• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Révélée après 32 ans : La "photo d'OVNI la plus spectaculaire jamais prise"


Traduit par le MUFON France, écrit par David Clarke pour le Daily mail


Révélée après 32 ans : La "photo d'OVNI la plus spectaculaire jamais prise" - ou le premier aperçu du légendaire programme américain d'avions espions Aurora top secret ?


En août 1990, deux jeunes chefs ont photographié ce qu'ils pensaient être un OVNI alors qu'ils se promenaient près des Carigorms, en Écosse, et ont apporté les photos à un journal.

Le journal les a transmises au Ministère de la Défense (MOD). Puis, les photos ont disparu - en même temps que les deux jeunes chefs.


Aujourd'hui, après 32 ans, la photo est révélée - bien que le ministère de la Défense et les Archives nationales aient fait tout leur possible pour la garder cachée jusqu'en 2076 pour des raisons de "confidentialité".


Craig Lindsay, officier de la RAF à la retraite, aujourd'hui âgé de 83 ans, a rompu le protocole et a conservé une copie de l'une des photos à l'intérieur de son exemplaire de Great Aircraft Of The World dans son bureau.


Mais cette photo est-elle, en fait, le premier aperçu du légendaire programme américain d'avions espions Aurora top secret ?


Depuis le milieu des années 80, des rumeurs circulent sur l'existence d'un avion silencieux, supersonique et de forme géométrique, utilisé pour des missions d'espionnage.

Il n'y a jamais eu de preuves substantielles qu'il ait été construit ou ait volé, mais de nombreuses observations et incidents inexpliqués aux États-Unis et au Royaume-Uni ont alimenté le mythe.


Le 4 août 1990, deux jeunes hommes travaillaient comme chefs dans un hôtel de Pitlochry, une belle ville des Highlands du Perthshire, juste à l'extérieur du parc national des Cairngorms en Écosse.


À 21 heures, après une longue journée dans une cuisine surchauffée, ils ont conduit environ 13 miles vers le nord le long de l'A9 jusqu'à Calvine, un endroit au bord des Cairngorms, pour une promenade dans les collines.


Ils n'étaient pas loin quand ils ont vu un énorme objet solide en forme de diamant, d'environ 30 mètres de long, planant silencieusement dans le ciel au-dessus d'eux. Terrifiés, ils se sont cachés dans des buissons et ont levé les yeux.


Quelques minutes plus tard, ils ont entendu le bruit d'un avion à réaction se dirigeant vers le nord : En 1990, la RAF à Fife avait deux escadrons de chasseurs Tornado en alerte 24 heures sur 24 pour intercepter les avions intrus russes.


Le jet est revenu et a fait le tour de la "chose" avant de repartir sur sa trajectoire initiale, comme si le pilote avait lui aussi vu l'objet et était revenu pour le regarder de plus près.


Finalement, les deux hommes ont sorti leur appareil photo et ont pris six photos. À ce moment-là, l'objet s'est élevé verticalement et a disparu très, très haut dans le ciel.


Convaincus d'avoir vu un OVNI, ils ont envoyé leurs photos au Daily Record, l'un des principaux journaux écossais. Mais aucun article n'a jamais été publié : Le journal a transmis les photos au ministère de la défense.


Et puis, les photos ont tout simplement disparu - ainsi que les deux jeunes chefs.


Jusqu'à aujourd'hui.


Ici, pour la première fois, nous pouvons révéler cette photo manquante - une photo qu'un initié du ministère de la défense a décrite comme la photo d'OVNI la plus spectaculaire jamais prise, et le Saint Graal en termes de preuves tangibles que ces choses existent vraiment.


C'est une photo que le ministère de la Défense et les Archives nationales ont fait tout leur possible pour garder cachée. Alors que l'information aurait normalement dû être divulguée au bout de 30 ans, le ministère n'a pas publié la photo originale et souhaite que les noms des témoins restent confidentiels pendant 54 années supplémentaires - jusqu'en 2076 - pour des raisons de "confidentialité".


En tant que professeur d'université et journaliste d'investigation qui a passé trois décennies immergé dans le monde de l'OVNI, j'ai entendu l'histoire du mystérieux "dossier Calvine" - comme la photo manquante et le rapport de l'incident de Calvine ont été connus - il y a plusieurs lunes et j'ai consacré les 13 dernières années à rechercher avec acharnement les images prises par les hommes.


