top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

LES MEN IN BLACK ONT ETE SUIVI EN SILENCE


Par Emilie Athenour , enquêtrice MUFON France


Traduit par MUFON France article écrit Par Nick Redfern pour Mysterious Universe le 23 février 2022 et Catalogue traduit : Rencontres avec des hommes en noir, un bref catalogue écrit par Gareth J. Medway, Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles par Gareth J. Medway.


Le gouvernement américain a-t-il suivi en silence les activités sinistres des vrais hommes en noir ?


A voir aussi dans cet article : Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles.


En bas de cette page : Rencontres avec des hommes en noir, catalogue des rencontres les plus connues de 1924 à 2003.


Le gouvernement américain a-t-il suivi en silence les activités sinistres des vrais hommes en noir ?


Eh bien, la réponse à la question ci-dessus est un "Oui !" définitif. Le gouvernement américain ne sait peut-être pas très bien qui sont vraiment les Men in Black, mais l'armée et diverses agences ont certainement suivi les activités du MIB. Comme vous allez le voir maintenant. Grâce au succès phénoménal de la franchise cinématographique Men in Black, rares sont les personnes qui n'ont pas entendu parler des sinistres MIB. Dans les films mettant en vedette Will Smith et Tommy Lee Jones dans les rôles des agents "J" et "K", les MIB sont employés par un organisme gouvernemental secret qui a pour mission d'éliminer les extraterrestres hostiles sur la Terre. La réalité des Men in Black, cependant, est très différente. Contrairement à leurs homologues du cinéma, les vrais MIB sont décrits comme n'ayant absolument rien d'humain : leur peau est extrêmement pâle, ils ont de grands yeux globuleux, ils sont extrêmement maigres et souvent très grands. En d'autres termes, ils ne ressemblent pas à des personnes ordinaires. Cela a donné lieu à la théorie selon laquelle les MIB pourraient être des hybrides extraterrestres-humains. Peut-être même des entités surnaturelles. De plus, il existe des preuves solides qui suggèrent que le gouvernement américain a secrètement enquêté sur le phénomène des MIB, afin d'essayer de comprendre qui - ou quoi - sont les Men in Black.


Grâce à la législation américaine sur la liberté d'information, nous avons maintenant en notre possession un certain nombre de documents officiels, auparavant secrets, de l'armée américaine qui confirment ces enquêtes secrètes, qui ont été clairement couvertes à l'époque où le gouvernement faisait tout son possible pour résoudre la mystérieuse énigme de l'identité de ces étranges personnages. Maintenant, passons à la partie suivante : John Keel n'était pas seulement l'auteur du livre acclamé, Les Prophéties de Mothman. Il était aussi quelqu'un qui a creusé très profondément la question des MIB, qui ils étaient, et d'où ils venaient. En février 1967, Keel a l'occasion de parler avec le colonel George P. Freeman. Le colonel Freeman, de l'armée de l'air américaine, a fait la déclaration écrite suivante sur le MIB. Keel en prend bonne note : "Des hommes mystérieux vêtus d'uniformes de l'armée de l'air ou portant d'impressionnantes accréditations d'agences gouvernementales ont fait taire des témoins d'OVNI. Nous avons vérifié un certain nombre de ces cas, et ces hommes ne sont pas liés à l'Air Force de quelque manière que ce soit. Nous n'avons pas été en mesure de trouver quoi que ce soit sur ces hommes. En se faisant passer pour des officiers de l'Air Force et des agents du gouvernement, ils commettent un délit fédéral. Nous aimerions bien en attraper un - malheureusement, la piste est toujours trop froide au moment où nous entendons parler de ces affaires, mais nous essayons toujours."


Moins d'un mois plus tard, plus précisément le 1er mars 1967, le lieutenant-général Hewitt T. Wheless, USAF, a rédigé le mémo suivant. Elle a été largement diffusée au sein de l'armée : "Des informations, non vérifiables, sont parvenues au QG de l'USAF selon lesquelles des personnes prétendant représenter l'Air Force ou d'autres établissements de Défense ont contacté des citoyens ayant aperçu des objets volants non identifiés. Dans un cas rapporté, un individu en civil, qui se présentait comme un membre du NORAD, a exigé et reçu des photos appartenant à un citoyen privé." Le document poursuit : "Dans un autre cas, une personne en uniforme de l'armée de l'air a approché la police locale et d'autres citoyens qui avaient observé un OVNI, les a rassemblés dans une salle d'école et leur a dit qu'ils n'avaient pas vu ce qu'ils pensaient avoir vu et qu'ils ne devaient parler à personne de leur observation. Tout le personnel militaire et civil, et en particulier les officiers d'information et les enquêteurs sur les ovnis, qui entendent parler de tels rapports doivent immédiatement en informer leur bureau local de l'OSI." En clair, non seulement la documentation ci-dessus démontre que les Men in Black n'avaient rien à voir avec le gouvernement, mais elle montre également que le gouvernement ne comprenait pas plus qui étaient les MIB que le chercheur d'OVNI moyen. Passons au FBI...


