top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

OVNIs et christianisme : Qu'est-ce que Roswell a à voir avec Jérusalem ?



Traduit par le MUFON France, écrit par Mathew L. Halsted (pasteur ordonné)


J'irai droit au but : je pense que les biblistes et les théologiens devraient parler davantage des ovnis. Ça semble fou, non ? Mais je ne plaisante pas.


Il est vrai que ce sujet est étrange. On peut difficilement penser aux OVNIs sans entendre la sinistre chanson thème de X-Files traverser sa tête. C'est un sujet souvent associé aux chapeaux en aluminium et aux personnes excentriques avec des comptes YouTube effusifs. Alors pourquoi diable - non, dans la galaxie - voudrais-je que mes collègues universitaires s'aventurent dans ces eaux troubles ? J'ai trois raisons : (1) l'intérêt du public pour le sujet augmente de façon exponentielle ; (2) de nombreux universitaires laïques très respectés ont commencé à s'exprimer sur la question ; et (3) le sujet des ovnis recoupe souvent la religion traditionnelle et les catégories théologiques qui s'y rapportent. Je m'explique.


Les OVNIs : de la stigmatisation aux projecteurs

Un stigmate social implacable a longtemps été associé au thème des ovnis - depuis les années 1940, au moins. Le facteur ridicule était si important que de nombreuses personnes, bien qu'ayant un intérêt réel pour le sujet, ne pouvaient jamais l'admettre en public. La stigmatisation était particulièrement aiguë pour les pilotes commerciaux et militaires. Pour eux, signaler une observation signifiait risquer non seulement leur réputation mais aussi leur carrière. Les scientifiques et les universitaires étaient particulièrement attentifs à ne pas aborder un sujet aussi étrange, du moins en public. Seuls les menteurs, les fous et les désorientés prétendaient voir des ovnis, après tout.


Mais tout a changé en 2017, lorsque le New York Times a publié une histoire sensationnelle qui a révélé l'étude secrète du Pentagone sur le phénomène. Le sujet est depuis devenu grand public. De nos jours, tout le monde parle des ovnis, que l'on appelle aujourd'hui UAP : Unidentified Anomalous Phenomena (phénomènes anormaux non identifiés). Presque du jour au lendemain, le facteur "woo" des UAP s'est transformé en facteur "wow", attirant l'attention non pas des fous mais de certains des plus grands universitaires et scientifiques du monde. Autrefois, le sujet était tapi dans l'ombre ; aujourd'hui, il brille sous les projecteurs de l'attention publique. Il n'est plus marginal.


Des médias grand public tels que le New York Times, Politico, le Washington Post, Fox News et CNN (pour n'en citer que quelques-uns) abordent désormais le sujet avec sérieux. Des journalistes primés, tels que Ross Coulthart et George Knapp, travaillent activement sur le sujet. (Knapp fait en fait des reportages sur le sujet depuis des décennies et est considéré comme une légende dans le domaine). En effet, il n'est pas rare aujourd'hui d'entendre des sénateurs influents comme Kirsten Gillibrand (D-New York) ou Marco Rubio (R-Floride) plaider pour une plus grande transparence sur le sujet. Le Congrès a même récemment tenu une audience publique sur le sujet (vous pouvez la regarder ici).


Le Congrès et les UAP

Récemment, le Congrès a adopté le National Defense and Authorization Act (NDAA), qui a ensuite été signé par le président Biden. La loi exige que le Pentagone "établisse un mécanisme sécurisé" pour que les membres de l'armée puissent signaler "tout événement relatif à des phénomènes anormaux non identifiés" (565).


