• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Le 16/05/1963, l'astronaute Leroy Gordon Cooper a vu un OVNI.


Traduit par le Mufon France, écrit par Antonio Las Heras


Le 16/5/1963, l'astronaute Leroy Gordon Cooper (1927/2004) a vu un OVNI. Mais il n'était pas le seul. James McDivitt et Edward White et d'autres les ont également vus.


Alors qu'il se trouvait sur l'orbite numéro 15 dans sa capsule monoplace Mercury Atlas 9 le 16 mai 1963, l'astronaute Leroy Gordon Cooper (1927/2004) a vu un objet volant non identifié. Ce fut un voyage record de 34 heures dans l'espace. A son retour sur Terre, le Centre spatial de Houston lui a interdit de faire la moindre déclaration. Un an plus tard, il l'a admis.


Gordon Cooper a été le premier Américain à passer une journée entière dans l'espace, le premier à dormir dans l'espace et le dernier astronaute de la NASA à effectuer une mission orbitale en solo.


"Nous regrettons que Gordon Cooper ne soit pas en mesure de répondre à un questionnaire de cette nature". La déclaration froide et laconique était signée par le responsable des affaires publiques du centre spatial de Houston, John J. Peterson, et était à l'époque presque en colère avec le journaliste qui l'avait reçue, Gary H. McLaglen, rédacteur en chef du New York Times. Tout avait commencé le 16 mai 1963, à 10 h 45, lorsque l'astronaute Gordon Cooper, depuis sa capsule spatiale, avait communiqué à la base de Houston, mot pour mot :


- Je suis déconcerté. C'est au-delà de toute logique.

- Je peux parfaitement voir une lumière verte. C'est quelque chose de mystérieux.

- Derrière elle, derrière la lumière, je vois une queue rouge. Je suis désolé de m'être mal exprimé. C'est en fait une sorte de propulsion rougeâtre, qui a manifestement contrôlé le vol orbital.

- Je coupe et je viens à vous.

- Mais qu'est-ce que c'est ?

- Je reviens. Je ne sais pas comment l'expliquer. Et ne croyez pas que je sois influencé par la publicité des soucoupes volantes, mais je crois, ou plutôt je suis convaincu, que c'en est une. Je vous demande : que dois-je faire ? Je dois retourner à la base ?

-Ne faites pas attention. Ça n'a pas d'importance.


L'astronaute Leroy Gordon Cooper (1927/2004)


Le dialogue a été entendu par trois cents journalistes du monde entier. Cependant, seul Gary H. McLaglen du New York Times a compris la signification de cette communication.


Ainsi, une semaine après le vol, sa demande à Gordon Cooper d'un rapport sur la possibilité qu'il ait vu des véhicules construits par des civilisations d'autres mondes a été rejetée par l'inaccessible Centre spatial de Houston.


Pourtant, un an plus tard, au domicile de l'astronaute, le journaliste tenace parvient à faire parler cet extraordinaire témoin qualifié. Un astronaute, une personne formée et entraînée à discerner les différents types de phénomènes qui peuvent se produire dans l'atmosphère ainsi que dans l'espace. Gordon Cooper ne confondrait pas, par exemple, un débris spatial en orbite, un satellite artificiel ou un reflet dans un judas avec un OVNI.


Tel était le résultat du rapport :


Pourquoi a-t-il refusé l'interview ?


- Le public était influençable et à Houston, on considérait qu'il était inapproprié de faire référence au sujet. Gardez à l'esprit que je suis un militaire qui exécute des ordres.


- Qu'avez-vous vu sur ce vol ?


- Je peux parler maintenant parce que le tabou des ovnis a été surmonté. Je me trouvais sur l'orbite numéro 15, au nord de Perth, vers 20 heures, heure de Perth, le 16 mai. L'objet se déplaçait d'ouest en est. J'ai vu l'OVNI pendant deux minutes alors que mon vaisseau traversait l'Australie.


L'ORDRE ÉTAIT DE NE PAS OUVRIR LA BOUCHE


Pendant un an, sous les ordres du centre spatial de Houston, Gordon Cooper a refusé de parler de l'objet volant non identifié qu'il a vu lors d'un vol. Après cette période, il a avoué à un journaliste que le 16 mai 1963, alors qu'il se trouvait sur l'orbite numéro 15, au nord de Perth, il a vu une lumière verte et une queue rouge qui semblait l'observer, à 100 miles au-dessus de la terre. "Je l'ai vu pendant deux minutes alors que mon vaisseau traversait l'Australie.


Poursuivons avec la transcription de l'interview :


- À combien de kilomètres de la Terre avez-vous voyagé ?


