp : AATIP - le programme a été tué.


Elizondo : Droit.


Knapp : Et il a été tué parce qu'il n'a pas trouvé quelque chose.


Elizondo : C'est vrai.


Knapp : Cette lettre dont nous parlons dit qu'ils ont trouvé des choses.


Elizondo : Eh bien, et je l'ai dit très clairement auparavant sans nécessairement faire référence au mémo. L'AATIP a trouvé beaucoup de choses. Et ce n'était pas seulement un examen ponctuel de l'incident du Nimitz. Nous avons examiné de très nombreux incidents. Et nous les avons examinés sur une base continue. Et nous avons pensé que nous avons vu certaines congruences à travers ces incidents à maintes reprises, certains modèles de comportement répétés. Et en tant qu'officier de renseignement, lorsque vous voyez ces modèles de comportement répétés, c'est la clé qui indique que quelque chose se passe. Qu'il y a quelque chose là - la prévisibilité - que vous pouvez utiliser ensuite, plus tard, pour comprendre comment les choses fonctionnent et ce qu'elles sont vraiment.


Knapp : Les arguments avancés dans cette lettre sont toujours valables aujourd'hui.


Elizondo : Absolument. À mon avis, absolument. Ils sont plus valables maintenant qu'ils ne l'ont jamais été auparavant.


George Knapp : On a l'impression que quelque chose se passe. Et je sais qu'il y a des sensibilités impliquées. Mais je veux dire, est-ce que ce sentiment est correct ?


Luis Elizondo : Eh bien, vous devrez excuser ma réponse à ce sujet, mais George, en fin de compte, j'ai toujours dit que ce que je ressens n'a pas d'importance, n'est-ce pas ? Je peux ressentir quelque chose. Mais je peux aussi avoir tort. Donc, je sens que la conversation a lieu maintenant parmi le peuple américain et parmi certains de nos hauts niveaux de gouvernement. Cela n'est jamais arrivé auparavant, et je suis très optimiste à ce sujet. Ce que je ressens à ce sujet n'est probablement pas pertinent, mais je vais vous le dire si vous me le demandez. Je me sens bien à ce sujet. Je pense qu'enfin, les gens peuvent avoir une conversation rationnelle. Et des gens beaucoup plus intelligents que moi peuvent comprendre ce que sont ces choses.


Knapp : Eh bien, la raison pour laquelle vous êtes parti est parce qu'il ne recevait pas l'attention qu'il méritait.


Elizondo : Absolument. Absolument.


Knapp : Le même argument que cela fait essentiellement.


Elizondo : En fait, je suis parti par loyauté, pas par déloyauté, parce que j'aime tellement le département et les dirigeants, en particulier (le secrétaire à la Défense James) Mattis, qu'il n'y avait pas d'autre moyen pour moi de faire savoir que ces choses que nous voyions et vivions étaient réelles, et qu'elles étaient recueillies non pas par une simple grand-mère dans le jardin qui filme avec une caméra et voit quelques lumières là-bas. Ce sont des observateurs entraînés qui pilotent des systèmes d'armes multimillionnaires, parfois au-dessus de villes américaines, à qui nous faisons confiance pour combattre et gagner des guerres en notre nom. Et ils vous disent qu'ils voient quelque chose. Ils ont vu quelque chose qu'ils ne savent pas ce que c'est. Et nous devons y prêter attention. Ce qui est confirmé par les données électro-optiques, qui sont confirmées par les données radar, qui sont confirmées par, vous savez, de plus en plus de couches. À un moment donné, vous devez regarder et dire, vous savez ... il y a un vieux dicton que nous avons, si vous le voyez une fois, c'est une anomalie. Si vous la voyez deux fois, ça peut être une coïncidence. Si vous la voyez trois fois, vous êtes probablement en train de regarder une tendance. N'est-ce pas ? Et donc c'est ce que nous voyons. Et quand vous construisez cette mosaïque, vous construisez ce, par manque de meilleurs termes, ce puzzle. Vous savez, les gens diront, "Comment savez-vous par où commencer ?" Eh bien, vous commencez par la première pièce. C'est ça ? Vous prenez un puzzle de 1000 pièces, et je ne suis pas très intelligent, donc je ne suis pas très bon pour construire ces choses, donc ce que je fais habituellement c'est prendre les quatre coins en premier, et je mets ces pièces de côté. Parce que vous pouvez dire que ce sont les quatre coins. Ensuite, je prends toutes les pièces qui ont un bord droit, parce que je sais qu'elles vont servir de bordure, et je les mets de côté. C'est ça ? Donc, c'est dans un autre petit bac. Et ensuite, je prends tous les morceaux qui ont des couleurs similaires, je les prends et je me dis qu'ils font probablement partie de la même scène, et je les mets de côté. Et très vite, ma fille et moi sommes passés d'un fouillis de 1000 pièces à cinq ou six bacs dans lesquels nous pouvons voir que ce sont des pièces communes qui vont nous aider à reconstituer l'image. Et donc - et c'est une très mauvaise analogie - mais nous avons utilisé la même méthodologie au sein de l'AATIP. Nous avons essayé de trouver ces points communs et de les " classer " dans ce que nous appelons maintenant les cinq observables, et cela nous a aidés à nous concentrer sur la collecte des éléments de données qui sont très importants, ou des éléments de données que nous n'avons pas encore.