N'importe quel autre jour, ce seul événement mériterait d'être signalé. Mais ce n'est rien comparé à d'autres parties de la loi, qui semblent tout droit sorties de la science-fiction. Par exemple, cette loi exige que le Pentagone permette le signalement de toute activité ou programme d'un département ou d'une agence du gouvernement fédéral ou d'un entrepreneur d'un tel département ou d'une telle agence concernant des phénomènes anormaux non identifiés, y compris en ce qui concerne la récupération de matériel, l'analyse de matériel, l'ingénierie inverse, la recherche et le développement, la détection et le suivi, les tests de développement ou opérationnels, et les protections de sécurité et l'application. (566)


Vous avez bien lu : La loi exige désormais du Pentagone qu'il autorise la déclaration de la "récupération de matériel" et de l'"ingénierie inverse" des UAP.


C'est pour le moins déconcertant. Le Congrès pense-t-il qu'il est possible qu'il existe du matériel récupéré suffisamment pour avoir fait l'objet d'une analyse scientifique et d'une " ingénierie inverse " ? On peut dire qu'il pense que c'est plus que possible. Le fait qu'il s'agisse d'une directive légale adressée au secrétaire à la Défense suggère que le Congrès pense qu'il est plausible que des personnes au sein du gouvernement aient connaissance de la rétro-ingénierie du matériel UAP. Qu'est-ce que le Congrès a vu derrière des portes closes qui rendrait un tel langage un tant soit peu intelligible ? Je n'en suis pas sûr. Mais de nombreuses personnes dans le public y compris des scientifiques et des universitaires de premier plan - en prennent note.


Les universitaires et les UAP

Les universitaires sont souvent réticents à commenter tout ce qui est para-normal. Étonnamment, les biblistes et les théologiens ne font pas exception à la règle. Dans son livre Encountering Mystery, Dale Allison déplore la façon dont les spécialistes chrétiens traitent souvent les expériences de mort imminente.1


Mais une révolution est en train de se produire dans la communauté universitaire au sens large. Un nombre croissant d'universitaires très respectés étudient désormais activement la PUA. Le Dr Garry Nolan, de l'université de Stanford, en est un excellent exemple. Immunologiste de recherche, le Dr Nolan a publié plus de 300 articles, a reçu des millions de dollars en subventions de recherche et est titulaire de plus de trois douzaines de brevets. C'est un vrai spécialiste. Il n'est donc pas surprenant que, lorsque la CIA a cherché quelqu'un pour mener des recherches médicales sur les personnes exposées aux UAP, elle ait demandé son aide. Au début, il a cru qu'ils plaisantaient, mais il a vite découvert qu'ils ne plaisantaient pas. Aujourd'hui, Nolan parle régulièrement et ouvertement de ce sujet. S'il admet qu'il ne sait pas ce que sont les UAP, il est catégorique : "les données sont réelles". Pour lui, les UAP méritent une étude académique.


Et un physicien de Harvard est d'accord. Avi Loeb, ancien président du département d'astronomie de Harvard, a publié de nombreux articles de recherche évalués par des pairs. Outre d'autres reconnaissances et accolades, le Dr Loeb est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences et a siégé au Conseil des conseillers en sciences et technologies du président américain. Son curriculum vitae est impressionnant, c'est le moins que l'on puisse dire. Le Dr Loeb a récemment fondé le projet Galileo qui, dit-il, "vise à démêler la nature de l'UAP". L'hypothèse derrière cette déclaration est, bien sûr, que les UAP représentent quelque chose de réel. En fait, lors d'une récente conversation avec le Dr Loeb, il m'a dit que "c'est définitivement réel" et que la seule question est de savoir ce que c'est. Il a l'intention d'utiliser son projet Galileo pour exploiter la puissance de la science moderne afin de "clarifier ce que sont ces objets". Selon lui, le sujet de l'UAP est "intriguant" et mérite une enquête scientifique.


La croyance en l'UAP : un nouveau mouvement religieux ?

Mais la science n'est pas le seul acteur du jeu. La religion a également droit à un temps de présence sur le terrain. Il est peut-être surprenant de constater à quel point les catégories conceptuelles propres à la religion traditionnelle reviennent souvent dans ces discussions.