Ce qui est arrivé au dossier, aux hommes qui ont photographié l'OVNI et comment et pourquoi son existence même a été supprimée pendant 32 ans, était un puzzle que j'étais déterminé à résoudre. Mais partout où je cherchais des réponses, je trouvais des initiés qui bloquaient mes recherches - jusqu'à ce que j'aie la chance de trouver Craig Lindsay, un officier de la RAF à la retraite, le premier officiel à parler à l'un des jeunes chefs après cette nuit-là.


Il a accepté de me parler et, surtout, j'ai découvert qu'il avait enfreint le protocole ce jour-là et caché une copie de l'image avant d'envoyer, sur ordre de Whitehall, l'ensemble du dossier - y compris les négatifs - au ministère de la Défense à Londres.


Il a gardé la copie secrète dans son bureau pendant 32 ans, cachée dans son exemplaire de Great Aircraft Of The World. Lorsque j'ai fini par le retrouver, alors qu'il a 83 ans et qu'il vit toujours en Écosse, il semblait presque soulagé.


Cela fait plus de 30 ans que j'attends que quelqu'un me contacte à ce sujet", a-t-il déclaré.

Alors, qu'est-ce que j'en fais ? Dès que Craig m'a montré la photo, j'ai su que j'avais devant moi quelque chose d'exceptionnel. Oui, c'est une image en noir et blanc, imprimée sur du papier couleur, et les arbres et la clôture semblent un peu flous, comme si le photographe l'avait prise dans un moment de panique - ce qui est cohérent avec leur histoire. Mais l'appareil photo est concentré sur l'étrange objet en forme de diamant au centre du cadre. Contrairement à de nombreuses autres images d'OVNI, il s'agit clairement d'un vaisseau structuré d'origine inconnue. Il a l'air d'un autre monde et ne ressemble à aucun avion conventionnel.


Et c'est de loin la meilleure photo d'OVNI que j'ai jamais vue.


Croyez-moi, je ne suis pas un crédule, ni un théoricien de la conspiration. J'étais devenu cynique après avoir vu des centaines de photos et de films peu convaincants : Des images floues, granuleuses et mal cadrées de ce qui aurait pu être des frisbees, des lampadaires ou même des mouettes.


Mais il s'agissait clairement de quelque chose de différent. Depuis, Andrew Robinson, maître de conférences en photographie à l'université de Sheffield Hallam, l'a analysé. Il est convaincu qu'il s'agit d'une photo authentique et, s'il s'agit d'un canular, il s'agit d'un canular très élaboré, impliquant des équipements coûteux et sophistiqués et des modèles volants qui ne sont pas à la portée de deux cuisiniers d'hôtel.


Il m'a dit : "Ma conclusion est que l'objet se trouve bien devant la caméra, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'un faux produit en post-production, et que son emplacement dans la scène semble se situer approximativement à mi-chemin entre la barrière au premier plan et l'avion à l'arrière-plan".

M. Lindsay, un ancien fonctionnaire pragmatique et logique qui a passé dix ans dans l'armée, est convaincu que l'image - et l'homme effrayé auquel il a parlé ce jour-là - sont authentiques. Au départ, il craignait de me parler au cas où il aurait enfreint la loi sur les secrets officiels. Mais après 32 ans à faire ce qu'on lui a dit et à se taire, il veut maintenant que la vérité éclate.


En tant qu'attaché de presse pour l'Écosse, j'ai traité de nombreux rapports d'OVNI, mais la plupart ne concernaient que des lumières dans le ciel. Il était évident que celui-ci était différent. Lorsque j'ai demandé quel genre de bruit il avait fait, l'homme a répondu : "Il n'a pas fait de bruit du tout". Jusque-là, je ne prenais pas cela très au sérieux, mais lorsqu'il a dit qu'il était silencieux, j'ai soudain réalisé qu'il n'existait aucun avion silencieux à ma connaissance.


Lindsay a fait en sorte que les négatifs que les hommes avaient remis au Daily Record soient collectés et a faxé une copie du meilleur tirage au bureau des OVNIs du Ministère de la Défense, aujourd'hui disparu, à Londres.


