top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Le détecteur d'extraterrestres le plus ambitieux au monde



Traduit par le MUFON France, écrit par David Axe


Avi Loeb n'est pas étranger à la controverse et aux idées audacieuses. Et la dernière en date - trouver des signes de vie extraterrestre - pourrait bien être la plus audacieuse et la plus contestée à ce jour.


De nombreux scientifiques sérieux sont à la recherche de signes de vie extraterrestre. La plupart d'entre eux cherchent très, très loin, souvent dans d'autres systèmes stellaires. Mais le physicien de Harvard Avi Loeb regarde tout près, dans l'air et l'espace autour de la Terre.


Dans le cadre de son projet Galileo, qui dure depuis deux ans, Loeb construit progressivement un réseau mondial de télescopes et d'autres capteurs spécialement conçus pour surveiller l'atmosphère et l'espace proche afin de détecter les vaisseaux extraterrestres en visite, une condition préalable à l'envoi de notre propre vaisseau à la rencontre d'E.T.


Loeb organise également des expéditions pour récupérer les morceaux de vaisseaux extraterrestres qui se sont déjà écrasés sur Terre. "Le projet Galileo est un programme de recherche scientifique d'artefacts astro-archéologiques potentiels ou de vestiges de civilisations technologiques extraterrestres, ou d'équipements extraterrestres potentiellement actifs près de la Terre", a déclaré Loeb au Daily Beast.


Comparez cela au SETI, la "recherche d'intelligence extraterrestre", un domaine de recherche qui consiste principalement à utiliser d'énormes récepteurs radio pour écouter des signaux subtils qui pourraient être des messages de civilisations extraterrestres lointaines. Le SETI recherche des signaux. Le Galileo de Loeb recherche du matériel.


Les technologies extraterrestres à proximité de la Terre peuvent prendre plusieurs formes, explique Loeb. Il pourrait y avoir des morceaux de sondes extraterrestres très anciennes provenant de civilisations éteintes. Des sondes qui, après avoir passé des millions d'années à tourner autour de notre planète en se faisant griller par les radiations et écraser par les météorites, pourraient ressembler à des pierres, mais n'en sont pas.


Ces fragments de technologie extraterrestre pourraient occasionnellement tomber sur la Terre. Loeb dit qu'il est particulièrement intéressé par une météorite qui s'est écrasée dans l'océan Pacifique près de la Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2014. Les données des capteurs de l'armée américaine indiquent que l'objet de 1,5 pied de large se déplaçait plus rapidement qu'une météorite typique, ce qui laisse supposer que cette chose, quelle qu'elle soit, provient d'un autre système solaire. Les mêmes données impliquent que la météorite était faite d'un matériau inhabituellement résistant.


La vitesse et la composition de l'objet ont piqué la curiosité de Loeb. Une sonde extraterrestre, du moins, les restes d'une sonde, pourrait se déplacer très rapidement en voyageant d'un système stellaire à un autre. Elle devrait être faite d'un matériau très résistant afin de survivre au voyage.


Pour prouver ou infirmer ses soupçons, Loeb a obtenu un financement pour aller chercher la météorite l'année prochaine. "Le projet Galileo", dit-il, "prévoit une expédition pour récupérer les fragments de cette météorite au fond de l'océan afin de déterminer la composition et potentiellement la structure de cet objet inhabituel - et d'étudier s'il est d'origine naturelle ou artificielle."


La météorite de Papouasie-Nouvelle-Guinée n'est pas la seule à présenter des caractéristiques étranges qui pourraient indiquer une origine artificielle. B.P. Embaid, physicien à l'Université centrale du Venezuela, a attiré l'attention sur des météorites distinctes qui ont atterri en Inde en 1852 et en Arizona en 1850. Toutes deux contiennent de fortes concentrations de composés supraconducteurs, respectivement la heideite et la brezinaite, qui, selon Embaid, pourraient être créés artificiellement.


C'est une chose de scruter un morceau de roche métallique pour y déceler d'éventuelles origines extraterrestres. Ce serait une autre chose, et beaucoup plus convaincante pour la communauté scientifique au sens large, de trouver une sonde extraterrestre intacte et fonctionnelle.


Loeb a postulé qu'elle serait contrôlée par une intelligence artificielle. L'I.A. "serait un choix naturel pour traverser les dizaines de milliers d'années-lumière qui couvrent l'échelle de la Voie lactée et pourrait exister même si les émetteurs ne sont pas vivants pour transmettre des signaux détectables à l'heure actuelle".


