• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

OVNI au-dessus d'un lac au Costa Rica : la photo qui a changé la vie d'un cartographe il y a 50 ans


Sergio Loaiza a pris sa célèbre photo le 4 septembre 1971, à 8h15 du matin, mais ce n'est que des années plus tard qu'il a appris qu'il avait capturé ce que lui et beaucoup d'autres pensent être un OVNI. (Rafael Pacheco Granados)


Traduit par le Mufon France, de Kimberly Herrera


Il y a un demi-siècle, ce cartographe a capturé une image qui, aujourd'hui, captive et intrigue à parts égales. Pour lui, les contacts avec les êtres de l'espace ont commencé dès l'enfance et il dit qu'ils ont été une constante tout au long de ses 77 ans de vie.


Sergio Loiza Vargas tient dans ses mains une photocopie en noir et blanc d'un article de presse datant de plus de quarante ans. Le titre est sans détour : "Un OVNI a été photographié au Costa Rica".


Cette note montrant la photographie avec une flèche pointant vers l'objet volant non identifié (OVNI) avait été publiée en page 4C du journal La Nación le jeudi 1er novembre 1979, faisant sensation à l'intérieur et à l'extérieur du pays.


L'image était inhabituelle car il s'agissait non seulement d'une photographie d'un prétendu vaisseau spatial extraterrestre, mais elle avait également été prise depuis un avion.


Sans surprise, la photographie a fait le tour du monde et il n'a fallu que quelques jours pour qu'elle devienne le sujet d'étude de nombreux instituts et organisations. Aujourd'hui encore, la photo fait l'objet de recherches et de débats.


Sonia Chaves n'était pas étrangère à l'actualité du 1er novembre. Dès qu'elle a vu la photo, elle a pris la page et l'a envoyée à son mari, Don Sergio, qui travaillait avec une société italo-vénézuélienne dans la zone désertique entre l'Équateur et le Pérou sur un projet de photographie aérienne.


Lorsque la nouvelle lui est parvenue, le résident de Palmares s'est demandé comment la révélation était parvenue aux médias, car l'ordre de l'Institut géodésique interaméricain, des années auparavant, était clair : "Il s'agit d'informations top secrètes".


Sergio Loiza est la personne qui, huit ans avant la publication, avait photographié cet OVNI dans le lac de Cote, dans le canton de Guatuso. L'image qu'il a capturée continue de susciter la curiosité des experts.


"Il était interdit d'en parler car c'était tabou", confie Don Sergio, aujourd'hui âgé de 77 ans.


Beaucoup ont été surpris de voir l'engin sur la photo, d'autres ont été effrayés, mais la réaction de Don Sergio a été différente : il était reconnaissant d'avoir eu l'occasion de capturer ce moment, car il dit que depuis l'âge de cinq ans, il a eu plusieurs expériences avec des ovnis et des êtres de l'espace.


Aujourd'hui, à 77 ans, avec plus de calme et en analysant ses fréquentes observations d'ovnis et d'autres expériences qu'il a vécues au fil des ans, il est difficile de répondre à sa question : "pourquoi moi, pourquoi moi ?"


Photo célèbre

Assis confortablement dans un fauteuil de sa maison, juste en face de la photo encadrée de l'OVNI accrochée au mur, Don Sergio se rappelle que tout a commencé il y a 50 ans, plus précisément le 4 septembre 1971. À l'époque, l'Institut costaricien de l'électricité (ICE) a demandé à l'Institut géographique national de dresser une carte du lac Arenal et de ses environs.


Vers 8 heures du matin, le pilote Omar Arias, le navigateur Francisco Reyes et les photographes Juan Bravo et Sergio Loiza sont montés à bord du bimoteur 680 F series aerocomander pour commencer le projet de photographie aérienne.


La nouvelle de l'OVNI au lac de la Côte a été publiée dans "La Nación" le 1er novembre 1979. (Rafael Pacheco Granados)


D'habitude, Reyes, Bravo et Loaiza se relayaient devant la caméra et ce jour-là, c'était au tour de Don Sergio de prendre les clichés.


"Faire cela de manière conventionnelle coûte beaucoup d'argent et de temps, et le temps était important à l'époque. Le plan de vol n'était pas facile non plus à l'époque, et comme il n'y avait pas de téléphone portable, il fallait qu'une personne signale les conditions météorologiques.