L'un des exemples vient de Luis Elizondo, un ancien fonctionnaire des services de renseignement du ministère de la Défense qui était chargé d'étudier les phénomènes dans le cadre d'un programme connu sous le nom d'AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program). Elizondo a affirmé que de hauts responsables du Pentagone ont fait pression contre les enquêtes sur l'UAP parce que, selon eux, cela représentait quelque chose de démoniaque. Le défunt sénateur Harry Reid a dit la même chose, validant les affirmations d'Elizondo. Quelle que soit la nature réelle des UAP, elle est, à bien des égards, sans importance à ce stade. Le fait que la croyance en des êtres spirituels soit discutée dans un cadre public et dans les plus hautes sphères du gouvernement américain - est en soi une invitation ouverte aux chercheurs travaillant dans les domaines concernés à entrer dans la conversation.


Plus précisément, on peut affirmer que la relation entre la religion et les UAP est beaucoup plus étroite qu'on ne le pense. C'est ce qu'affirme le Dr Diana Pasulka, professeur d'études religieuses à l'université de Caroline du Nord, à Wilmington. Dans son livre, American Cosmic : UFOs, Religion, Technology, le professeur Pasulka affirme que la croyance dans le phénomène OVNI ressemble souvent à une dévotion religieuse. En effet, il s'agit d'une "nouvelle forme de religion".2


Elle écrit : Une observation ou un événement OVNI a souvent pour effet de changer complètement l'orientation de la vie d'une personne, un peu comme une expérience de conversion religieuse3.

La question de savoir si les phénomènes sont réels ou non n'a rien à voir ; le fait qu'il existe une croyance répandue qu'ils sont réels et que cette croyance provoque des effets dans le monde réel est suffisant pour justifier une enquête d'un point de vue sociologique et, certainement, religieux.4 Étant donné que la religion et la théologie sont souvent évoquées dans ces discussions, une réflexion théologique approfondie sur le sujet est nécessaire.


Bien qu'il soit sage de rester agnostique quant à l'origine des UAP, il est de plus en plus difficile de nier sa réalité. Dans ce contexte, les chercheurs chrétiens doivent se préparer à répondre aux questions inévitables :


Les UAP représentent-elles une autre forme de vie ? Si oui, de quelle sorte ?

S'ils sont intelligents, quel statut ontologique auraient-ils dans la création de Dieu ?

L'existence d'extraterrestres modifierait-elle la vision judéo-chrétienne selon laquelle les humains sont des porteurs d'image divine uniques ?


Pour élaborer des réponses bibliquement et théologiquement cohérentes à ces questions, nous ferions bien de nous inspirer de la sagesse de penseurs chrétiens tels que C. S. Lewis, dont la Trilogie de l'espace et The Discarded Image offrent toutes deux un aperçu de la manière dont nous pouvons réfléchir au sujet de l'UAP. Il est certain que de nombreux universitaires confessionnels se penchent déjà sur ces questions. Paul Thigpen, par exemple, a récemment publié un excellent livre qui aborde le sujet sous l'angle de diverses questions doctrinales. Le regretté Dr Michael Heiser écrit et donne des conférences sur le sujet depuis des années et a même tourné un documentaire sur les ovnis. D'autres personnes pourraient également être mentionnées.


Mais une discussion plus approfondie est nécessaire. En tant que chercheurs chrétiens, nous devrions aborder ce sujet par le biais de l'évaluation par les pairs, de présentations de conférences et de forums publics. Nous devrions également chercher à collaborer avec ceux qui travaillent dans le domaine des sciences naturelles afin de faciliter une discussion solide et un dialogue significatif. Cela garantira une approche prudente et réfléchie du sujet une démarche nécessaire, je pense, car les PAN représentent potentiellement une réalité si complexe qu'elle ne nécessitera rien de moins qu'une approche interdisciplinaire rigoureuse.


