OFNI- OANI- Ces choses qui brisent les « Formules un des mers ! »


Par Sylvain Matisse

L’actualité des accidents du Vendée Globe pour cette année 2020, me permet de vous rédiger cet article concernant les OFNI ( Objets Flottants Non-Identifiés) ou ces choses inconnues qui heurtent ou se font heurtées par les skipper.

Focus sur les courses populaires à la voile qui ont enregistré de la casse lors de ces compétitions en mer mettant en cause un objet inconnu.


Précisions :


Les OFNI ( Objets Flottants Non-Identifiés) , sont pour la plupart d’entre eux des débris flottants de plus en plus nombreux, jetés dans la mer par des gens sans scrupules qui prennent les mers et les océans pour des poubelles!

La mer et les courants marins emportent parfois loin au large ces ordures et outre la pollution engendrée dans ce milieu , il peut arriver des accidents. Ainsi, des bateaux peuvent heurter ces débris qui occasionneront des dégâts plus ou moins graves sur les embarcations. Ceci dans notre monde actuel est un véritable fléau !


Ceci étant une réalité, il existe cependant d’autres alternatives.

Les fonds marins peu profonds possèdent des récifs qui peuvent fendre un navire en deux au même titre que dans les régions polaires des iceberg sont tout aussi dangereux.

Ensuite, il y a des éléments aléatoires et plus ou moins hypothétiques. Parmi ces choses il y a la possibilité de heurter des mammifères marins et peut-être des «monstres « dont l’existence n’est pas encore admise par toute la communauté scientifique,à tort selon moi .


Et enfin, il y a ces fameux OANI ( Observations Aquatiques Non -Identifiées) qui parfois ne sont « que des sons», mais parfois des structures étranges et d’autres fois des espèces qui semblent surgir de nulle -part et dont l’effet de surprise échappe à tout recensement et de ce fait à toute étude et analyse !


Le but de cet article n’est pas de s’égarer en conjectures plus ou moins censées mais de se pencher sur les faits et la réalité et d’explorer toutes les pistes allant de la plus crédible à l’impensable.


Bien évidemment il n’y a pas que les skipper de ces courses qui subissent ce genre d’incidents mais aussi les autres professionnels qui exercent les métiers à bord de navires ou de sous-marins, et les plaisanciers .Ici listons quelques accidents lors des compétitions à la voile de renommé internationale.


Voici quelques cas d’incidents:


2016 :


Le 20 novembre ,Vincent Riou, sur PRB, est victime d'une collision avec un OFNI. N'ayant pas constaté de dégâts, il poursuit sa route. Le, il découvre que la rotule en plastique liant la quille au bateau est cassée. L'axe de quille frotte contre le support de la rotule.

Le 24 novembre,Morgan Lagravière, sur Safran II, est victime d'une collision avec un OFNI. Le bateau «part au tas». Le navigateur réussit à le redresser. Il découvre que son gouvernail est cassé, ce qui le contraint à l'abandon.

Le 5 décembre, Famille Mary - Étamine du Lys heurte un OFNI à 470 milles au sud du Cap.

Le matin du 06 décembre, à 120 milles au nord-est des îles Crozet ( Sud-Ouest de l’océan Indien intégralement situé sur la plaque antarctique) . Le Bastide-Otio de Kito de Pavant heurte un OFNI, qui rompt la quille et endommage la coque. Une voie d’eau importante se déclare. La quille pend sous le bateau, simplement tenue par son vérin. Son puits est arraché.


Dans 40nœuds( 74,08 km/h) de vent et des creux de 5 à 6 mètres, le bateau est arrêté. Pavant demande assistance.


Dans mon deuxième livre ouvrage intitulé: OANI Compléments d'investigation

Je mentionne deux cas dont celui du skipper Thomas Ruyant qui a connu une mésaventure en décembre 2016 à bord de son monocoque «Le souffle du Nord»,pour le projet imagine, alors qu’il se trouvait au large de la Nouvelle-Zélande, son bateau est entré en collision avec quelque chose qui n’a pas pu être identifié, ce qui a mis un terme prématuré à cette course du Vendée Globe pour ce skipper puisque son bateau a été ouvert en deux !


Voici l’autre autre cas:

Sur l’océan indien le skipper italien Gaetano Mura à bord de son bateau « Class 40», a percuté un objet inconnu qui a endommagé la coque, aux alentours de Madagascar la nuit du 09 au 10 décembre.


2017:

Le 02 janvier, La Fabrique d'Alan Roura heurte un OFNI. Le safran tribord est arraché. Une importante voie d’eau se déclare à l’arrière. Très vite, il y a 50 centimètres d'eau dans la cellule de vie. Roura met son bateau à la cape, couché. Dans des vents de plus de 40 nœuds (74 km/h) , dans des creux de quelque six mètres, attaché, suspendu à l'arrière du bateau, Roura réussit, après une demi-heure d'efforts, à encastrer le safran de secours dans son logement. Il remonte son système de barre.

Revue de Presse -résumés:


Brest Atlantiques. Sodebo Ultim a perdu l’arrière de son flotteur tribord !



Publié le 1911/2019: Crédit - OUEST FRANCE :

Après la collision avec un OFNI qui avait cassé le safran tribord, Sodebo Ultim 3, de Thomas Coville et Jean-Luc Nélias, a fini par perdre l’arrière du flotteur du trimaran géant. Le gréement est assuré, l’équipe assure que cela n’entrave pas leur progression vers l’Afrique du Sud, où l’escale technique s’organise pour accueillir le bateau blessé sous 48 heures, jeudi.

