top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Une législation sans précédent sur les PAN


Traduit par le MUFON France, écrit par Christopher Mellon


À l'insu de la plupart des Américains, le président Biden vient de signer une loi de grande portée qui pourrait bientôt confirmer l'existence d'une présence extraterrestre sur terre. Les dispositions pertinentes, incorporées dans la législation nécessaire pour assurer le financement du ministère de la Défense (DoD) et de la communauté du renseignement (IC), bénéficient d'un fort soutien bipartisan à la fois à la Chambre et au Sénat.


Il s'agit sans doute du plus grand sujet que les grands médias n'aient jamais réussi à couvrir. Entre autres choses, cette nouvelle législation fournit des pouvoirs et des ressources considérablement accrus au "All-Domain Anomaly Resolution Office" ou "(AARO)", qui rend désormais compte directement aux dirigeants du département de la défense et de la communauté du renseignement. Le nom inhabituel de l'organisation vise à préciser que son champ d'action s'étend aux objets anormaux, quel que soit leur emplacement (c'est-à-dire sur terre, dans les airs, sous l'eau ou dans l'espace).


  • Mandate un examen de tous les documents de renseignement impliquant l'UAP de 1945 à aujourd'hui.


  • Demande au DoD, au DHS et à l'IC d'identifier tous les accords de non-divulgation liés à l'UAP et de les fournir au nouveau bureau AARO.


  • Demande au nouveau bureau AARO d'élaborer un plan scientifique sur les UAP afin d'évaluer les capacités parfois mystérieuses et hallucinantes signalées, ainsi qu'un plan de collecte pour exploiter le vaste appareil de renseignement technique américain afin de déterminer la provenance de ces objets, leurs capacités et leurs intentions. Cette enquête agressive sur les UAP, utilisant les capacités de renseignement inégalées de l'Amérique, est ce que j'espérais accomplir lorsque j'ai présenté les célèbres vidéos UAP du DoD ("Gimbal" et "Flir") et Lue Elizondo au NYT et aux comités de surveillance du Capitole en décembre 2017. Rappelons que M. Elizondo venait de démissionner de son poste au sein du personnel du secrétaire à la Défense pour protester contre l'inaction du DoD face aux innombrables violations de l'espace aérien restreint du DoD par l'UAP.


  • Fournit un processus sécurisé pour toute personne ayant signé un accord de secret officiel du gouvernement américain concernant l'UAP, afin qu'elle puisse révéler cette information à l'AARO et au Congrès, quel que soit le niveau de classification, sans crainte de représailles ou de poursuites. Cette disposition vise à déterminer la véracité des allégations de longue date indiquant que le gouvernement américain a récupéré des technologies extraterrestres et peut-être même des êtres extraterrestres. Le prétendu crash de l'UAP en 1947 près de Roswell, au Nouveau-Mexique, offre l'exemple le plus célèbre, mais il y en a beaucoup d'autres. Par exemple, dans son nouveau livre Trinity : The Best Kept Secret, le Dr Jacques Vallee, écrivain, scientifique et capital-risqueur de renom, présente un nouveau cas d'opérations présumées de récupération de vaisseaux spatiaux extraterrestres.


  • L'examen des documents de renseignement historiques et des accords de confidentialité gouvernementaux devrait être achevé au cours des 18 prochains mois. Ce processus pourrait à lui seul valider les affirmations selon lesquelles le gouvernement américain a dissimulé la preuve d'une présence extraterrestre près de la Terre. S'il semble incroyable que le Congrès adopte une telle législation, c'est uniquement en raison de la rareté des rapports sur les faits qui ont poussé les membres des deux partis au Congrès à s'unir pour adopter ces dispositions.



Avant même que cette loi sur les "dénonciateurs" ne soit promulguée, des personnes crédibles fournissaient au Congrès des informations alléguant que le gouvernement américain avait récupéré des technologies extraterrestres.