Reconsidérer l'étrange

Le fait que ce sujet soit étrange n'est pas une raison suffisante pour l'écarter. En tant que biblistes et théologiens, nous écrivons et enseignons déjà sur les choses étranges, à savoir la croyance en des expériences étranges dans un autre monde. Pour les chercheurs non-confessionnels du christianisme, le sujet reste le même : l'étude d'un mouvement de foi associé à des choses étranges comme la résurrection, l'exorcisme et les êtres d'un autre monde.


Pourquoi l'étude académique des UAPs devrait-elle être traitée différemment ? Pour ceux d'entre nous qui travaillent dans des cercles confessionnels, cependant, la question est particulièrement pertinente. En tant que chrétiens, nous croyons déjà à l'existence d'entités non humaines - Dieu, les anges, les démons et autres êtres spirituels. Pour nous, l'idée que des personnes expérimentent des phénomènes étranges ne devrait pas être considérée comme automatiquement marginale.


Peut-être pouvons-nous tirer des enseignements du récent livre de Dale Allison, Encountering Mystery (mentionné ci-dessus). Le professeur Allison est un spécialiste du Nouveau Testament au séminaire théologique de Princeton, et lorsqu'il s'agit d'être un universitaire très respecté, il est en tête de liste. Mais il n'a pas peur de parler de ses propres expériences, aussi étranges soient-elles - et certaines d'entre elles étaient très étranges.5


Commentant une anecdote personnelle bizarre impliquant un pot de miel qui disparaissait et réapparaissait mystérieusement, il dit, Cette expérience insolite, à elle seule, me dit qu'il y a plus sur terre que ce que mes professeurs de sciences imaginaient. Le monde doit être bien plus étrange que ce que nous croyons habituellement.6


Je suis sensible à la conclusion d'Allison, car je sais pertinemment que les gens vivent des expériences qui ne cadrent pas bien avec le paradigme matérialiste, j'en ai moi-même vécu une. En partageant ma propre histoire avec des amis et des collègues au fil des ans, j'ai découvert quelque chose de surprenant : beaucoup de mes interlocuteurs, y compris des universitaires, ont vécu leurs propres expériences étranges. Apparemment, des choses extraordinaires arrivent à des gens ordinaires.


Les rapports de telles expériences remontent à des milliers d'années. Comme il a dû être étrange pour les bergers de voir des entités non humaines annoncer la naissance du Messie (Luc 2:8-20). Comme il était étrange pour les Mages de voir une étrange lumière dans le ciel, les conduisant à un voyage qui allait changer leur vie (Matthieu 2:1-2). Ce qui est peut-être encore plus étrange, c'est que nous pouvons lire ces histoires intemporelles sans nous rendre compte à quel point elles sont étranges. Les chrétiens sont-ils devenus si familiers avec les histoires bibliques qu'elles sont devenues moins bizarres, moins étranges et, avec le temps, plus dociles ?


Je ne suggère pas que les anges du berger ou l'étoile de Bethléem étaient des phénomènes anormaux non identifiés, pas une minute. L'Écriture les identifie bien. Ce que je dis, c'est que, s'il y a des raisons pour lesquelles les biblistes et les théologiens ne devraient pas contribuer à la discussion sur les OVNI/PAN, le fait que ce soit étrange ne devrait pas en faire partie.


  1. Dale C. Allison, Jr., Encountering Mystery: Religious Experience in a Secular Age (Grand Rapids: Eerdmans, 2022), 139-140.

  2. D. W. Pasulka, American Cosmic: UFOs, Religion, Technology (New York, NY: Oxford University Press, 2019), 216.

  3. Pasulka, American Cosmic, 185.

  4. See Pasulka, American Cosmic, 215-239, esp 216.

  5. See e.g., Allison, Encountering Mystery, 1-7, 165-170.

  6. Dale C. Allison Jr., Encountering Mystery: Religious Experience in a Secular Age (Grand Rapids, MI: William B. Eerdmans Publishing Company, 2022), 167


Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous



#ovni #ufo #pan #uap #mufon #religion


bottom of page