top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

DES RESPONSABLES DU RENSEIGNEMENT AFFIRMENT QUE LES USA ONT RÉCUPÉRÉ DES ENGINS NON HUMAINS


Traduit par le MUFON France, écrit par Leslie Kean et Ralph Blumenthal


Un ancien agent des services de renseignement devenu lanceur d'alerte a communiqué au Congrès et à l'inspecteur général de la communauté du renseignement de nombreuses informations classifiées sur des programmes très secrets qui, selon lui, possèdent des engins d'origine non humaine, intacts ou partiellement intacts, récupérés.


Selon lui, ces informations ont été illégalement cachées au Congrès et il a déposé une plainte alléguant qu'il avait subi des représailles illégales pour ses révélations confidentielles, rapportées ici pour la première fois.


D'autres responsables des services de renseignement, en activité ou à la retraite, ayant eu connaissance de ces programmes dans le cadre de leur travail au sein de diverses agences, ont fourni de manière indépendante des informations similaires et concordantes, tant à titre confidentiel qu'officieux.


Le lanceur d'alerte, David Charles Grusch, 36 ans, ancien officier de combat décoré en Afghanistan, est un vétéran de la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA) et du National Reconnaissance Office (NRO). Il a été le représentant du bureau de reconnaissance au sein du groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés de 2019 à 2021. De fin 2021 à juillet 2022, il a été le co-responsable de la NGA pour l'analyse des PAN et son représentant au sein du groupe de travail.



La task force a été créée pour enquêter sur ce que l'on appelait autrefois les "objets volants non identifiés" (OVNI) et que l'on appelle aujourd'hui officiellement les "phénomènes aerospatiaux non identifiés" (PAN). Le groupe de travail était dirigé par le département de la marine, sous l'égide du bureau du sous-secrétaire à la défense chargé du renseignement et de la sécurité. Elle a depuis été réorganisée et élargie pour devenir le Bureau de résolution des anomalies tous domaines, afin d'inclure les enquêtes sur les objets opérant sous l'eau.


M. Grusch a indiqué que le gouvernement, ses alliés et les entreprises de défense ont récupéré des fragments partiels et des véhicules intacts pendant des décennies et jusqu'à aujourd'hui. Les analyses ont permis de déterminer que les objets récupérés sont "d'origine exotique (intelligence non humaine, extraterrestre ou d'origine inconnue) sur la base de la morphologie des véhicules et des tests de science des matériaux, ainsi que de la possession d'arrangements atomiques et de signatures radiologiques uniques", a-t-il déclaré.


En déposant sa plainte, Grusch est représenté par un avocat qui a été le premier inspecteur général de la communauté du renseignement (ICIG).


"Nous ne parlons pas d'origines ou d'identités prosaïques", a déclaré M. Grusch, faisant référence aux informations qu'il a fournies au Congrès et à l'actuel ICIG. "Le matériel comprend des véhicules intacts et partiellement intacts.

Conformément aux protocoles, M. Grusch a fourni au Defense Office of Prepublication and Security Review du ministère de la défense les informations qu'il avait l'intention de nous divulguer. Ses déclarations ont toutes été "autorisées à la publication" les 4 et 6 avril 2023, selon des documents qui nous ont été fournis.


Les révélations de M. Grusch, ainsi que celles de témoins non publics, en vertu des nouvelles dispositions de protection du dernier projet de loi sur les crédits de la défense, témoignent de la détermination croissante de certains membres du gouvernement à élucider une énigme colossale ayant des répercussions sur la sécurité nationale, qui a tourmenté l'armée et séduit le public depuis la Seconde Guerre mondiale et même au-delà. Pendant de nombreuses décennies, l'armée de l'air a mené une campagne de désinformation pour discréditer les observations d'objets inexpliqués. Aujourd'hui, après deux auditions publiques et de nombreuses réunions d'information confidentielles, le Congrès fait pression pour obtenir des réponses.