En 1956, l'enquêteur paranormal/OVNI Gray Barker a écrit et publié un livre intitulé They Knew Too Much About Flying Saucers. Une grande partie du livre est consacrée aux expériences d'Albert Bender sur le thème des MIB, qui, au début des années 50, a créé l'International Flying Saucer Bureau (à Bridgeport, Connecticut). Il n'a pas fallu longtemps pour que l'IFSB disparaisse. Bender l'aurait fermé après avoir reçu des visites répétées et menaçantes des Men in Black. Les MIB de Bender ressemblaient beaucoup moins à des G-Men des années 50 ou à des agents de la CIA. Ils ressemblaient bien plus à quelque chose tiré des pages d'un roman de Bram Stoker, mélangé à un mélange plus que généreux de H.P. Lovecraft. Suite à la publication du livre de Barker, un certain nombre de personnes ont contacté le FBI, exigeant de savoir qui étaient réellement les silencieux en costume sombre - et notamment parce que certains ufologues, comme Barker, prétendaient que les MIB étaient du "gouvernement".


Le FBI a déclassifié certains de ses documents sur Bender et Barker. Ils démontrent quelque chose de notable. À savoir que, tout comme l'armée américaine, le FBI ne savait pas vraiment qui étaient les MIB, mais il savait que les MIB existaient et terrorisaient les gens. Le 22 janvier 1959, nul autre que J. Edgar Hoover a donné des instructions au bureau du FBI de Chicago : "Le Bureau désire obtenir une copie du livre écrit par Gray Barker intitulé 'They Knew Too Much About Flying Saucers'." Les archives démontrent que derrière des portes closes et après avoir lu le livre de Barker, le FBI était aussi déconcerté dans les années 50 que l'Air Force l'était, presque une décennie plus tard.


Les rapports de Men in Black semblent admettre sept explications possibles :


1 - Toute l'histoire était une fiction. Je soupçonne que cela explique les événements MIB dans le livre Witnessed de Budd Hopkins.


2 - Le témoin a halluciné la rencontre. Un exemple évident est l'affirmation d'Albert Bender selon laquelle trois hommes en noir aux yeux brillants se sont matérialisés dans sa chambre tard dans la nuit.


3 - Les MIB étaient des ufologues qui avaient leur propre programme. Ceci s'est avéré être l'origine des messages de menace reçus par les membres de SCUFORI en 1980. Jim Moseley a suggéré que les enquêteurs du groupe ovni NICAP de Washington, qui aimaient donner l'impression d'être une agence gouvernementale, disaient aux témoins "ne parlez de cela à personne d'autre" car ils voulaient l'exclusivité.


4 - L'incident était une blague. Cela explique probablement l'histoire de "Mork et Mindy". Les policiers de Peckham, s'ils étaient responsables de l'incident, auraient difficilement admis au ministère de la Défense qu'ils s'amusaient alors qu'ils étaient censés être en service (dans une zone où le taux de criminalité est élevé), d'où leur déni ; et l'exhortation habituelle "ne parlez de cela à personne" peut avoir été destinée à couvrir leur propre mauvaise conduite.


5 - Les MIB étaient des agents du gouvernement. On peut objecter qu'il y a eu plusieurs occasions où les MIB ont prétendu représenter le ministère de la Défense ou l'armée de l'air des États-Unis, mais où l'U.S.A.F. ou le ministère de la Défense ont ensuite démenti. Plus d'une fois, en effet, l'armée de l'air est allée jusqu'à déclarer que le MIB avait commis un délit fédéral en se faisant passer pour des officiers militaires, tandis que le ministère de la défense a déclaré qu'il n'enquêtait jamais en personne sur les cas d'OVNI, bien qu'il puisse interroger des témoins par téléphone. En revanche, une lecture attentive des livres de Dame Stella Rimmington (ancienne chef du MI5) suggère que lorsque les agents du MI5 doivent s'identifier auprès du public, ils disent qu'ils sont du Home Office, et il ne fait aucun doute que la CIA a une politique parallèle. Il est donc possible que le MIB soit effectivement issu du gouvernement, mais pas de l'agence particulière qu'il prétend représenter.


6 - Les MIB sont des extraterrestres vivant secrètement sur terre. Dans certains cas, les MIB eux-mêmes l'ont déclaré.


7 - Les MIB sont des Ufonautes, mais ils viennent d'une autre dimension plutôt que d'une autre planète. C'était le point de vue de John Keel.


Bien que le récit sur Albert Bender dans They Knew Too Much de Barker ait été largement cité (par exemple par Brinsley Le Poer Trench, Secret of the Ages, Panther, 1979, pp.145-46), le propre livre de Bender a été peu lu et discuté. Je suppose que les ufologues ont supposé, à partir du livre de Barker, que Bender avait été réduit au silence parce qu'il avait découvert "la vérité", et ils ont tous supposé que cette vérité correspondait à leurs propres théories. Mais son récit sur des monstres hideux extrayant un élément de notre eau de mer dans une base antarctique cachée ne correspondait à la théorie favorite de personne, de sorte que le livre, s'il était remarqué, était dénoncé comme un élément supplémentaire de la dissimulation (par exemple par Rex Dutta, Flying Saucer Viewpoint, Pelham, 1970, p. 51).