Avant même que je puisse retourner à mon bureau, le téléphone a sonné et mon contact m'a dit : "Dites-m'en plus à ce sujet. Pouvez-vous obtenir les négatifs ?


Cependant, lorsqu'il s'est rendu au ministère de la Défense plus tard dans l'année, il a vu la photo de Calvine agrandie en format poster sur le mur du bureau des ovnis.


J'ai demandé comment ils s'en sortaient. Ils m'ont répondu qu'une enquête était en cours. On m'a dit de 'laisser Londres s'en occuper'... ils m'ont demandé de ne pas m'impliquer, et c'est exactement ce que j'ai fait", dit-il.


Les années ont passé et je l'ai peu à peu oublié dans mon tiroir. Maintenant, j'espère que les deux témoins se manifesteront et raconteront leur propre histoire".


Je l'espère aussi. Mon intérêt pour les observations d'ovnis a commencé dans les années 1990 lorsque, travaillant comme journaliste dans le Yorkshire, j'ai commencé à utiliser la loi sur la liberté d'information pour demander l'accès aux dossiers du ministère de la Défense sur des observations d'ovnis célèbres, comme l'incident de la forêt de Rendlesham, souvent appelé le Roswell britannique (un incident survenu en 1947 au Nouveau-Mexique, longtemps considéré comme une dissimulation de preuves d'ovnis).


En 2008, peu de temps avant que le ministère de la Défense ne dissolve son bureau des ovnis, j'étais devenu une telle autorité en matière de dossiers du ministère de la Défense que l'on m'a proposé d'organiser la publication de milliers de documents sur les ovnis, autrefois secrets, aux Archives nationales.


Parmi les centaines de dessins d'écoliers et de lettres de théoriciens de la conspiration sur les ovnis exigeant de savoir où les extraterrestres étaient gardés, j'ai trouvé un dessin photocopié de mauvaise qualité d'un ovni avec un Harrier à côté.


Mais ce qui est encore plus intriguant, c'est qu'à côté de l'image, il y avait un briefing préparé pour les ministres de la défense du gouvernement de Margaret Thatcher de l'époque, si on leur demandait de commenter l'observation.


La formulation était vague et sans engagement, le genre de réponse typique à laquelle les enquêteurs sont habitués. Sous le sous-titre "Lignes de défense à adopter", on trouve la réponse officielle que le ministère de la Défense doit donner si on lui demande.


J'ai examiné les photographies, mais je n'ai pas pu tirer de conclusions définitives concernant le grand objet en forme de diamant. Confiant que l'avion à réaction est un Harrier. Nous n'avons aucune trace de Harrier opérant à cet endroit à la date/heure indiquée. Le ministère de la Défense n'a reçu aucun autre rapport d'activité aérienne inhabituelle ou d'observation à l'endroit/à l'heure indiqué(e)".


J'ai vérifié, mais bien sûr, personne ne l'a demandé. L'histoire a été immédiatement mise de côté. Je suis allé en chercher d'autres.


Bien que les rares documents du MoD sur l'observation de Calvine aient été déclassifiés, les noms du photographe (et de Craig Lindsay) ont été retirés du dossier en vertu des lois sur la protection des données. Normalement, ces documents auraient dû être publiés au bout de 30 ans - le 1er janvier 2020 - mais le ministère de la Défense et les Archives nationales continuent d'insister sur le fait qu'ils doivent rester secrets pendant 54 ans de plus - jusqu'en 2076 - en raison de "problèmes de confidentialité".


Même la décision du Daily Record de ne pas publier l'histoire est intrigante. L'histoire aurait-elle été dénoncée par un D-Notice - un ordre de bâillonnement fondé sur des préoccupations de sécurité nationale, émis par le ministère de la Défense ?


Bien que cela puisse ressembler à un épisode de la série télévisée The X-Files, une enquête intelligente menée par mon collègue spécialiste des ovnis Matthew Illsley a permis de découvrir que le rédacteur en chef du Record, le regretté Endell Laird, avait été membre du comité D-Notice du ministère de la Défense à l'époque. Une coïncidence ?