Karl E. Nell, colonel de l'armée récemment retraité et cadre dans l'aérospatiale, qui a assuré la liaison entre l'armée et l'UAP Task Force de 2021 à 2022 et a travaillé avec M. Grusch, qualifie ce dernier d'"irréprochable".



Christopher Mellon, qui a passé près de vingt ans au sein de la communauté du renseignement américain et a occupé le poste de secrétaire adjoint à la défense pour le renseignement, travaille depuis des années avec le Congrès sur les phénomènes aériens non identifiés.


"Un certain nombre d'anciens et d'actuels responsables bien placés ont partagé avec moi des informations détaillées concernant ce programme présumé, y compris des aperçus de l'histoire, des documents directeurs et de l'endroit où un engin aurait été abandonné et récupéré", a déclaré M. Mellon. "Cependant, il est délicat de faire parvenir ces informations potentiellement explosives aux bonnes mains pour qu'elles soient validées. La tâche est d'autant plus ardue que, à tort ou à raison, un certain nombre de sources potentielles ne font pas confiance aux dirigeants du Bureau de résolution des anomalies de tous les domaines, créé par le Congrès.


Mais certains initiés sont désormais prêts à prendre le risque de révéler pour la première fois leur connaissance de ces programmes de récupération.


Jonathan Grey est un officier générationnel de la communauté du renseignement des États-Unis, doté d'une habilitation Top-Secret, qui travaille actuellement pour le National Air and Space Intelligence Center (NASIC), où il s'occupe principalement de l'analyse des UAP. Auparavant, il a travaillé pour le secteur privé de l'aérospatiale et pour les groupes de travail sur les directives spéciales du ministère de la défense.


"Le phénomène de l'intelligence non humaine est réel. Nous ne sommes pas seuls", a déclaré M. Grey. "Les récupérations de ce type ne se limitent pas aux États-Unis. Il s'agit d'un phénomène mondial, et pourtant une solution mondiale continue de nous échapper.

Au sein de la National Geospatial-Intelligence Agency, M. Grusch a occupé le poste d'officier supérieur chargé de l'intégration des capacités de renseignement, avec une habilitation au niveau "Top Secret/Secret Compartmented Information", et a été conseiller technique principal de l'agence pour l'analyse des phénomènes aériens non identifiés et les questions relatives au trans-médium. De 2016 à 2021, il a travaillé au National Reconnaissance Office en tant que Senior Intelligence Officer et a dirigé la production du briefing quotidien du directeur du NRO. Grusch était un civil GS-15, l'équivalent militaire d'un colonel.


M. Grusch est officier de renseignement depuis plus de quatorze ans. Vétéran de l'armée de l'air, il a reçu de nombreux prix et décorations pour sa participation à des opérations secrètes et clandestines visant à renforcer la sécurité des États-Unis.


Selon un rapport de performance du NRO datant de 2021, David Grusch était un stratège du renseignement aux responsabilités multiples qui "analysait les rapports sur les phénomènes aériens non identifiés" et "aidait les dirigeants du Congrès à mieux comprendre les lacunes en matière de renseignements". Le directeur adjoint du centre d'opérations du bureau de reconnaissance l'a qualifié d'"officier d'état-major et stratège compétent" et d'"intégrateur de la force totale avec des solutions innovantes et des résultats exploitables".


M. Grusch a préparé de nombreuses notes d'information sur les phénomènes aériens non identifiés pour le Congrès lorsqu'il était au gouvernement et a participé à la rédaction du texte sur les UAP pour la loi d'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2023, dirigée par les sénateurs Kirsten Gillibrand et Marco Rubio et promulguée par le président Biden en décembre 2022. La disposition stipule que toute personne détenant des informations pertinentes sur l'UAP peut informer le Congrès sans représailles, indépendamment de tout accord de non-divulgation antérieur.


Dans ses déclarations autorisées à la publication par le Pentagone en avril, Grusch a affirmé que les "programmes hérités" d'OVNI ont longtemps été dissimulés au sein de "multiples agences imbriquant des activités UAP dans des programmes d'accès secret conventionnels sans rapport approprié aux diverses autorités de surveillance".


