• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

L'Incident de Téhéran (1976)

Mis à jour : mai 21


Publié par MUFON France


L’incident de Téhéran a eu lieu dans la nuit du 18 au 19 Septembre 1976, en Iran. Il s'agit d'un des plus célèbre cas de poursuite avion de chasse/OVNI. Aucune explication sérieuse n'a pu être fournie pour l'instant, d'autant plus que cet incident a aussi été confirmé par radar. L'affaire a par ailleurs donné lieu à un rapport secret puis déclassifié de la DIA, organisation de renseignement militaire du Pentagone.

Vers minuit trente, le 19 septembre 1976, le PC de l'armée de l'air iranienne reçoit plusieurs appels téléphoniques de personnes ayant aperçus des objets lumineux dans le ciel, au nord de Téhéran dans le quartier de Shamiran. Les militaires réalisant qu'aucun hélicoptère ou avion n'en est la cause, ils préviennent le général Yousefi. Le général n'en croit pas un mot et dit à ses subordonnés qu'il doit s'agir d'une simple étoile. Mais après avoir parlé avec le personnel de la tour de contrôle de l'aéroport de Mehrabad, il va voir par lui même et peut observer un grand OVNI lumineux et constater qu'il ne s'agit pas d'une étoile. A 1h30 du matin il envoie un chasseur F-4 Phantom pour éclaircir la situation. Le pilote de l'avion de chasse et son navigateur voient eux aussi l'OVNI, mais arrivé à 45 km de l'objet, les instruments de communications se bloquent. Ils croient à une panne et font demi-tour. Mais une fois reparti à plus de 45 kilomètres de l'OVNI, ils constatent que leurs instruments remarchent.

Peu après, un second F-4 est envoyé, avec la même mission. Le copilote voit l'objet sur son radar, qui a la même signature qu'un Boeing 707. Cependant, en visuel, l'objet émet une lumière éblouissante même à des dizaines de kilomètres, de plusieurs couleurs, ce n'est donc pas un avion de ligne. Les pilotes constatent eux aussi cette même panne des communications à moins de 45 km, tandis que l'objet semble vouloir garder une "distance de sécurité".


C'est alors qu'un objet plus petit se "détache" de l'OVNI fonçant à plusieurs fois la vitesse du son sur le F-4. Le pilote tente de tirer un missile AIM-9 Sidewinder pour se défendre mais les commandes d'armements ne marchent plus non plus. L'avion entame alors une manœuvre de fuite, toujours poursuivit par le petit OVNI qui finit par le dépasser, lui couper la route pour enfin faire demi-tour et rejoindre l'OVNI principal. Une fois plus loin, l'avion retrouva l'usage de toutes ses commandes. Peu après, un petit objet quitta à nouveau l'OVNI pour se poser au sol, illuminant durant quelques instants une zone de plusieurs kilomètres, éblouissant les deux pilotes du F-4 qui durent attendre de s'être réaccoutumé à l'obscurité pour atterrir enfin à Mehrabad.


Juste avant d'atterrir, le F-4 remarqua un autre OVNI lumineux, cylindrique celui-là. Par ailleurs, un avion de ligne souffrit des mêmes défaillances de ses appareils de communications une fois à moins de 45 km de l'objet, alors qu'il allait atterrir à Mehrabad. Peu après, le gros OVNI s'éloigna vers l'Ouest pour disparaitre derrière l'horizon. Une fois le jour levé, des recherches furent entreprises à l'endroit ou le petit OVNI avait peut-être atterri (une sorte de lac asséché) mais on ne trouva rien.


Cependant, des gens habitants près de là dirent avoir vu une forte lumière durant cette nuit et entendu un fort bruit. Rapport de la DIA À l'époque, l'Iran étant un allié des États-Unis, la DIA put accéder aux informations de l'Armée de l'Air iranienne. Ce rapport déclara : "Un rapport exceptionnel. Ce cas est un classique qui rassemble tous les critères nécessaires pour une étude valide du phénomène d'UFO : L'objet a été vu par de nombreux témoins de différents endroits et de différents points de vue (au sol et dans les airs). La crédibilité de plusieurs des témoins était excellente (un général de l'Armée de l'Air, des équipages qualifiés, le personnel de la tour de contrôle). La présence de l'OVNI a été confirmée par le radar. Des effets électromagnétiques semblables ont été rapportés par trois avions différents Il y avait des effets physiologiques similaires sur plusieurs pilotes (c.-à-d., perte de vision de nuit due à l'éclat de l'objet). l'OVNI à fait preuve d'une manœuvrabilité impressionnante"

109 vues0 commentaire