Environ deux cinquièmes de tous les rapports du MIB proviennent des trois années 1966 à 1968, tous sauf deux des États-Unis. Il doit y avoir une raison à cette anomalie statistique, mais je ne sais pas laquelle. Si les possibilités (6) ou (7) ci-dessus étaient exactes, il se pourrait qu'en 1966 un OVNI géant se soit posé secrètement en Amérique du Nord et ait dégorgé un certain nombre d'hommes en noir, revenant les chercher en 1968, mais j'en doute. Il est plus plausible qu'il s'agisse d'un biais dans les rapports : une source majeure de rapports sur les MIB est constituée par les livres de John Keel, dont les enquêtes sur les OVNI ont été principalement menées au cours de ces années. Pourtant, tous les cas rapportés par Brad Steiger, et beaucoup de ceux de Timothy Beckley, proviennent également de la même période.


Le parti pris géographique est flagrant : 95 cas proviennent des États-Unis, 22 du Royaume-Uni, quatre du Canada, trois d'Italie, trois d'Australie, deux de France, et un de Chine, d'Argentine, du Mexique et de la République d'Irlande. Dans une certaine mesure, il s'agit sans doute d'un biais dans les rapports, mais il peut aussi s'agir d'un biais culturel, c'est-à-dire que les habitants des pays anglophones ont souvent entendu parler des rapports du MIB et relatent donc les leurs, alors que dans d'autres pays, ils n'en ont pas entendu parler et ne le font pas.


Un autre problème est évident : le MIB a souvent demandé aux témoins de ne pas parler de ce qu'ils ont vu. On peut raisonnablement présumer qu'au moins certains témoins ont suivi ce conseil, auquel cas il doit y avoir des incidents MIB (et OVNI) qui n'ont jamais été rapportés à personne. Mais je ne vois aucun moyen de deviner quelle proportion d'entre eux reste inconnue.


Parfois, la paranoïa est suscitée par des événements qui ont des explications essentiellement banales. Une autre citation de John Keel est pertinente :


"Au printemps 1967, suite à la publicité qui a accompagné Mothman et les OVNI, des foules d'étrangers sont descendues à Point Pleasant. Des voitures remplies d'étudiants des collèges voisins arrivaient à l'improviste au domicile des témoins cités dans les journaux, souvent tard dans la nuit, et s'attendaient à être accueillis. Mary Hyre et tous les autres ont été soumis à des interrogatoires stupides par des personnes qui n'avaient manifestement aucune idée de la manière de mener une enquête. Certains de ces enquêteurs étaient sans tact et impolis, comme seuls les adolescents peuvent l'être, au point d'être offensants. Un à un, les témoins se taisaient, refusant de parler à d'autres inconnus, si bien que les nouveaux venus voyaient un nouveau mystère - quelqu'un avait manifestement ordonné à tous les habitants de la vallée de l'Ohio de se taire."


Comme l'a observé John Rimmer dans sa critique du livre de Nick Redfern, il n'y a pas de modèle standard dans les rapports sur les MIB, qui ne sont pas toujours, par exemple, dits être habillés en noir. Il existe cependant quelques thèmes communs : on dit souvent qu'ils ont une apparence orientale, qu'ils sont complètement glabres, ou les deux. Il n'y a que trois cas de WIB connus, et dans l'un d'eux, aucun détail n'a été donné. Il est cependant intéressant de noter que dans les deux autres cas, le témoin l'a décrite comme la femme ou la fille "la plus belle" qu'il ait jamais vue. Alors que les MIB américains ont tendance à conduire des Cadillacs noires, Jenny Randles affirme qu'en Grande-Bretagne, on dit presque toujours qu'ils conduisent des Jaguars noires. Les voitures Jaguar ne sont pas courantes, et la plupart d'entre elles ne sont pas noires, mais j'ai remarqué qu'à Londres, lorsque la police arrête la circulation pour laisser la place à un VIP, tel qu'un chef d'État en visite, elle se trouve souvent dans un convoi de Jaguars noires. Il y a quelque temps, j'ai même vu la Reine passer dans l'une d'elles, bien que ses voitures habituelles soient une Rolls-Royce et une Bentley.


Ce qui précède n'a pas pour but de tirer des conclusions définitives. Il s'agit simplement d'une tentative concise d'exposer les affirmations qui ont été faites et qui, même si elles sont toutes fictives, devraient intéresser au moins les étudiants en folklore moderne. Tout commentaire sera le bienvenu.