George Knapp : Pouvez-vous décrire, il y a une confusion sur AATIP, AAWSAP, BAASS.


Luis Elizondo : Bien sûr


Knapp : Différents acronymes - comment tout cela ... vous décrivez votre réseau de gars, et comment cela interagissait avec les autres.


Elizondo : Alors George, comprenez que lorsque cela est sorti, j'étais seulement en charge de l'AATIP à l'époque. Ce n'était donc pas vraiment à moi d'avoir une grande et longue discussion sur le AAWSAP avant cela - Advanced Weapons Special Application Program. Mais en fin de compte, je savais que l'information finirait par sortir. Suffisamment de gens posaient les bonnes questions pour que l'information sorte. Il faut que ça sorte, mais ça ne peut pas venir de moi.


Knapp : Oui.


Elizondo : Parce que ce n'était pas vraiment... ça a commencé avant mon arrivée à bord. Et donc, ma connaissance de ce programme est un peu limitée. Donc, en substance, en 2007, le programme initial s'appelait le programme AAWSAP. Et il a porté ce nom pendant environ neuf mois. Et ce programme a été affiné par la suite, c'était un peu une approche à l'emporte-pièce du phénomène. Il incluait donc beaucoup de choses dans ce programme pour essayer de comprendre comment ces choses volent et d'où elles sortent, où elles vont et des choses comme ça. Lorsque je suis arrivé dans le programme, le nom venait d'être changé en AATIP - Advanced Aerospace Threat Identification Program, AATIP. Pas "aviation" avancé, "aérospatial" avancé. Je sais que les gens continuent de dire que c'est de l'aviation avancée. Ce n'est pas le cas. Et les gens finiront par comprendre que ce n'est pas le nom. C'est Programme d'identification des menaces aérospatiales avancées. Et donc, quand je suis arrivé, le nom AATIP avait déjà été publié. Et c'est ainsi qu'on s'y référait. Maintenant, que ce soit... pas un surnom ou un nom formel. C'était un nom formel pour nous, on nous a donné le nom AATIP. Mais si les gens veulent, vous savez, discuter de la sémantique, et qu'ils veulent dire que c'était un surnom, c'est très bien. Mais ce n'était pas vraiment un surnom, du moins pas pour moi et les gars et les filles qui travaillaient avec moi. C'était donc AATIP. Et c'est comme ça que nous l'avons briefé. Mais quoi qu'il en soit, l'accent était vraiment mis sur les rouages, sur ce que c'est et comment ça fonctionne. Pas vrai ? Et comme je l'ai dit auparavant, à plusieurs reprises, c'était notre objectif, et c'était l'objectif de l'AATIP. Nous sommes donc passés d'une approche globale à une approche plus ciblée, au laser, en essayant de comprendre certains éléments, parce que l'éléphant était trop gros pour être mangé en une seule bouchée, franchement, à mon avis en tout cas. Je pourrais me tromper, mais avec le recul, en 2020, le programme AAWSAP, étant donné les ressources, 22 millions de dollars ne seraient jamais suffisants pour vraiment suivre chaque... chaque terrier de lapin pour le faire, de manière concluante, à mon avis. Il a donc été recentré sur l'AATIP. J'ai repris l'année 2010. Le programme a continué comme AATIP ... 2012, le financement initial de cinq ans s'est tari. Nous avons donc reçu plus de financement en 2013-2014. Malheureusement, le verbiage dans la façon dont il a été écrit dans le projet de loi que quand il est finalement sorti, un autre bureau du Pentagone a pris notre argent qui était destiné à notre bureau, malheureusement. Et je ne vais pas entrer dans les détails de ce bureau, mais le bureau l'a pris. Et nous n'avons pas été en mesure, parce que personne n'a été lu dans le programme, d'intervenir et de dire "hey, cet argent nous était destiné". Donc le programme était effectivement destiné à être financé bien au-delà de 2012.