Ce processus a commencé en 2019 lorsque j'ai amené le Dr Eric Davis, astrophysicien, au Capitole pour rencontrer le personnel des commissions sénatoriales du renseignement et des services armés. Le Dr Davis, auteur du célèbre mémo Wilson-Davis, a fourni des informations spécifiques donnant du crédit aux rapports sensationnels selon lesquels un programme officiel du gouvernement américain cherche activement à exploiter la technologie récupérée qui a été façonnée par une autre espèce ou peut-être des machines IA avancées.


La plupart des informations fournies par le Dr Davis restent hautement confidentielles, mais la bonne nouvelle est que ces affirmations sensationnelles, qui ont le potentiel de transformer notre compréhension de l'univers et de la place de l'homme en son sein, sont maintenant prises au sérieux et font l'objet d'une enquête appropriée. J'ai amené d'autres personnes, en plus du Dr Davis et de Lue Elizondo, à la Colline et au bureau de l'AARO, et j'encourage toute autre personne susceptible de contribuer à rétablir la vérité à se manifester également.


Je ne prétends pas que les informations fournies au Congrès ou à l'AARO prouvent que la Terre a été visitée par des extraterrestres. Cependant, le Dr Davis, M. Elizondo et d'autres témoins sont d'anciens fonctionnaires crédibles qui ont travaillé sur des programmes gouvernementaux hautement confidentiels. Ayant entendu leurs rapports, et ceux d'autres personnes qui se présentent, je peux garantir que le bureau de l'AARO a des pistes sérieuses à suivre.


Les médias rendent un très mauvais service au public en ignorant la question de l'UAP, car une révélation soudaine et choquante risque d'être beaucoup plus perturbante et dérangeante que des informations traitées et absorbées progressivement. Si ces affirmations s'avèrent vraies, aveugler le public augmente considérablement le risque de conséquences négatives.



S'il est vrai que le Congrès pourrait chercher à garder confidentielles les conclusions du bureau de l'AARO, il est douteux que ces informations puissent être gardées secrètes longtemps si elles sont confirmées. Je ne dis pas cela parce que le gouvernement est incapable de garder des secrets. En fait, c'est plutôt l'inverse qui est vrai : Les programmes noirs du DoD et du DoE ne sont presque jamais compromis.


En revanche, les rapports des services de renseignement (par exemple, les rapports sur le programme nucléaire iranien) sont souvent divulgués parce que les responsables politiques veulent influencer l'opinion publique, mais même dans ce cas, les sources techniques ou humaines à l'origine du rapport sont rarement révélées. En fait, lorsque j'étais secrétaire adjoint à la défense chargé du renseignement au ministère de la défense, je ne me souviens que d'un seul cas de compromission d'un programme d'accès spécial du ministère de la défense, et c'était simplement parce que la capacité était utilisée au combat pendant la guerre du Golfe.


Dans le cas de l'UAP, cependant, les personnes qui se manifestent veulent que l'information soit divulguée, tout comme de nombreux membres du Congrès qui sont les destinataires de l'information recueillie par AARO. À cet égard, j'ai récemment eu l'occasion de demander à la sénatrice Gillibrand, l'un des principaux promoteurs de la législation, si elle serait favorable à la révélation de l'existence d'une technologie extraterrestre si le processus de dénonciation confirme ces allégations sensationnelles. Sans perdre un instant, elle a répondu : "Bien sûr ! Pourquoi pas ?" La plupart des membres du Congrès et de leur personnel, et la plupart de ceux qui se présentent en présentant des preuves, semblent convenir que le peuple américain a le droit de savoir. Il s'agit donc d'un cas où je pense que la vérité, quelle qu'elle soit, prévaudra dans un avenir assez proche.