CATALOGUE DES RENCONTRES D'HOMMES EN NOIR

par Gareth J. Medway


La liste suivante ne peut pas être complète, mais elle inclut, je pense, tous les cas bien connus, ainsi que de nombreux cas peu connus. De toute évidence, presque chaque entrée devrait inclure le mot "prétendument" ou "supposément", mais je les ai généralement omis car ils seraient trop répétitifs, bien que leur présence doive être présumée. Les références renvoient aux éditions particulières des livres que j'ai consultées - à titre d'exemple, Visitors from Space de John Keel est l'édition britannique de 1976 de l'ouvrage plus connu sous son titre original The Mothman Prophecies.


1924 : John Cole, un journaliste de Virginie occidentale, se rend sur les lieux d'un accident d'avion dans le comté de Braxton. Un homme en costume, "aux pommettes hautes, aux yeux bridés et à la peau sombre", lui dit que personne n'a été blessé et qu'aucun crime n'a été commis. Il a ramassé "un petit bidule sur le sol", et l'a ramené chez lui. Vers 3 heures du matin, on a frappé à sa porte. Un officier de l'armée ayant la même apparence étrangère a exigé, et obtenu, la restitution du "bidule métallique". Keel, The Cosmic Question, pp.148-50.


1947. 22 juin : Harold Dahl a reçu à 7 heures du matin la visite d'un homme habillé en noir, qui l'a conduit dans une berline Buick noire jusqu'à un café où il lui a raconté qu'il avait vu six objets en forme de " beignets " la veille près de Tacoma, dans l'État de Washington, avec des détails tels qu'il aurait pu y être ; et il lui a dit que s'" il aimait sa famille, il se tairait à ce sujet. " Wilkins, Flying Saucers on the Attack, pp.51-62 ; Randles, MIB, pp.30-31 ; et plusieurs autres. Dahl a ensuite été interrogé par deux officiers de renseignement de l'Air Force, Frank Brown et William Davidson ; lorsqu'ils ont pris l'avion pour retourner à leur base, l'appareil s'est écrasé et ils ont été tués. Deux jours plus tard, Kenneth Arnold, qui avait également enquêté sur l'affaire, rentrait en avion lorsque son moteur s'est arrêté et qu'il a été contraint de s'écraser. Il est devenu courant pour les écrivains de dire que Dahl a admis que l'histoire était un canular, mais un télétype d'août 1947 de l'agent spécial du FBI de Seattle George Wilson à J. Edgar Hoover a déclaré que : "Sachez que Dahl n'a pas admis à Brown que son histoire était un canular, mais a seulement déclaré que si les autorités l'interrogeaient, il allait dire que c'était un canular parce qu'il ne voulait pas avoir d'autres problèmes à ce sujet." Keith, Casebook, p.46.


1950 (?) : Un pasteur presbytérien anonyme et son jeune fils, en visite au Musée des sciences et de l'industrie de Chicago, se sont perdus dans "un labyrinthe de couloirs", et se sont retrouvés dans une salle où se trouvait une grande vitrine contenant de petits corps humanoïdes. Le père a été instantanément empoigné par plusieurs hommes et contraint de signer des papiers avant d'être autorisé à sortir. Le fils a raconté cette histoire à Shern Larsen, du Center for UFO Studies, vers 1974. Stringfield, Situation Rouge, p.190.

1951 : Plusieurs officiers de la marine et l'équipage d'une vedette à moteur près de Key West ont vu un objet en forme de cigare planer au-dessus de l'eau. Un avion de chasse est apparu et l'objet s'est envolé, disparaissant en quelques secondes. Dès que la vedette a accosté, ils ont été entourés d'hommes en costume sombre qui les ont retenus pendant des heures, les interrogeant d'une manière qui "semblait plus destinée à les discréditer" qu'autre chose. La seule source de cette histoire est une lettre anonyme publiée dans un journal de Miami. Keel, The Cosmic Question, pp. 151-52.


Été 1952 (?) Gianpietro Monguzzi, qui avait pris quelques photos (aujourd'hui généralement rejetées comme fausses) d'une soucoupe volante dans les Alpes italiennes, "prétendit avoir reçu la visite d'un 'agent secret américain' déguisé en policier des montagnes de ski italiennes, qui l'interrogea pendant une longue nuit, essayant apparemment de lui faire répudier son histoire d'avoir vu un objet en forme de disque se poser sur un glacier". Keel, The Cosmic Question, p.151.


1952, 30 juillet : Carlo Rossi, qui pêchait près de Vico, en Italie, à l'endroit où il avait vu un disque aérien le 24, fut abordé par un homme grand et mince qui lui posa des questions sur les soucoupes volantes, lui offrit une cigarette à bouts dorés et, lorsque celle-ci le rendit malade, la jeta dans l'eau, puis s'éloigna. "Craignant que quelqu'un ne cherche à le faire taire, Rossi s'est rendu au bureau du procureur de la ville de Lucca et a fait une déclaration sous serment de sa rencontre avec l'ovni." Randles, MIB, pp.143-44 ; Keel, The Cosmic Question, p.151 (d'après Jacques Vallee).