"Et, en fait, ce n'est qu'à partir de la treizième mission que nous avons pu trouver tout ce qui était clair pour réaliser le projet photographique", explique Don Sergio.


Pour cette mission au-dessus du lac Arenal et au cours de laquelle ils ont visité San Carlos et Tilarán, ils ont utilisé une caméra professionnelle allemande RMKA-15/23 qui pesait 100 livres et était placée sur le plancher de l'avion, dans une structure spéciale qui était mobile et réticulée, de sorte qu'ils pouvaient déplacer les degrés.


Selon le cartographe et l'expert en photographie aérienne, ce jour-là, ils ont volé à 10 000 pieds pour obtenir la carte à l'échelle 1:10 000 avec des courbes de cinq mètres que l'ICE avait demandée.


Une fois la carte terminée, Loiza dit qu'ils ont remis le projet à la CIE et qu'ils ont continué leur travail. Toutefois, deux ou trois ans plus tard, l'institution a de nouveau sollicité l'aide du National Geographic Institute, car certaines données étaient erronées et nécessitaient une nouvelle étude.


[Un rapport américain entretient le mystère sur les OVNIs en n'expliquant pas les 120 objets aperçus par des pilotes militaires].


"Par ces coïncidences de la vie, c'est à moi qu'est revenu le travail initial sur le terrain, à savoir la photo-interprétation pour marquer les points. Alors que nous étudiions les photos dans le bureau, sur de grandes tables que nous utilisions pour voir celles dont nous allions avoir besoin, un collègue m'a dit, très à notre goût : "Regarde, c'est quoi ce bordel ? On dirait une soucoupe volante.


"Nous sommes donc allés au laboratoire, avons fait un agrandissement et l'avons apporté au directeur de l'Institut géographique. Il a immédiatement appelé l'ingénieur et le directeur de l'Institut géodésique, qui était l'institution sœur parallèle au projet, et nous a dit, là, dans le bureau, que nous ne pouvions parler à personne de la photo.


"À l'époque, il y avait beaucoup de respect pour ces choses, principalement parce que nous avions une éducation différente du dénominateur commun au Costa Rica, parce qu'à l'Institut géographique, on nous apprenait à respecter ; peut-être à cause du côté militaire des choses et de l'influence de l'armée américaine, qui fournissait les avions, les hélicoptères, les voitures et même l'argent, car c'était des projets très coûteux", explique-t-il.

Sergio Loiza affirme avoir eu des expériences avec des ovnis depuis l'âge de cinq ans. (Rafael Pacheco Granados)


La première fois, ils n'ont pas vu l'OVNI, car dans le cadre du projet, ils ont pris une autre ligne de vol qu'ils n'ont pas utilisée, et c'est précisément dans celle qu'ils ont écartée que l'objet volant est apparu.


À l'Institut, ils ont réussi à garder la photographie cachée pendant près de dix ans, mais ce sont les frères Ricardo et Carlos Vílchez, représentants de l'Institut de recherche scientifique et exobiologique (ICI-CE), qui ont trouvé la photographie (dont la taille originale était de 23 centimètres sur 23 centimètres) et l'ont distribuée.


Comment l'ont-ils obtenu ?


Don Sergio ne sait pas encore.


Ce qu'il sait, c'est que l'image en noir et blanc, prise à 8 h 15 le 4 septembre 1971, est toujours considérée par différentes institutions ufologiques internationales comme l'une des meilleures photographies jamais prises d'un OVNI.


Une passion

Après avoir travaillé de nombreuses années dans son pays et à l'étranger en tant que cartographe spécialisé dans la photographie aérienne, la tribulation aérienne et l'interprétation de photos, Don Sergio passe désormais ses journées dans sa maison de Palmares, à Alajuela.


Il y conserve une série de photographies et d'articles parus au fil des ans sur les OVNI du lac de la Côte, car oui, il y en a eu beaucoup.


Il y a également plusieurs tableaux, dont l'un avec la photographie emblématique de 1971, qui lui a été offerte par sa fille Alejandra ; à côté, il y a une peinture d'un paysage nocturne dans lequel on peut également voir un OVNI.


