• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

CRASH OVNI DE KINGMAN en 1953 ?


Traduit par le Mufon France, de Giacomo Casale (image d'illustration)


La première référence à un crash d'OVNI survenu à Kingman, Arizona en 1953, a été faite, en avril 1964, par Richard Hall, un ufologue bien connu du MUFON (Mutual UFO Network ) . Il a appris l'histoire d'un militaire qui servira plus tard au Vietnam en tant que marine.


L'affaire a été portée à l'attention du public en juin 1973 par Raymond Fowler, un enquêteur Ovni respecté. Un ingénieur était présent sur le site de l'accident pour faire des études préliminaires du disque écrasé en vue d'une éventuelle rétro-ingénierie.


L'ingénieur en question était Arthur G. Stancil (anciennement connu sous le pseudonyme "Fritz Werner"). Après avoir obtenu un diplôme en génie mécanique de l'Université de l'Ohio, Stancil a été employé par le bureau des études spéciales de l'Air Materiel Command à la base aérienne de Wright Patterson.


Ses spécialités comprenaient la conception technique des moteurs expérimentaux de l'armée de l'air et la recherche et le développement de techniques permettant de déterminer les effets du déplacement d'air sur les bâtiments et les structures. Le chef du bureau des études spéciales où travaillait Stancil était le Dr Eric Wang, qui, selon plusieurs sources, coordonnait également une équipe chargée d'étudier la rétro-ingénierie d'une navette extraterrestre.


Stancil a signé une déclaration sous serment concernant ses rapports, qui a été publiée par Ray Fowler dans UFO Magazine en avril 1976.


Mais venons-en aux faits. Le 21 mai 1953, Stancil (qui participe à l'époque à l'opération Upshot-Knothole, sur les essais atomiques) est convoqué par son patron pour une mission spéciale sur la base militaire d'Indian Springs, où il rejoint 15 autres spécialistes. Il a ensuite été transporté par avion militaire jusqu'à Phoenix, où lui et le reste de l'équipe ont été accueillis par un bus aux vitres teintées, qui l'a conduit à destination après un voyage d'environ quatre heures. Lorsque l'équipe est arrivée sur le site, vraisemblablement au sud-est de Kingman, un colonel pompeux de l'armée de l'air les a briefés sur leur mission, leur expliquant qu'ils devaient enquêter sur un véhicule super-secret qui s'était écrasé.


On a également dit à Stancil et à ses compagnons de ne parler à personne de ce qu'ils ont vu. La tâche de Stancil était de déterminer la vitesse du véhicule lorsqu'il a touché le sable.


Stancil a été escorté sur le lieu du crash par la police militaire. Deux projecteurs lenticulaires étaient braqués sur l'objet défaillant, qui semblait être entouré de gardes. Les lumières étaient si intenses qu'il n'était pas possible de distinguer les environs. L'objet, d'apparence ovale, ressemblait à deux grands disques renversés l'un sur l'autre. Il mesurait environ neuf mètres de diamètre, avec des surfaces convexes en haut et en bas. Une partie du disque a été enfoncée dans le sol. Il était fait d'un métal argenté terne, semblable à de l'aluminium limé. Le métal était plus sombre là où les "lèvres" du disque formaient un rebord, autour duquel se trouvaient des choses comme des empreintes de pas.


Une trappe incurvée ouverte était située à l'extrémité la plus éloignée au premier plan et s'abaissait verticalement. Il y avait une lumière venant de l'intérieur, mais elle pourrait avoir été installée par l'Air Force. Stancil avait la tâche particulière de déterminer, à partir de l'angle et de la profondeur de l'impact dans le sable, les limites de vitesse avant et verticale du véhicule au moment de l'impact. L'impact a fait s'enfoncer l'objet d'environ un demi-mètre dans le sable. Il n'y avait pas de train d'atterrissage. Il n'y avait également aucune autre marque ou indentation sur la surface, aucune entaille ou fissure. Et aucune réponse n'a été apportée aux problèmes qui ne relevaient pas des domaines d'expertise respectifs des techniciens.


Un garde militaire armé gardait une tente plantée près du disque.


Stancil a essayé de regarder à l'intérieur, et à un moment donné, il a vu le cadavre d'une créature presque humaine, d'environ quatre pieds de haut, dans une combinaison en métal argenté.


La peau de son visage était d'un brun foncé (Stancil pensait que cela pouvait être dû à une exposition à notre atmosphère). Le visage de la créature n'était pas couvert, mais sur sa tête elle portait une sorte de coiffe métallique.