1952, fin août : Sonny Desvergers, de Floride, reçoit des " appels téléphoniques anonymes menaçants " au travail, lui disant qu'il ne doit pas parler de sa rencontre avec un OVNI, et il est suivi par une voiture noire. Keel, Visiteurs de l'espace, p.104. Karl T. Pflock, in Evans & Stacy, UFOs 1947-1997, p.48.


1952, septembre : Après l'observation d'un monstre de trois mètres de haut en Virginie occidentale par Kathleen May et quelques adolescents le 12, et par la famille Snitowski le 13, "deux hommes sont apparus dans le comté de Braxton en se faisant passer pour des colporteurs. Ils ont systématiquement visité les maisons de la plupart des témoins, montrant peu d'intérêt pour la vente de casseroles mais désireux de parler des observations pendant des heures." Keel, The Cosmic Question, p.122.


Octobre 1952 : Lyman H. Streeter, qui recevait d'étranges bips sur sa radio qu'il croyait être des messages de soucoupes volantes, reçoit la visite de " M. Clark ", qui prétend être de la Civil Aeronautics Administration, et lui dit que " dans l'intérêt de la sécurité nationale ", il ne doit pas en parler. Williamson, The Saucers Speak, pp. 133-39.

Le 22 juillet 1953 : Une voiture mystérieuse s'est arrêtée à 3 heures du matin devant le domicile du président du Bureau australien des soucoupes volantes, qui avait été victime de phénomènes de poltergeist, et y est restée jusqu'à 6 h 30 du matin.


1953, 16 septembre : Albert Bender, fondateur du Bureau international des soucoupes volantes, dit à Gray Barker dans une lettre : " N'acceptez plus d'adhésions jusqu'à ce que le numéro d'octobre de Space Review soit entre vos mains. " A peu près au même moment, Bender a dit à August Roberts que "trois hommes lui avaient rendu visite et l'avaient fait taire complètement en ce qui concerne les enquêtes sur les soucoupes volantes !" Le 4 octobre, Roberts et Dominick C. Lucchesi ont interrogé Barker, qui a déclaré que les trois hommes portaient "des vêtements sombres et des chapeaux noirs", mais sa réponse habituelle aux questions était : "Q. Les soucoupes viennent-elles de Vénus comme le dit le livre d'Adamski ? R. Je ne peux pas répondre à cette question. Q. Est-ce qu'elles viennent de Mars ? R. Je ne peux pas répondre à cette question." Le dernier numéro (15 octobre) de Space Review contenait la déclaration suivante : "Le mystère des soucoupes volantes n'est plus un mystère. La source est déjà connue, mais toute information à ce sujet est retenue sur ordre d'une source supérieure." Barker, They Knew Too Much, pp.109-110, 114, 138. En 1962, Bender raconte que trois hommes aux yeux brillants se sont matérialisés dans sa chambre : "Ils étaient tous habillés de vêtements noirs. Ils ressemblaient à des ecclésiastiques, mais portaient des chapeaux semblables au style de Homburg". Plus tard, il a été téléporté dans une base secrète de soucoupes en Antarctique. Ils lui ont dit qu'ils venaient d'un autre système stellaire, qu'ils avaient simplement pris des corps humains, étant en réalité des monstres hideux, et qu'ils étaient ici pour extraire un produit chimique de notre eau de mer. Une fois cette mission terminée, Bender serait libre de raconter son histoire, ce qu'il fit. Bender, Les soucoupes volantes, pp.74.


Fin 1953.. : George Adamski, un contacté, a écrit : "J'ai reçu la visite de trois hommes... qui m'ont menacé avec force, exigeant notamment certains papiers que je possédais. Je leur ai donné certains d'entre eux et on m'a promis de me les rendre, mais cette promesse n'a jamais été tenue ... Je ne lui ai pas donné certains de mes papiers importants. Il est indéniable que j'avais peur. Avant qu'ils ne partent, on m'a dit de ne plus parler, sinon ils viendraient me chercher, m'enfermeraient et jetteraient la clé." Keith, Casebook, pp.113-14.


1954 : Maureen Abbot attendait une rame de métro de la ligne Bakerloo à Londres, tard dans la nuit, lorsqu'elle a vu une grande panthère noire courir le long des voies. Deux jours plus tard, elle reçoit chez elle la visite d'un fonctionnaire du gouvernement qui lui conseille, alors qu'ils sont assis et boivent des tasses de thé, de ne pas parler de cette expérience. Redfern, Keep Out ! p.102


1954, Pâques : Trois hommes qui avaient photographié un OVNI au-dessus de la plaine de Nullarbor ont vu leurs films confisqués par l'Australian Security Intelligence Organisation (ASIO) ; l'un d'entre eux a ensuite reçu la visite d'un prétendu agent de l'ASIO qui lui a ordonné de garder le silence et lui a fait "mourir de peur". Randles, MIB, pp. 56-57.