"C'est une photo qui ne perd jamais de sa pertinence, ils m'appellent très souvent. Parfois, ils m'écrivent, mais c'est intéressant parce qu'il y a des gens qui sont en faveur du sujet, et d'autres qui sont contre ; bien que cela soit maintenant terminé, ils acceptent maintenant l'OVNI comme une réalité et plusieurs gouvernements l'ont déjà accepté", assure Loaiza.


La mort mystérieuse d'un Colombien trois jours après avoir vu un prétendu OVNI

Il indique également que depuis de nombreuses années, il reçoit des lettres et des appels téléphoniques de pays tels que le Mexique, la Colombie et le Pérou lui demandant des informations sur le sujet. Il a également pu se rendre au Brésil, en Équateur et en Suisse pour rencontrer des personnes intéressées par le phénomène des ovnis.


Et bien qu'au fil des ans, Don Sergio se soit spécialisé dans le phénomène OVNI, il ne lit pas beaucoup sur le sujet, car il assure que ses expériences lui ont permis d'en savoir plus que ce que l'on peut trouver dans les nouvelles, les livres et les films.


En fait, sa passion pour le phénomène OVNI a commencé bien avant d'apprendre que lors de cette mission, il en a photographié un au-dessus du lac de la Côte.

La photographie de l'OVNI au-dessus du lac de la Côte, à Guatuso, est devenue l'une des plus étudiées au niveau international au cours des 50 dernières années. (Rafael Pacheco Granados)


Tout a commencé lorsqu'il avait cinq ans, allongé avec son père dans l'enclos de la ferme où ils vivaient à San Carlos, apprenant l'astronomie pendant les nuits étoilées.


"Je me sens reconnaissant d'avoir vécu ces expériences, cela a changé ma perspective, mon horizon et a changé ma vie complètement à 180°. Même les expériences que j'ai vécues, ce que j'ai vu a totalement changé ma façon de penser, ma façon de voir les choses et mon moi intérieur", confie-t-il.


Mais qu'a-t-il vu ?


Bien qu'il ne parle pas beaucoup de ces expériences et préfère les garder pour lui et sa famille, Don Sergio se souvient que lorsqu'il avait 15 ans, en 1959, il a vu un OVNI s'approcher de lui. Ce jour-là a marqué sa vie.


"J'ai eu une observation très importante de ce qu'ils appellent un vaisseau mère. C'était un énorme ovni qui m'a paralysé. J'ai marché vers elle parce qu'elle était peut-être à 50 mètres, et j'ai marché parce que je n'en ai pas peur.


"L'appareil était une chose magnifique et brillante, mais à un moment donné, j'ai ressenti un malaise, j'étais paralysé en le regardant, mais j'ai aussi perdu conscience pendant un moment", dit-il.


Cependant, ce n'était pas sa seule expérience. Don Sergio affirme qu'il a eu une fois l'occasion de voir les visages des membres de l'équipage de ces objets.


Cette rencontre a eu lieu une nuit près du Cerro de la Muerte, lorsqu'il a vu un grand vaisseau lumineux.


"Je n'étais qu'à quelques mètres de là où je me trouvais, je parle de deux ou trois mètres. Il était 23 heures et j'étais assis sur le toit de la voiture, parce qu'il faisait chaud, à cause de la chaleur du moteur. Je suis sorti de la voiture et je me suis assis parce que j'ai vu une sphère descendre des tours de transmission, flottant au-dessus des buissons.


"C'était une sphère d'environ deux ou trois mètres de diamètre, avec une lumière blanche qui n'éblouissait pas mais était très forte, et cette lumière blanche devenait jaune jusqu'à atteindre la couleur orange.


"Il y avait trois êtres à l'intérieur. Il y avait un homme, une femme et un enfant, ils mesuraient environ 1,80 m, étaient blonds et avaient les yeux bleus, et je les avais devant moi comme ça. Ils étaient comme des êtres nordiques, ils ne sont pas gris comme on les peint, ils ne sont pas comme nous non plus".

Doña Sonia Chaves a prévenu son mari que sa photographie de l'OVNI au-dessus du lac de la Côte avait été publiée dans "La Nación" en 1979. Il travaillait au Pérou à l'époque. (Rafael Pacheco Granados)


"Puis l'homme a levé la main (comme s'il faisait un signe de la main), ils sont restés là quelques secondes, puis ils sont partis", dit-il.