Il a déclaré avoir fait rapport au Congrès sur l'existence d'une "guerre froide inconnue du public pour le matériel physique récupéré et exploité - une compétition avec des adversaires proches au fil des ans pour identifier les crashs/atterrissages d'UAP et récupérer le matériel pour l'exploiter/la rétro-ingénierie afin d'obtenir des avantages asymétriques en matière de défense nationale".


À partir de 2022, Grusch a fourni au Congrès des heures d'enregistrement d'informations classifiées transcrites sur des centaines de pages, qui comprenaient des données spécifiques sur le programme de récupération des matériaux. Le Congrès n'a reçu aucun matériel physique lié à l'épave ou à d'autres objets non humains.


L'enquête de M. Grusch s'est articulée autour d'entretiens approfondis avec de hauts responsables des services de renseignement, dont certains sont directement impliqués dans le programme. Il affirme que l'opération a été illégalement soustraite au contrôle du Congrès et qu'il a été pris pour cible et harcelé en raison de son enquête.


M. Grusch a déclaré que les opérations de récupération d'artisanat se poursuivent à différents niveaux d'activité et qu'il connaît les personnes spécifiques, actuelles et anciennes, qui sont impliquées.


"Des personnes participant à ces programmes de l'UAP m'ont contacté en ma qualité officielle et m'ont fait part de leurs préoccupations concernant une multitude d'actes répréhensibles, tels que la passation illégale de contrats en violation des Federal Acquisition Regulations et d'autres actes criminels, ainsi que la suppression d'informations au sein d'une base industrielle qualifiée et du monde universitaire", a-t-il déclaré.


Les associés qui se sont portés garants de Grusch ont déclaré que ses informations étaient très sensibles et qu'elles prouvaient que des matériaux provenant d'objets d'origine non humaine étaient en possession de programmes noirs très secrets. Bien que les lieux, les noms des programmes et d'autres données spécifiques restent classifiés, l'inspecteur général et le personnel de la commission du renseignement ont reçu ces détails. Plusieurs membres actuels du programme de récupération se sont adressés au bureau de l'inspecteur général et ont corroboré les informations que Grusch avait fournies dans le cadre de la plainte classée.


M. Grusch a quitté le gouvernement le 7 avril 2023 afin, dit-il, de promouvoir la responsabilité du gouvernement par la sensibilisation du public. Il jouit toujours d'un grand soutien dans les milieux du renseignement et de nombreuses sources se sont portées garantes de sa crédibilité.


"Son affirmation concernant l'existence d'une course à l'armement terrestre se déroulant sub-rosa au cours des quatre-vingts dernières années et axée sur la rétro-ingénierie de technologies d'origine inconnue est fondamentalement correcte, tout comme la constatation indiscutable qu'au moins certaines de ces technologies d'origine inconnue proviennent d'une intelligence non humaine", a déclaré Karl Nell, colonel de l'armée à la retraite qui a travaillé avec Grusch au sein du groupe de travail sur l'UAP.

Dans une évaluation de 2022, Laura A. Potter, chef d'état-major adjoint pour le renseignement au quartier général du département de l'armée, a décrit Nell comme "un officier doté de la plus grande force morale possible".


Grusch est représenté par Charles McCullough III, associé principal du Compass Rose Legal Group à Washington et premier inspecteur général de la communauté du renseignement, confirmé par le Sénat américain en 2011. À l'époque, M. McCullough rendait compte directement au directeur du renseignement national, James R. Clapper, et supervisait les agents du renseignement chargés des audits, des inspections et des enquêtes.


En mai 2022, McCullough a déposé une divulgation de préoccupation(s) urgente(s) ; plainte de représailles au nom de Grusch auprès de l'ICIG au sujet d'informations détaillées que Grusch avait recueillies à partir de 2019 alors qu'il travaillait pour l'UAP Task Force.


Une version non classifiée de la plainte qui nous a été fournie indique que Grusch a une connaissance directe du fait que des informations classifiées liées à l'UAP ont été retenues et/ou dissimulées au Congrès par des "éléments" de la communauté du renseignement "pour contrecarrer délibérément et intentionnellement la surveillance légitime du Congrès sur le programme UAP." Tous les témoignages de Grusch dans le cadre de la plainte classifiée ont été faits sous serment.