Fin 1954 : "Marion Keech" (Dorothy Martin), qui communiquait avec des extraterrestres par écriture automatique, a reçu la visite de deux hommes, l'un étant un "être humain ordinaire", l'autre "très étrange". C'est le premier qui fait toute la conversation. Il a dit : "Je suis de cette planète, mais lui ne l'est pas." Pendant une demi-heure, il lui a dit qu'elle ne devait pas rendre publiques ses informations, car "le moment n'est pas venu". Plus tard, elle a reçu la visite de cinq jeunes hommes, qui lui ont dit "que tout ce que j'ai dit était faux et mélangé. Et ils m'ont dit qu'ils étaient eux aussi en contact avec l'espace et que tous les écrits que j'avais étaient faux". Vallee, OVNIs, pp.72-73.


1955 : Vingt ouvriers réparaient l'extérieur d'une usine du sud du New Jersey, qui effectuait des travaux classifiés pour la marine, lorsqu'ils ont vu un gigantesque objet circulaire descendre et planer au-dessus du parking pendant plusieurs minutes. Alors qu'ils s'apprêtaient à pointer, un homme en civil les a fait entrer dans une salle de réunion, où il a brandi une liasse de papiers en disant : "Nous voulons que vous signiez tous un accord de confidentialité : "Nous voulons que vous signiez tous un serment de secret promettant de ne pas parler de ce que vous avez vu aujourd'hui. Ceux d'entre vous qui ne veulent pas signer ne doivent pas venir travailler demain - ou plus jamais." Tout le monde a signé. John Keel a déclaré que cette histoire "relève plus du folklore que de la réalité. L'histoire a circulé de bouche à oreille pendant des années, mais personne n'a même réussi à retrouver les témoins originaux, s'ils existent." Keel, The Cosmic Question, pp. 151-52.


1957, 7 juillet : Luciano Galli, de Rome, se rendait à pied de son domicile à son travail après le déjeuner lorsqu'une Fiat noire s'est arrêtée et qu'un homme aux yeux noirs de jais perçants lui a parlé et l'a invité à venir avec lui. Ils se sont rendus à Croara Ridge, à l'extérieur de Rome, où un vaisseau en forme de soucoupe les attendait. Il a été emmené pour un voyage dans l'espace. Keel, OVNIs, pp.201-2.


1955, juillet : Edward Mootz travaillait la terre près d'un pêcher à Cincinnati le 22 lorsqu'une gerbe rouge est tombée du ciel, et en levant les yeux, il a vu un objet rouge et vert comme une poire dressée sur la pointe des pieds. L'arbre était mort le jour suivant, et il a été emporté par trois hommes qui ont dit qu'ils étaient des services de renseignement de l'armée de l'air. Deux semaines plus tard, il a vu une Chrysler Imperial noire se garer à proximité et trois hommes braquer une caméra sur sa maison. Lorsqu'il les a interpellés, dans un anglais approximatif, ils ont dit qu'ils prenaient des photos de l'industrie locale, puis sont rapidement partis. Stringfield, Situation Red, pp. 187-89.


1957, novembre : Olden Moore a vu un engin circulaire atterrir près de Montville, Ohio, le 6. Quelques jours plus tard, le shérif local s'est rendu chez lui avec des hommes en uniforme de l'armée de l'air, ils l'ont emmené dans le champ où il avait vu l'OVNI, un hélicoptère l'attendait, il a été transporté à l'aéroport et mis dans un avion pour Washington, où il a été emprisonné pendant trois jours, et deux officiers ont essayé de lui faire admettre qu'il n'avait vu rien d'autre qu'une "boule de feu". Finalement, il a été ramené par avion dans l'Ohio, mais plus tard, ni le shérif ni l'armée de l'air n'ont voulu confirmer son histoire. Keel, The Cosmic Question, pp. 155-56.


1958, février : Un homme de Gharnasvarn, qui s'était auparavant matérialisé dans son salon, se présente à la porte d'entrée de Cynthia Appleton, Aston, Birmingham, vêtu d'un costume noir, et repart dans une grande voiture noire aux vitres teintées ; il lui rendra visite plusieurs fois au cours des six mois suivants. Randles, MIB, pp.61-65.


1960, août : Ray Hawks a vu un "disque gris vacillant" alors qu'il conduisait un tracteur à l'extérieur de Boulder, dans le Colorado. Quelques jours plus tard, il trouve un hélicoptère au même endroit avec trois hommes en uniforme de l'armée de l'air, qui lui disent : "Nous voulons que vous disiez aux journaux que la soucoupe sera de retour le 20 août". Keel, The Cosmic Question, pp.154-55.


1961, septembre : W. D. Clendenon, qui correspondait avec George Adamski, reçut la visite d'un "homme de petite taille, vêtu d'un pardessus beige", qui lui dit qu'il était engagé dans un sondage politique pour voir si les gens de la région avaient voté républicain, et "il ressentit la forte impulsion d'inviter l'homme à entrer". "Sa peau était lisse, comme s'il ne s'était jamais rasé de sa vie. Sa peau me faisait penser à celle d'un bébé. Quand il souriait, ses dents étaient parfaites et très blanches. La couleur de sa peau était brune, comme celle d'un Indien ; ses cheveux étaient foncés et taillés de façon professionnelle. Il avait l'air presque trop parfait et cela me dérangeait". Après le départ de l'homme, Clendenon a eu l'envie d'aller dans le jardin, où il a vu "une brillante boule de lumière blanche", qui s'est ensuite éclaircie et semblait "identique en tous points au vaisseau scout photographié par Adamski". Keith, Casebook, pp.64-65.