Cependant, il ne s'agit pas d'une expérience isolée dans sa famille, car il raconte que ses parents lui ont dit qu'une nuit, ils ont été témoins de la coupure du moteur de la Land Rover dans laquelle ils voyageaient et du fait que les lumières ne s'allumaient pas, à cause d'un navire qui se trouvait au-dessus de la voiture.


"À ce stade de ma vie, je me demande encore pourquoi moi, parce qu'il y a des millions de personnes et je sais qu'il y a beaucoup de gens dans le monde qui souffrent de la même chose qui m'arrive, mais je suis de ce tout petit pays", dit-il.


Aucune réponse

Don Sergio n'a pas peur de parler de ses expériences, car il sait ce qu'il a vécu. Cependant, il préfère ne pas entrer dans les détails, car il y a toujours quelqu'un pour le discréditer. Il est convaincu que Doña Sonia et ses enfants, Sergio et Alejandra, ainsi que d'autres personnes qu'il a rencontrées et qui ont vu des choses similaires, le comprennent et le croient.


"J'ai eu d'autres types d'expériences, mais ce monde est très ingrat et bien qu'on m'ait dit que je devais faire connaître ce que j'ai vécu et mes expériences, je ne sais pas si cela vaudra la peine de faire connaître certaines choses.


"À mon âge, je ne suis pas inquiet, mais il y a certaines choses qui touchent l'âme et c'est triste quand les gens se comportent comme ça", dit-il.


En fait, le résident de Palmares pense que les êtres humains sont "à des années-lumière" de comprendre et d'accepter l'existence d'une vie extraterrestre.


"En tant qu'êtres humains, je ne pense pas que nous soyons prêts (pour les êtres d'une autre planète), je pense qu'il y a encore un long chemin à parcourir et c'est peut-être pour cela qu'ils ne se manifestent pas en masse. Nous avons accordé beaucoup d'importance au développement technologique, mais ici, il n'est resté que de la connaissance.


Et malgré le fait que pour la majorité des êtres humains, le sujet est encore tabou, Don Sergio considère que les grandes puissances du monde disposent d'amples informations sur le phénomène OVNI et les cachent, comme cela s'est produit avec la photographie du vaisseau spatial dans le lac de la Côte.


Il souligne même qu'il y a ceux qui "ont même une relation avec eux dans l'aspect technologique et scientifique", mais n'osent pas le dire.


"Les ovnis ont été classés comme objets volants non identifiés, et en réalité c'est ce que les puissances internationales voudraient nous faire croire, mais ils les ont très bien identifiés et très bien signalés. Ce qui se passe, c'est qu'ils ont fait croire au monde qu'il s'agissait d'objets volants non identifiés ; et oui, ce sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres qui nous rendent visite depuis l'espace", ajoute-t-il.

Sergio Loaiza a voyagé dans plusieurs pays, où il rencontre toujours des personnes qui lui racontent leurs expériences avec le phénomène OVNI. (Rafael Pacheco Granados)


De plus, contrairement à la croyance populaire, Don Sergio est convaincu que ces êtres, qu'il a eu l'occasion de voir plus d'une fois, sont bons.


"J'ai eu de nombreuses expériences et je peux vous dire clairement que je n'ai jamais eu d'expérience négative. Je crois que ceux qui ont des expériences négatives sont peut-être à la recherche d'expériences négatives", dit-il.


Et il ajoute : "Nous cherchons Dieu là où il ne vit pas, Dieu ne vit pas dans les autels, il vit dans nos semblables, dans l'être humain à côté de nous, dans l'enfant qui a faim et dans tout être vivant".


Depuis cette photographie du 4 septembre 1971, Don Sergio Loaiza s'est pris d'affection pour le Lac de la Côte et s'y est rendu fréquemment. Cependant, la pandémie et quelques problèmes de santé l'ont empêché de revenir sur le site ces dernières années. Néanmoins, il ne perd pas l'espoir de revenir et de flâner dans un lieu si chargé de souvenirs.


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france


#ovni #ufo #oani #costarica #uap #pan #mufonfrance