Knapp : L'interaction entre vous et votre groupe et l'AAWSAP, les gens de Bigelow BAASS ... des conversations dans les deux sens ? Vous avez une idée générale de ce qu'ils font ?


Elizondo : (Répond par l'affirmative) Bien sûr, oui. Nous n'avons rien fait sans nous parler les uns aux autres.


George Knapp : Et le Ranch Skinwalker ? Avez-vous reçu des rapports à ce sujet ? Ou pouvez-vous le dire ?


Luis Elizondo : Je préférerais reporter cette question, si cela vous convient.


Knapp : Faisons une hypothèse. Les types de phénomènes qui ont été décrits là et qui ont été étudiés par Bigelow, à la fois en tant que BAASS et en tant que NIDS sont confondants dans le sens où ils ne se répètent jamais. Que la même chose ne se reproduit pas. Il semble presque ... que l'approche serait de l'étudier comme une question d'intelligence plutôt que comme une question scientifique ou d'intelligence ...


Elizondo : Eh bien, je pense qu'il y a toujours un aspect intelligence à toute grande question, non ? Il faut se poser des questions. Vous savez, sortons la nature du Skinwalker de l'équation et regardons-la simplement sous l'angle de l'intelligence. Tu dois te demander, A. Est-ce que c'est quelque chose qui se produit naturellement ? Est-ce que c'est quelque chose qui est fait délibérément ? Est-ce quelque chose qu'une autre nation pourrait être derrière en essayant de nous influencer ? Ou est-ce quelque chose qui se produit et qui est juste une partie naturelle de l'être humain sur cette planète ? C'est bien ça ? Et un tas d'autres possibilités aussi. Donc nous regardons les choses à travers l'optique d'essayer de déterminer exactement quelles sont ces choses qui sont détectées, qui sont observées, qui sont signalées ? Et s'agit-il de quelque chose qui se produit naturellement ou non ? Et quand je dis "d'origine naturelle", cela ne signifie pas nécessairement qu'elles se produisent naturellement dans le cadre d'un modèle météorologique. L'univers dans lequel nous vivons est terriblement grand. Et nous réalisons aujourd'hui, grâce à des théories telles que la théorie des cordes, que l'univers dans lequel nous vivons pourrait faire partie d'un voisinage d'univers beaucoup plus grand, faisant partie d'un multivers qui réside dans un grand super-univers. Et ce n'est pas qu'une simple spéculation. Il existe actuellement des preuves scientifiques que même des scientifiques très sérieux examinent. Je vais vous donner un exemple. La nature asymétrique, supposée asymétrique, de notre univers. Quand une grenade explose, elle a tendance à exploser de façon symétrique. Et pourtant, voici notre univers, censé provenir d'un big bang, et il semble de travers. Certains scientifiques ont donc émis l'hypothèse qu'il pourrait en être ainsi à cause de la force gravitationnelle d'un univers voisin. Ces effets gravitationnels affectent en fait notre univers ici, non ? Est-ce que c'est prouvé ? Non, mais c'est une théorie. Et donc je pense qu'à chaque fois qu'il s'agit de choses comme Skinwalker Ranch ou n'importe où ailleurs, je pense que nous devons garder l'esprit ouvert. Encore une fois, il y a 20 ans, mon téléphone portable, mon iPad, il y a peut-être 30 ans, était paranormal, non ?


Knapp : De la sorcellerie.


Elizondo : Surnaturel, sorcellerie, vaudou. Et maintenant c'est la routine. Je pense que lorsque vous entrez dans la mécanique quantique et que vous réalisez des choses comme le principe de dualité et les particules enchevêtrées, vous réalisez que cet univers est bien plus complexe que ce que nous avions même imaginé. Et nous devons prendre cela en compte, qu'il y a des choses qui peuvent se produire dans la nuit. Et nous avons juste besoin de comprendre ce que sont ces choses.


INTERVIEW ENREGISTRÉE EN JUIN 2018.


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france



#ovni #ufo #uap #pan #luiselizondo #elizondo #aatip #aawsap #georgeknapp #mysterywire #mufonfrance #pentagone #drjimlacatski #dod #dia #skinwalkerranch