Matthew, originaire de Mansfield dans le Nottinghamshire, conteste la décision de fermeture prolongée qu'il juge injustifiée, en demandant : "Qu'ont-ils à cacher après toutes ces années ?".


Alors qu'est-ce que c'était ? Malheureusement, je ne pense pas que ce mystérieux avion soit arrivé d'une autre galaxie. Je crois qu'il a été fabriqué par l'homme, quelque part dans un hangar secret - et quel qu'il soit, il reste sur la liste secrète et hautement sensible. Les témoins avaient simplement une chance sur un million de se trouver à cet endroit précis à ce moment précis, et il fallait les faire taire.


Rappelez-vous, c'était en 1990, la guerre froide était encore à un an du dégel. La guerre du Golfe avait commencé littéralement quelques jours plus tôt. Le monde était - et beaucoup diraient qu'il l'est encore aujourd'hui - divisé selon des lignes de combat "eux et nous".


Depuis le milieu des années 80, des rumeurs circulent sur l'existence d'un avion de reconnaissance américain top secret et exotique appelé "Aurora", un engin silencieux, supersonique et de forme géométrique, utilisé pour des missions d'espionnage.


Bien qu'il n'y ait jamais eu de preuve substantielle qu'il ait été construit ou volé, il y a eu de nombreuses observations et incidents inexpliqués aux États-Unis et au Royaume-Uni au fil des ans qui ont alimenté le mythe de l'Aurora - Calvine inclus.


En 1991, les ministres de la Défense ont nié devant le Parlement que les États-Unis aient reçu l'autorisation de faire voler ou atterrir leur avion espion secret dans l'espace aérien britannique, après que des rapports aient signalé qu'Aurora avait été repéré au départ de la RAF Machrihanish sur la Mull of Kintyre.


Mais les documents que j'ai obtenus grâce à la loi sur la liberté de l'information suggèrent que certains officiers de renseignement du ministère de la Défense croyaient en l'existence d'Aurora, mais n'étaient pas autorisés à en parler publiquement.


Une source au sein du ministère de la Défense me dit qu'une fois que les chefs des services de renseignement britanniques ont réalisé que les photographies de Calvine montraient un projet américain top secret, elles ont immédiatement été classées secrètes - UK Eyes Only.


En juin dernier, le Pentagone a publié son rapport tant attendu sur ce qu'il appelle désormais les UAP ou "phénomènes aériens non identifiés", après une série d'observations similaires et la diffusion de films montrant des ovnis se déplaçant rapidement, pris par des pilotes de l'US Navy. Le nouveau groupe de travail américain sur les UAP a dressé une liste de cinq catégories dans lesquelles la plupart des observations, une fois résolues, seraient susceptibles d'entrer - et l'une d'entre elles est celle des "programmes classifiés" développés par le gouvernement américain.


Je suis convaincu que la photographie de Calvine montre un de ces programmes classifiés. Pendant ce temps, le gouvernement américain, et peut-être même notre propre gouvernement, ont trouvé utile de "maintenir le mythe des OVNIs" parce qu'il fournit une couverture utile pour leurs propres activités militaires secrètes.


Mais dans ce cas, leur couverture a été démasquée par deux jeunes hommes qui se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Le ministère de la défense doit expliquer au public pourquoi, si les ovnis n'existent pas, il peut justifier le maintien du secret de leur identité pendant 54 ans. Il doit également expliquer ce qu'il est advenu des négatifs et de leur dossier - sinon, ils ne font qu'apporter de l'eau au moulin des théoriciens de la conspiration qui pensent que les autorités cachent "la vérité" sur les visites d'extraterrestres sur Terre. On ne peut certainement pas dire que les images portent atteinte aux intérêts de l'État.


Je reste ouvert à la possibilité qu'une vie intelligente existe ailleurs dans l'univers. Mais je ne suis pas convaincu qu'elle ait jamais visité la Terre.


La photographie de Calvine est, à mon avis, la meilleure image d'un objet volant non identifié jamais prise. Mais comme l'a dit un jour le Dr J. Allen Hynek, consultant pour l'ancien projet Blue Book de l'USAF sur les OVNI : "Non identifié pour qui ?".


Pour témoigner auprès du MUFON c'est ici !


Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous







#ovni #ufo #pan #uap #mufonfrance #uso #oani #mufon