Selon la plainte non classifiée, en juillet 2021, Grusch a fourni de manière confidentielle des informations classifiées à l'inspecteur général du ministère de la défense concernant la dissimulation au Congrès d'informations relatives à l'UAP. Il estime que son identité et le fait qu'il ait témoigné ont été divulgués "à des personnes et/ou des entités" du ministère de la défense et de la communauté du renseignement en dehors du bureau de l'inspecteur général. Il n'a pas allégué que ces informations avaient été divulguées de manière inappropriée par un membre de ce bureau.


En conséquence, Grusch a subi des mois de représailles liées à ces divulgations à partir de 2021. Il a demandé que les détails de ces représailles ne soient pas divulgués afin de protéger l'intégrité de l'enquête en cours.


L'inspecteur général de l'Intelligence Community a jugé sa plainte "crédible et urgente" en juillet 2022. Selon Grusch, un résumé a été immédiatement soumis au directeur du renseignement national, Avril Haines, à la commission sénatoriale du renseignement et à la commission permanente du renseignement de la Chambre des représentants.


La plainte a été rédigée et signée par McCullough et son associé. Elle se termine par la signature de Grusch, jointe à sa déclaration : "J'affirme solennellement, sous peine de parjure, que le contenu du document qui précède est, à ma connaissance, véridique et correct".


Une enquête de représailles a été lancée et Grusch a commencé à communiquer avec le personnel des commissions du renseignement du Congrès lors de séances privées à huis clos. Selon Grusch, certaines informations qu'il a obtenues dans le cadre de son enquête n'ont pas pu être communiquées aux membres du personnel du Congrès parce qu'ils ne disposaient pas des autorisations nécessaires ou de l'autorité d'enquête appropriée.


Un représentant de la commission permanente du renseignement de la Chambre des représentants nous a indiqué en mars que les membres de la commission n'étaient pas en mesure de commenter le contenu d'une plainte ou de confirmer l'identité d'un plaignant.



"Lorsque plusieurs agences intègrent des activités UAP dans les programmes SAP/CAP conventionnels, à la fois en tant que destinataires d'informations liées à l'exploitation et pour des raisons opérationnelles, sans rendre compte de manière appropriée aux différentes autorités de contrôle, il y a un problème", a déclaré M. Grusch, faisant référence aux programmes d'accès spécial et d'accès contrôlé, qui sont hautement secrets.

La volonté de M. Grusch de prendre des risques et de s'exprimer semble enhardir d'autres personnes ayant des connaissances similaires et qui croient en une plus grande transparence.


Jonathan Grey, l'officier de renseignement spécialisé dans l'analyse des UAP au National Air and Space Intelligence Center, s'exprime publiquement pour la première fois, sous l'identité qu'il utilise au sein de l'agence.


Le NASIC, dont le siège se trouve à la base aérienne de Wright Patterson, est la principale source du ministère de la défense pour l'analyse des menaces aériennes et spatiales étrangères. Sa mission consiste à "découvrir et caractériser les menaces aériennes, spatiales, de missiles et cybernétiques", selon le site web de l'agence. "L'équipe d'experts en la matière du centre fournit des capacités de collecte, d'exploitation et d'analyse uniques que l'on ne trouve nulle part ailleurs", peut-on lire sur le site web.


Selon M. Grey, ces immenses capacités ne sont pas simplement reléguées à l'étude du prosaïque. "L'existence de programmes historiques complexes impliquant la récupération et l'étude coordonnées de matériaux exotiques, remontant au début du XXe siècle, ne devrait plus rester secrète", a-t-il déclaré. "La majorité des matériaux exotiques étrangers récupérés ont une explication et une origine terrestres prosaïques - mais pas tous, et tout chiffre supérieur à zéro dans cette catégorie représente un pourcentage statistique indéniablement significatif."



Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous





Commenti


bottom of page