Dès qu'un spécialiste avait terminé son travail, il était interrogé avec un magnétophone et emmené dans le bus. Sur le chemin du retour vers le bus, Stancil a essayé de parler à un type qui revenait en même temps que lui. Il a déclaré avoir réussi à jeter un coup d'œil à l'intérieur de l'enregistreur et avoir vu deux sièges rotatifs, ainsi qu'un certain nombre d'instruments et d'articles de secours.


Un soldat a remarqué que les deux hommes discutaient et les a immédiatement séparés, les avertissant de ne plus se disputer. Lorsque tout le monde est remonté dans le bus, le colonel de l'armée de l'air chargé de la mission a fait prêter aux personnes présentes un serment solennel de ne jamais révéler ce qu'elles avaient vu et vécu.


Stancil n'a jamais revu ses compagnons de voyage, bien qu'il ait cru reconnaître deux d'entre eux : l'un était stationné à la base aérienne Griffith de Rome, dans l'État de New York, tandis que l'autre s'intéressait à la recherche sur les armes spéciales de l'armée de l'air, basée à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Plus tard, Stancil a vu et reconnu le colonel de l'armée de l'air dans un film sur le projet Blue Book.


Stancil a également dit à Fowler qu'un an après son expérience, il a été affecté au projet Blue Book en tant que consultant. Il a déclaré qu'il comprenait l'attitude secrète de l'armée de l'air face au problème des ovnis et a ajouté que l'armée de l'air ne savait pas d'où venaient les ovnis, même si elle était convaincue qu'il s'agissait de véhicules interplanétaires. Mais les "supérieurs" ne savaient pas comment contrôler la situation et ne voulaient pas créer une panique nationale.


Selon le chercheur Raymond Fowler, les références d'Arthur Stancil sont impressionnantes : "il y avait quelques contradictions dans mes enquêtes, mais elles semblaient toutes relever du domaine des trous de mémoire et des exagérations des témoins. D'anciens employés et des connaissances professionnelles tenaient Stancil en haute estime et tous le décrivaient comme une personne d'une grande compétence et d'une profonde moralité.


M. Fowler a ajouté : "Les documents que nous avons rassemblés à son sujet indiquent qu'il a publié un certain nombre d'articles techniques scientifiquement valables, qu'il est titulaire de deux diplômes en physique et en mathématiques et d'une spécialisation en ingénierie, et qu'il est membre d'organisations professionnelles de premier plan, telles que l'America Association for the Advancement of Science.


En bref, Fowler semble être fermement convaincu de la fiabilité du témoin, qui a également montré au chercheur un journal qu'il avait écrit à l'époque et qui contenait des notes sur l'incroyable événement survenu le 21 mai 1953.


L'affaire a ensuite été examinée par Leonard Stringfield, spécialiste des crashs d'ovnis, qui a eu les mêmes impressions que Fowler : l'histoire de Stancil semblait sacrément intéressante et méritait une enquête plus approfondie.


Stringfield a réussi en 1977 à localiser un autre témoin du crash : Un homme qui avait servi dans la garde nationale à Wright Patterson a affirmé avoir assisté à la "récupération" d'un ovni sur le site d'un crash en Arizona en 1953. Il a ajouté que trois corps ont été récupérés et conservés dans de la glace sèche. La description des êtres est la même que celle de Stancil : environ un mètre cinquante, une tête large et une peau brune.


Selon Uhouse, quatre extraterrestres ont survécu au crash de Kingman en 1953, dont deux semblaient gravement blessés et deux autres en bon état. Les entités indemnes ont été autorisées à retourner dans leur vaisseau spatial, tandis que le reste de l'équipage a été transporté vers une installation médicale non spécifiée (probablement le Blue Lab de la base aérienne de Wright Patterson). Apparemment, l'équipe militaire qui a inspecté la soucoupe écrasée a contracté une maladie mystérieuse.


Le disque a ensuite été chargé sur une remorque et transporté sur le site d'essai du Nevada.

L'ingénieur américain affirme également que les événements de Kingman ont donné naissance au programme de conception et de construction d'un simulateur de vol qui serait utilisé par les pilotes de l'armée américaine pour apprendre à piloter des vaisseaux spatiaux extraterrestres (Project Redlight).




Sources :


- http://ufologie.net/htm/kingman53.htm


- http://greaterthings.com/News/ET/DanBurisch/links/index.html(liens généraux)


- UFO : Crash Retrievals", livre de Jenny Randles, 1995.


- Situation RED, par Leo Stringfield


- UFO Crash at Roswell, par Kevin Randle et Don Schmitt, p.250-251, Avon Books, 1991, ISBN : 0-380-76196-3


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france




#ovni #ufo #crashdekingman #mufon #mufonfrance