Il est possible que nous ayons déjà rencontré une telle sonde, mais que nous ne l'ayons pas réalisé à l'époque. Il y a cinq ans, un objet très étrange a fait un voyage très étrange à travers le système solaire. Brillant, oblong, mesurant potentiellement 3 000 pieds de long et se déplaçant à une vitesse de 16 miles par seconde, l'objet a fait un zoom dans le système solaire et est passé devant le soleil. Lorsque l'astronome canadien Robert Weryk a remarqué l'objet pour la première fois lors d'une étude au télescope en octobre 2017, il était déjà en train de quitter notre système.


Les astronomes ont nommé l'objet 'Oumuamua, qui signifie "éclaireur" en hawaïen. Personne ne savait avec certitude ce qu'est, ou n'est pas, 'Omuamua. Seul Loeb était prêt à dire ce que les autres pensaient peut-être. La vitesse, la trajectoire et la forme de 'Oumumua sont des signes possibles qu'il s'agit d'un vaisseau extraterrestre.


Pour Loeb, 'Oumuamua est une chance manquée d'établir un premier contact. Peut-être. Il est déterminé à ne pas manquer la prochaine chance. "Le projet Galileo vise à concevoir une mission spatiale qui interceptera le prochain 'Oumuamua ou le rejoindra et obtiendra des données de haute qualité qui nous permettront de déchiffrer sa nature", a-t-il déclaré.


Mais pour organiser une mission spatiale vers le prochain vaisseau extraterrestre potentiel, il faut d'abord détecter ce vaisseau et le détecter suffisamment longtemps avant son arrivée près de la Terre pour avoir le temps de préparer notre propre sonde. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un réseau de capteurs qui surveillent en permanence le ciel et l'espace à la recherche d'objets proches et en mouvement rapide.


Il ne doit pas s'agir d'instruments énormes, sophistiqués et coûteux comme le télescope de 28 pieds de diamètre et la caméra de 3,2 gigapixels du nouvel observatoire Vera Rubin, en cours de construction au sommet d'une montagne au Chili. Pour être honnête, M. Loeb a déclaré que Galileo avait l'intention d'emprunter des données à Rubin lorsque l'observatoire sera opérationnel, dans un an environ.


Non, ce dont Galileo a besoin, c'est d'une surveillance large et permanente de vastes étendues de ciel, plutôt que d'un regard occasionnel et détaillé sur une toute petite partie du ciel. "Nous achetons des caméras prêtes à l'emploi auprès de fabricants et nous demandons à nos propres ingénieurs de concevoir leur assemblage, leur intégration, leur étalonnage et leur fonctionnement", explique M. Loeb.


La première installation de Galileo, pour des raisons de sécurité, Loeb n'a pas voulu dire où a été mise en service "ces dernières semaines". Elle comprend des capteurs infrarouges et optiques, un système radar passif et des récepteurs audio sensibles à toute la gamme sonore, des infrasons aux ultrasons, et peut observer et écouter un hémisphère entier du ciel, sans interruption. "Les données sont transmises à un système informatique qui utilise un algorithme d'intelligence artificielle pour identifier les objets", explique M. Loeb.


Il s'agit d'un système ambitieux, mais Jacob Haqq Misra, astrobiologiste au Blue Marble Space Institute of Science à Seattle, qui n'est pas impliqué dans Galileo, a déclaré au Daily Beast qu'il pensait qu'il était solide. "D'un point de vue technique, le projet Galileo réalise la bonne expérience pour identifier les anomalies aériennes, quelles qu'elles soient", a-t-il déclaré.


Si vous êtes optimiste quant au premier contact, comme Loeb, tous ces efforts en valent la peine. Mais même si vous êtes sceptique, et que vous pensez que nous sommes peut-être seuls dans l'univers, il y a de bonnes raisons de soutenir Galileo. Le projet peut faire d'autres choses que de rechercher des extraterrestres proches.


Il s'agit, en partie, d'un système de surveillance du ciel de la Terre et de l'espace proche. Et une fois terminé, ce sera le seul système de surveillance hémisphérique qui n'appartiendra pas à une armée ou à une autre. "Vous pouvez chercher n'importe quoi dans le ciel", a déclaré M. Misra. Débris spatiaux, météorites, extraterrestres, peu importe.


Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous





1 Comment


Herve Cruchant
Herve Cruchant
Jan 02, 2023

Pour la petite histoire. Lors d'une AG du SEPRA -ancêtre du GEIPAN- il avait été proposé la construction et la mise en œuvre d'une telle station équipée, notamment d'un objectid fish-eye 180°. Cette proposition n'a pas été retenue. Meilleurs vœux 2023. HC

Like
bottom of page