Nasa : «nouvelle découverte sur la Lune»


www.independent.co.uk

Traduction Bruno Dupont, Enquêteur Certifié MUFON France


La Nasa a suscité l'enthousiasme à travers le monde avec la promesse qu'elle révélera une «nouvelle découverte sur la Lune» dans une annonce majeure.


L'agence spatiale n'a donné aucun détail sur ce que pourrait être l'annonce, à part indiquer qu'elle «contribue aux efforts de la NASA pour en savoir plus sur la Lune à l'appui de l'exploration de l'espace lointain» et qu'elle a été réalisée avec Sofia, un Boeing 747 converti qui fonctionne comme un observatoire volant.


Mais des indices ont commencé à émerger sur ce que l'annonce pourrait être sur le point de révéler.


Dans le cadre de l'annonce de la conférence de presse - qui aura lieu la semaine prochaine - la Nasa a donné une liste complète des participants. Il comprendra quatre personnes différentes de l'agence spatiale.


Trois d’entre eux - Paul Hertz, Jacob Bleacher et Naseem Rangwala - sont tous des cadres supérieurs du personnel de diverses parties des opérations de la Nasa qui semblent avoir été impliqués dans la recherche. Ensemble, ils représentent la division d’astrophysique de la Nasa et sa direction des missions d’exploration humaine et des opérations, toutes deux basées au siège de la Nasa, et la mission de Sofia qui a contribué à la découverte.


La NASA fera une annonce majeure de «nouvelles passionnantes» sur la lune.

Mais l'autre personne sur la liste est peut-être la plus révélatrice. Le briefing comprendra également Casey Honniball, un stagiaire postdoctoral au Goddard Space Flight Center de la NASA, Greenbelt, Maryland.


Comme le souligne le blog Nasa Watch, le Dr Honniball a mené des recherches approfondies sur la manière dont nous pourrions trouver de l'eau sur la Lune.


Sa thèse de doctorat, disponible en ligne et intitulée «Télédétection infrarouge des composants volatils sur la lune», comprend un rapport selon lequel elle et son équipe avaient «développé une nouvelle approche pour détecter la molécule d'eau réelle sur la Lune», avec le technique reposant sur l'astronomie infrarouge.


Il précise ensuite que la méthode a été mise à l'épreuve en utilisant Sofia, ou l'Observatoire stratosphérique pour l'astronomie infrarouge, ce qui serait nécessaire car de telles observations ne sont possibles qu'à partir d'un «observatoire infrarouge aéroporté».


«En utilisant les données de SOFIA, nous rapportons la première détection directe de la molécule d'eau sur la surface lunaire éclairée», écrit-elle à la fin de l'abrégé.


En août, le Dr Honniball a également été l'auteur principal d'un article intitulé «Observations télescopiques de l'hydratation lunaire: variations et abondance» et publié dans le Journal of Geophysical Research: Planets. Comme le titre l'indique, cet article a exploré en détail les possibilités de l'eau sur la Lune et comment elle pourrait se comporter.


En tant que tel, la liste des noms figurant dans le briefing semble suggérer que l'annonce a quelque chose à voir avec la détection d'eau sur la Lune. Bien qu'il y ait eu des preuves qu'il peut y avoir de l'eau là-bas auparavant, ce n'est toujours pas définitif, et les chercheurs en savent relativement peu sur le comportement de cette eau ou sur l'endroit où elle pourrait se trouver.


Comme l’annonce la Nasa l’indiquait, la découverte de l’eau sur la Lune serait d’un grand intérêt alors que l’agence spatiale se prépare à retourner là-bas et à utiliser une base lunaire potentielle comme moyen de voyager plus profondément dans le système solaire, comme vers Mars.


L'eau serait la clé de ces missions, agissant à la fois comme un moyen d'hydrater les astronautes et comme un carburant pour les renvoyer soit sur Terre, soit sur d'autres planètes.

         Les principaux buts du MUFON

 

  •  ENQUÊTER  sur les cas d’observation d’ovni reçus du grand public et  intégrer les  informations dans la base de données du MUFON (CMS)  pour les rendre  accessibles aux chercheurs du monde entier.

 

  •  PROMOUVOIR  l'étude des ovnis afin de découvrir la vraie  nature  du phénomène, avec un regard sur de possibles développements  scientifiques ainsi que l’amélioration des  conditions de vie sur  notre planète.

 

  • INFORMER le public sur le phénomène ovni et ses impacts possibles  sur la société.