Novembre 1961 : "Paul Miller", l'un des quatre hommes qui avaient vu un OVNI atterrir dans le Dakota du Nord (mais ne l'avaient pas signalé), est appelé à l'extérieur de son travail et présenté à deux (trois ?) étrangers, qui ont demandé à être conduits chez lui, où ils ont examiné les vêtements qu'il portait la nuit précédente, en particulier ses bottes, puis sont partis sans rien dire de plus. Hynek, The UFO Experience, pp.183-84 ; Keel, The Cosmic Question, pp.152-53 ; Evans, 'Men in Black', p.32 ; Keith, Casebook, p.66.


1963 : Li Jing-Yang, un agent de sécurité de Yangquan, dans la province de Shansi, en Chine, a vu un objet ressemblant à deux assiettes scellées ensemble planer dans le ciel. Le lendemain, il est approché par un homme étrange habillé en noir qui l'avertit de ne pas parler de son observation. Randles, MIB, p.145.


1964, fin juin : Jim Templeton de Carlisle, Cumberland, reçoit la visite de " Numéro 9 " et " Numéro 11 " qui " enquêtent sur ces choses ", concernant sa photographie d'un homme invisible dans une combinaison spatiale prise le 24 mai. Ils l'ont conduit sur le site dans une voiture Jaguar noire, "très brillante comme si elle était neuve", puis l'ont laissé là pour rentrer à pied. Randles, MIB, pp. 80-82.


Août 1965 : Rex Heflin de Santa Ana, Californie, qui avait pris quatre photos Polaroid d'un disque volant, a été conseillé par un enquêteur du Corps des Marines "de ne pas parler de son observation", comme l'ont fait plusieurs personnes au téléphone. Il a ensuite reçu la visite d'un homme censé appartenir à la Défense aérienne de l'Amérique du Nord (NORAD), qui lui a demandé d'emprunter ses tirages, mais ne les a jamais rendus, et la NORAD a ensuite nié toute connaissance de l'affaire. Condon, Scientific Study of Unidentified Flying Objects, pp.448-49.


Septembre 1965 : William McCoy et Robert Goode, policiers en patrouille dans le comté de Brazoria, Texas, ont vu "un grand globe rectangulaire de lumière violette". Puis, "des avions légers volant à basse altitude, apparemment non identifiés, ont fait des allers-retours au-dessus de la zone d'observation pendant les deux jours suivants. Peu de temps après l'incident, deux étrangers se sont présentés au bureau du shérif à la recherche de l'adjoint Goode. Ils ont retrouvé l'officier dans un restaurant local et ont immédiatement commencé à décrire en détail à quoi ressemblait l'OVNI - avant même que Goode ait eu l'occasion de leur dire. Ils lui ont ensuite suggéré que s'il rencontrait un engin similaire à l'avenir, il devrait coopérer avec ses occupants et garder pour lui toute conversation avec eux. L'identité de ces deux hommes mystérieux n'a jamais été déterminée." Keel, Operation Trojan Horse, p.254.


1965, décembre : Un responsable d'une usine industrielle a signalé à la police d'État la présence d'un objet incandescent. Quelques heures plus tard, deux "officiers militaires" se présentent, l'interrogent et l'avertissent : "Ne parlez de cette affaire à personne." Keel, The Cosmic Question, p.153 (d'après Frank Edwards).


Avril 1966 : Un homme prétendant représenter "une agence gouvernementale si secrète qu'il ne pouvait pas en donner le nom" est apparu dans une école de Norwalk, dans le Connecticut, et a cuisiné deux garçons de douze ans pendant deux heures au sujet d'un objet en forme de disque qui les avait poursuivis au niveau du sol. Keith, Casebook, p.76.


1966 (?) : Un fermier de l'Ohio a vu un objet circulaire lumineux atterrir dans ses champs ; le lendemain matin, une limousine noire est arrivée et un homme en uniforme de l'armée de l'air lui a dit d'oublier ce qu'il avait vu. Il s'agissait d'un petit bonhomme "avec un visage comme un Chinois ou un Japonais". Keel, The Cosmic Question, p.153.


1966, septembre : L'enquêteur ovni Steve Yankee, travaillant de nuit dans une usine de papier, reçoit la visite à trois heures du matin de deux hommes en noir, qui lui posent des questions sur l'affaire Jessup-Allende. Après qu'ils aient quitté la pièce, il a regardé dans le couloir et a vu qu'ils avaient disparu, mais il y avait "une sensation d'énergie dissipée" à trois mètres de la porte. Steiger, Mysteries of Time and Space, pp.206-7.