Suite au choc d’hier qui a conduit à la perte du safran, le flotteur fissuré s’est désolidarisé du bateau en fin de journée. Après de nouvelles investigations de Thomas et Jean-Luc, la cassure semble nette .

Après le Hugo Boss d’Alex Thomson pendant la Transat Jacques Vabre, trois des quatre Ultim de Brest Atlantiques ont été contraints à des escales forcées suite à des collisions avec des objets en mer (OFNI, pour objet flottant non identifié).


« Je ne crois pas qu’il y ait de plus en plus d’OFNI dans l’eau mais sur la Golden Globe Race, quand vous en percutez un à 5 ou 6 nœuds, ça ne fait rien. Sur un Ultim à 40 nœuds, ça fait quelque chose ! » explique Jean-Luc Van Den Heede qui partage volontiers l’abattement probable de Thomas Coville après la casse par un OFNI de son safran durant la nuit du 17 au 18 novembre, dans l’Atlantique Sud.


2020 :

02-12-2020

Tweet de ARKEA PAPREC

Sébastien Simon | Skipper ARKEA PAPREC @SebastienSimon_

ARKEA PAPREC heurte un OFNI Ce matin à 9h20 HF, ARKEA PAPREC a heurté un OFNI. Ce choc a entraîné des dégâts importants sur le foil tribord. La situation est prise en main par le skipper et son équipe à terre. Sébastien n’est pas blessé.

Vendée Globe 2020 : Sébastien Simon a heurté un OFNI, son foil tribord lourdement endommagé :

Il était 9h20 mercredi matin lorsque le bateau de Sébastien Simon a heurté en OFNI, occasionnant des dégâts importants sur le foil tribord de son Imoca Arkea Paprec. Crédit : France 3 pays de la Loire

Le skipper naviguait alors "bâbord amure à 17,6 nœuds de vitesse instantanée au classement de 9h00 HF dans une vingtaine de nœuds d’ouest et une mer formée avec des creux de 3 à 4 mètres".

Mercredi la skippeuse britannique Samantha Davies (Initiatives-Cœur) a été contrainte de mettre sa course entre parenthèses à la suite d’un incident avec un objet flottant non identifié (ofni) sur le Vendée Globe. Le choc a été violent. Elle dira : « J’ai volé, tout le bateau a volé ».Crédit ouest France.

Publié le 23 juin 2020 par Ouest France :

Dans un communiqué envoyé mardi 23 juin, Michel de Franssu du chantier Black Pepper Yachts explique la décision du team : « Dans le courant du week-end dernier, Armel Tripon à la barre de l’Imoca L’Occitane en Provence a heurté un objet flottant alors qu’il effectuait dans l’Ouest de la Bretagne son parcours de qualification pour la course Vendée – Arctique – Les Sables-d'Olonne dont le départ est prévu dans 10 jours, le 4 juillet prochain.


VENDÉE GLOBE. Le PRB de Kevin Escoffier heurte un OFNI dans le golfe de Gascogne.

Crédit : ouest-france.fr

Animal ? Débris flottant ?


Kevin Escoffier à 45 jours du départ du Vendée Globe : dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 septembre2020, son monocoque à foils PRB a heurté un OFNI (objet flottant non identifié)

La collision a eu lieu vers 1h30 du matin dans le golfe de Gascogne. Kevin Escoffier était parti chercher du vent soutenu... et l’avait trouvé puisqu’il y avait environ 30 nœuds de vent ( 55,56 km/h), quand la collision avec cet objet flottant non identifié s’est produite. Impossible de savoir s’il s’agissait d’un débris flottant, d’un animal ou autre. PRB naviguait alors au portant.


La collision a fait deux blessés légers : les deux équipiers de Kevin Escoffier qui, lui, est sorti indemne du choc. Les trois marins ont regagné Concarneau par leurs propres moyens.

Une inspection du bateau a eu lieu après cet accident.

Retrouvez ces articles complets dont la source indiquée mentionne le média Ouest -France, en cliquant sur de lien https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/


Les avaries au large sont nombreuses, il en existe de toutes sortes, bateaux qui chavirent lors d’une tempête , feux déclenchés à bord, attaque de pirates, manœuvres accidentelles ou conflits militaires, etc, sans oublier les collisions de tout genre, dont parmi elles figurent des accidents inexpliqués, car nous ne savons pas ce qui a pu heurté un navire. Ceci est-il à chaque fois un débris, un animal ? Ou bien est-ce quelque chose d’autre, dont nous ignorons encore l’existence et qui est probablement caché quelque-part dans les fonds marins ?


OFNI ou OANI, les deux sont une réalité !

Matisse sylvain MUFON FRANCE et Territoires Ultra-Marins le 05/12/2020 .

Supports utilisés pour cet article :

France 3 pays de la Loire

Média Ouest-France

Wikipédia

OANI Compléments d’investigation ( auteur Matisse sylvain-éditions Saint Martin-ISBN 978-2-37849-028-7 publié le 18-11-2019.)

ARKEA PAPREC


Crédit photo : Photo by Daniel Kuruvilla

         Les principaux buts du MUFON

 

  •  ENQUÊTER  sur les cas d’observation d’ovni reçus du grand public et  intégrer les  informations dans la base de données du MUFON (CMS)  pour les rendre  accessibles aux chercheurs du monde entier.

 

  •  PROMOUVOIR  l'étude des ovnis afin de découvrir la vraie  nature  du phénomène, avec un regard sur de possibles développements  scientifiques ainsi que l’amélioration des  conditions de vie sur  notre planète.

 

  • INFORMER le public sur le phénomène ovni et ses impacts possibles  sur la société.