- Environ 100 miles ; c'est-à-dire 160 kilomètres.


- Quel autre détail ou caractéristique vous a fait supposer que vous étiez devant un OVNI ?


- La trajectoire de l'objet, l'altitude, la vitesse à laquelle il se déplaçait, ne pouvaient pas me faire croire qu'il pouvait s'agir d'un météore, par exemple. Il ne pouvait pas non plus s'agir d'un ballon-sonde météorologique lâché depuis la Terre. Il ne présentait pas non plus les caractéristiques d'un satellite artificiel lancé dans l'espace. Je vous le dis, c'était une lumière verte "poussée" par une propulsion rougeâtre.


- L'apparition de l'OVNI vous a-t-elle causé une gêne physique ?


- Non, pas du tout. Vous savez que nous, les astronautes, sommes préparés à accepter toutes sortes d'événements imprévus.


- Cependant, vous avez été hospitalisé à votre retour sur Terre...


- C'est la routine. Tous les astronautes sont placés en observation à la fin de leur vol. Pendant la période d'observation, en revanche, les médecins n'ont rien trouvé d'anormal dans mon physique.


- Quand vous avez vu l'OVNI, avez vous ressenti un impact émotionnel ?


- Oui, j'ai d'abord été surpris, puis j'ai été nerveux. Mais j'ai récupéré.


- Le plus étrange, peut-être, a été le sentiment d'impuissance qui m'a envahi pendant quelques instants. Les médecins m'ont expliqué plus tard que c'était juste une réaction nerveuse. J'étais un peu dans le brouillard et je ne pouvais pas penser clairement. Je trouvais difficile de relier mes pensées au mouvement de mes mains, par exemple. Je n'étais pas bien coordonné.


- Pensez-vous que l'OVNI observait la capsule ?


- Il n'y a pas moyen que je puisse dire ça.


- Mais y avez-vous pensé ?


-Et bien, le mouvement de l'OVNI semblait suggérer qu'il observait mon vaisseau. Remarquez, ça semblait être le cas. C'est très difficile à prouver. De plus, je ne crois pas à l'existence d'êtres extraterrestres. Beaucoup moins dans des civilisations plus avancées que la nôtre.


- Pourquoi avez-vous demandé alors si vous deviez retourner sur Terre ?


- C'était juste une question de routine. Vous voyez, le centre de Houston m'a dit que ce que je voyais n'avait aucune importance et que je pouvais poursuivre mon voyage.


- Pourquoi Houston m'a alors interdit de vous interviewer en premier ?


- C'est clair dans la réponse qu'ils vous ont donnée, je pense.


- Vous savez qu'il y a eu une psychose collective au sujet de l'apparition des OVNIs et la base spatiale a estimé qu'il n'était pas sage de rendre l'affaire publique.


Ajoutons que la rencontre de Gordon Cooper avec des soucoupes volantes n'est pas la seule.


Les astronautes qui ont voyagé dans l'espace dans la capsule biplace Gemini V, James McDivitt et Edward White, ont également signalé à la base de Houston qu'ils avaient vu des lumières non identifiées dans l'espace. Plus précisément, ils ont fait référence à leur vol du 3 juin 1965. Mais ce qui est curieux, c'est que ces lumières ont été photographiées par les astronautes et, quelque temps plus tard, ont pu être publiées.


Les astronautes de Gemini X, John W. Young et Michael Collins, ont également vu de mystérieuses lumières dans l'espace. Au cours de sa première orbite, le pilote John W. Young a signalé au contrôle qu'il avait vu deux objets brillants.


- Je ne pense pas que ce soit des étoiles, dit-il, ils sont à la même altitude que nous.

Les deux astronautes consultés depuis la base ont rapporté qu'"il s'agissait de satellites d'une certaine espèce" mais n'ont donné aucune information sur la taille de l'OVNI, ni sur la distance à laquelle il volait. "C'est très étrange et impressionnant. Nous ne pouvons vraiment pas l'expliquer", ont-ils déclaré. "Je ne pense pas que ce soit des étoiles. Ils sont à la même altitude que nous. Ce sont des satellites d'une certaine espèce.


Avec des mots chargés d'émotion, l'astronaute Michael Collins a rapporté de Gemini X (18 juillet 1966) à sa base qu'il avait vu quelque chose d'origine inconnue. Le même Collins qui, trois ans plus tard, accompagnera Amstrong et Aldrin sur la Lune lors de la mission historique Apollo XI.


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france


#ovni #ufo #uap #pan #mufon #NASA #Cooper