Même si la clause de dénonciation de l'UAP et les examens des documents de l'UAP demandés par le Congrès n'aboutissent pas à la confirmation de la présence d'ET près de la Terre, les enquêtes gouvernementales et scientifiques en cours sur l'activité de l'UAP pourraient aboutir à la même conclusion. Maintenant que le stigmate anti-UAP est levé et que le gouvernement a établi des procédures de rapport sur les UAP, de nouvelles données concernant des centaines de nouveaux incidents UAP affluent. Aux dernières nouvelles, le nombre officiel de cas de PUA s'élevait à 400, et il continue d'augmenter rapidement. Si les médias sont coupables du péché d'omission lorsqu'il s'agit de rendre compte de la législation bipartisane sans précédent sur les UAP qui vient d'être promulguée, ils sont coupables du péché de commission lorsqu'il s'agit de rendre compte de manière trompeuse de l'activité des UAP détectée par le DoD et l'IC.


J'aurai bientôt plus à dire à ce sujet. Pour l'instant, je me risquerai simplement à prédire que les faits, lorsqu'ils apparaîtront, contrediront directement les récents reportages du Wall Street Journal par Holman Jenkins Jr. et Seth Shostak, ainsi que le reportage du New York Times par Julian Barnes, qui prétend que des explications conventionnelles ont été trouvées pour la plupart des rapports UAP identifiés par le DoD et l'IC. Je pense que le rapport, lorsqu'il sera publié, approfondira le mystère des UAP plutôt que de fournir des explications au nombre croissant d'incidents UAP impliquant des violations de l'espace aérien américain.



Considérez que, bien que la recherche d'intelligence extraterrestre (SETI) n'ait rien produit d'important, malgré des décennies de travail, elle est toujours considérée à juste titre comme un effort valable. L'incident SETI le plus notable s'est produit dans les années 70, lorsqu'un signal étrangement puissant et mystérieux a été détecté. Il est devenu célèbre sous le nom de signal "Wow ! Bien qu'il reste inexpliqué, il y a maintenant des raisons de croire qu'il pourrait avoir une origine terrestre.


En revanche, le gouvernement américain vient tout juste de commencer à enquêter officiellement sur les UAP à l'aide de capteurs modernes ; pourtant, nous disposons déjà de centaines de cas militaires officiels qui défient toute explication conventionnelle. Des centaines d'événements de type "Wow !", la plupart impliquant des données provenant de plusieurs capteurs ! De plus, dans certains cas, l'hypothèse ET semble être la meilleure ou la seule explication viable (par exemple, le cas Nimitz qui n'a laissé aucun doute dans l'esprit de certains pilotes et opérateurs radar de la Marine).


Je suggère donc de donner une chance au processus d'enquête de l'UAP et je suis franchement déconcerté par le fait que l'on puisse attendre du DoD ou de l'IC qu'ils aient des réponses fermes alors que le bureau de l'AARO commence tout juste à être doté d'un personnel et d'un financement adéquats.


S'attendrait-on à ce que le SETI trouve des preuves définitives de l'existence d'extraterrestres au moment où il commence à recueillir des données ? En attendant, avec cette loi récemment adoptée, les Américains ont des raisons d'espérer que nous saurons bientôt la vérité sur les allégations légendaires selon lesquelles le gouvernement américain aurait récupéré des technologies extraterrestres. Pour ceux qui sont saisis de curiosité sur la question de l'UAP, je ne peux pas imaginer un meilleur cadeau de Noël que cette nouvelle législation sur l'UAP.



Joyeux Noël, avec des remerciements particuliers aux membres du Congrès et à leurs équipes qui ont fait passer la sécurité nationale et la science avant la stigmatisation et l'ignorance.

Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous :



1 Comment


Chasseur Sanglier
Chasseur Sanglier
Dec 28, 2022

Je suis curieux de voir comment tout cela va s'organiser par rapport à LA VRAIE REALITE DU SECRET. Autrement dit, jusqu'où pourrons t'il aller dans la divulgation sans tout faire péter et compte tenu que certaines choses "......ne sont pas de votre juridiction". M.D.R !!!!!!!!!!!!

Like
bottom of page