1966 (?) : Un conférencier OVNI anonyme est interpellé dans son bureau par un homme prétendant être Carlos Miguel Allende, qui l'avertit d'interrompre ses recherches ou de "finir en 'suicide' comme le Dr Jessup". Steiger et Whritenour, New UFO Breakthrough, p.72.


1966 (?) : "Un rapport intéressant de 'trois femmes en noir' a été donné par un correspondant, qui avait reçu son étrange visitation après avoir observé un grand disque gris dans le ciel au-dessus de sa résidence de banlieue." (Aucun autre détail n'est donné.) Steiger et Whritenour, New UFO Breakthrough, p.76.


1966, octobre : George Smyth d'Elizabeth, New Jersey, est allé rendre visite à deux adolescents qui avaient vu une mystérieuse entité verte. Les garçons étaient entourés d'une foule. Il a remarqué que deux hommes sortaient d'une grande voiture noire, laissant un troisième derrière le volant. Ils avaient les yeux légèrement inclinés. Plus tard, lorsque les enquêteurs de Saucer News sont allés rendre visite à l'un des garçons, Smyth a remarqué la même voiture noire garée à proximité, et les deux mêmes hommes en sont sortis et ont surveillé la maison pendant l'entretien. Deux semaines plus tard, il reçoit un appel téléphonique lui disant d'abandonner les enquêtes sur les OVNI. Beckley, The UFO Silencers, p.41.


1966, 11 octobre : Plusieurs témoins d'un objet incandescent au-dessus du réservoir de Wanaque, dans le New Jersey, y compris un policier dont le numéro de téléphone était sur liste rouge, ont reçu des appels téléphoniques, avant qu'ils ne l'aient signalé à qui que ce soit, les avertissant de se taire. Keel, The Cosmic Question, p.157. Plus tard, plusieurs témoins ont été réunis dans l'auditorium d'un lycée par un officier de l'armée de l'air qui les a raillés au sujet de l'observation. Personne ne se souvient de son nom et, par la suite, l'armée de l'air a nié toute connaissance de cette affaire. Science and Mechanics, The Official Guide to UFOs, pp.99-101.


1966, mi-novembre : Un homme qui avait vu un OVNI près de Parkersburg, en Virginie occidentale, le 2 novembre, et qui ne l'avait pas signalé, a reçu la visite d'un "scientifique de l'Ohio", qui "nous a dit qu'il valait mieux que nous oubliions toute cette histoire". Keel, Visiteurs de l'espace, p.50.


1966, mi-novembre : Après que Woodrow Derenberger de Mineral Wells ait rencontré M. Cold, censé venir de Lanulos dans la galaxie de Ganymède, le 2 novembre. "... deux vendeurs ont visité Mineral Wells et sont allés de maison en maison avec leurs marchandises. Ils n'étaient pas très intéressés à faire des ventes. Dans une maison, ils proposaient des bibles. Dans une autre, du matériel informatique. Dans une troisième, ils étaient des "missionnaires mormons de Salem, Oregon" (une vague d'OVNIs avait lieu à Salem à cette époque). L'un des hommes était grand, blond, et ressemblait à un Scandinave. Son partenaire était petit et mince, avec des traits pointus et un teint olive foncé. Ils ont posé des questions sur Woody et étaient particulièrement intéressés par les opinions sur la validité de son prétendu contact." Keel, Visiteurs de l'espace, p.56.


1966, fin : Gray Barker, alors qu'il enquêtait sur les Mothman près de Point Pleasant, a trouvé sur sa porte une note qui disait : "ABANDONNEZ VOS RECHERCHES OU VOUS SEREZ REGRETTÉ. VOUS AVEZ ÉTÉ PRÉVENU". Loren Coleman, 'The Mothman death list', Fortean Times 187, septembre 2004.


1966-67 (?) : Ivan Sanderson, alors qu'il écrivait Uninvited Visitors, remarqua une voiture qui passait sans cesse devant sa maison rurale du New Jersey, nota la plaque d'immatriculation, et fut informé qu'une telle voiture n'existait pas. Il a ensuite reçu la visite de deux hommes en uniforme de l'armée de l'air qui lui ont posé des questions sur son livre. Ils ont refusé de lui montrer une pièce d'identité, et il leur a ordonné de sortir de chez lui sous la menace d'une arme. Le commandant de la base locale de l'armée de l'air a nié être au courant de leur existence et a dit qu'il devait les dénoncer à la police pour s'être fait passer pour des officiers de l'armée de l'air. Par la suite, il a été assailli par d'étranges bruits électroniques sur son téléphone pendant longtemps. Keith, Casebook, p.76.


1966-67 (?) : Virginie occidentale : "Des limousines noires s'arrêtent devant les maisons des collines et des 'recenseurs' profondément bronzés s'enquièrent du nombre d'enfants vivant avec les familles. Toujours les enfants. Dans plusieurs cas, les occupants des grandes voitures noires ont simplement demandé un verre d'eau ... Une femme blonde d'une trentaine d'années, soignée, avec un léger accent du sud, rendait visite aux personnes de l&