• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Les militaires australiens témoins d'OVNIs s'expriment


Traduit par le MUFON France, écrit par 7NEWS Spotlight


Il est environ 2 heures du matin, par une nuit claire comme du cristal, sur le pont du destroyer d'escorte HMAS Derwent de la Marine royale australienne, lorsque le militaire Andrew Roberts et quatre autres collègues de garde de nuit remarquent un objet cylindrique qui plane à 500 mètres de l'aile bâbord du pont du navire.


"J'ai levé les yeux et j'ai vu un long objet cylindrique argenté d'environ 20 mètres de long, entouré d'un halo de chaleur", se souvient Andrew.

"Il suivait le navire à moins de 500 mètres. Nous pouvions le voir très clairement dans le ciel nocturne. J'ai appelé l'officier de quart et cinq d'entre nous ont regardé cette chose pendant au moins une bonne minute.

"Alors que nous regardions, il a soudain accéléré instantanément puis a disparu au loin. L'accélération était incroyable, instantanée. Il a disparu en un clin d'œil".

C'était en 1992 ; le destroyer retournait à sa base d'origine, le HMAS Stirling en WA, après un déploiement en Asie.


Andrew était à l'époque technicien sonar à bord, mais il allait plus tard se qualifier pour devenir l'une des élites des forces spéciales de la marine australienne - un plongeur-démineur de la marine.


Andrew Roberts photographié en 1999. Crédit : Supplied


Trente ans plus tard, il est catégorique : ce qu'il a vu n'était pas un avion, un ballon ou un drone conventionnel ; en effet, il ne voit aucune explication prosaïque à ce que lui et ses compagnons de bord ont vu.


Mais il admet qu'il n'a pas été signalé à ses supérieurs ni noté dans le journal de bord du navire, probablement en raison de la stigmatisation associée au signalement de tels objets anormaux.


Des observations non signalées

"J'étais tellement intrigué par ce que nous avions vu que je suis descendu dans la salle des radars et j'ai parlé au centre des opérations radar pour voir s'ils l'avaient vu sur l'écran ; ce n'était pas le cas.

"Avec le recul, je regrette de ne pas l'avoir signalé, mais comme il n'était ni déconseillé ni encouragé de signaler de telles choses, nous étions perplexes quant à ce que c'était et nous avons laissé faire, sans jamais transmettre l'observation", dit-il.

C'était quelque chose qui n'était pas de ce monde

"Je suis également allé au centre de communication pour vérifier s'il y avait des communications avec des avions ou des navires de passage. Il n'y avait rien à part nous. Donc, cela n'a pas été signalé. Une partie du problème est de savoir ce que les gens vont penser si vous le signalez parce qu'il y a tellement de stigmates attachés aux OVNIs".

Andrew m'a raconté que des collègues lui avaient signalé d'autres observations sur des navires de la marine, dont une sphère géante lumineuse suivait un navire en mer.


Un autre ancien marin de la Marine, Elliott Seiffert, a raconté à 7NEWS Spotlight comment lui et un autre marin ont été témoins de lumières rougeoyantes très au-dessus de leur patrouilleur en mer, probablement en orbite, effectuant des manœuvres et des vitesses bien au-delà de la technologie humaine connue.


"Je pense que c'était une technologie non humaine", a déclaré Elliott.

"C'était quelque chose qui n'était pas de ce monde".


Dessin d'un OVNI apparu au-dessus d'Exmouth en 1973


Encore une fois, son observation n'a pas été rapportée. Au moment où j'écris cet article, quelques heures après la diffusion de 7NEWS Spotlight : Secrets of the UFOs, d'autres anciens militaires et militaires en service ont envoyé des courriels et des messages avec de nombreux autres récits de telles observations.


Le mois dernier, le chef de l'armée de l'air australienne, le maréchal de l'air Mel Hupfeld, a déclaré lors d'une audition de la commission des affaires étrangères, de la défense et du commerce du Sénat du Parlement que l'Australie n'avait pas l'intention de suivre le ministère de la défense des États-Unis en enquêtant officiellement sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP).


Le maréchal de l'air a insisté sur le fait que ses pilotes n'avaient signalé aucune observation récente d'objets inexpliqués dans le ciel.


Interrogé par le sénateur des Verts Peter Whish-Wilson, le patron de l'armée de l'air a confirmé qu'il n'avait pas officiellement connaissance du rapport d'enquête du Pentagone américain sur les UAP (déposé le 25 juin au Congrès).


Il ne fait aucun doute que le CAS Mel Hupfeld a ce qu'il faut ; c'est un ancien pilote de chasse hautement décoré et respecté.


Il a obtenu la Croix du service distingué pour son rôle de commandant d'escadron de combat lors de déploiements au Moyen-Orient. Mais lui et la ministre des affaires étrangères Marise Payne ont répondu aux questions sérieuses du sénateur en s'amusant légèrement de l'angle "OVNI".


La ministre a déclaré que c'était la première fois qu'elle voyait des questions posées lors d'audiences du Parlement sur "un tel sujet". S'ils avaient l'intention de se moquer des questions du sénateur, c'était une grave erreur d'appréciation.


(voir notre vidéos sous-titrée en français ci-dessous)


Une menace pour la sécurité ?

Le témoignage d'Andrew Roberts et de nombreux autres militaires et anciens militaires qui ont parlé à 7NEWS Spotlight suggère que les observations de phénomènes anormaux ne sont pas signalées comme elles devraient l'être au commandement militaire qui devrait être au courant de ces UAP. En effet, toute observation d'un objet cylindrique massif en vol stationnaire près d'un navire de la marine en service actif devrait être obligatoirement signalée.


L'une des caractéristiques essentielles du rapport du Pentagone au Congrès sur les UAP est que, à l'inverse de décennies de déni, les enquêteurs ont admis que les 143 observations entre 2004 et 2021 sur lesquelles ils ont enquêté posaient un problème critique pour la sécurité des vols et constituaient également une menace possible pour la sécurité nationale.


Un document de 1950 publié par le FBI dans le cadre de la section des lois sur la liberté de l'information et la protection de la vie privée, montre un rapport du Federal Bureau of Investigation sur les "soucoupes volantes" au Nouveau-Mexique, envoyé au directeur de l'époque, J. Edgar Hoover, en 1950. Crédit : FBI/AP


Il n'y a aucune raison de supposer que l'expérience de l'Australie serait différente, mais l'absence d'obligation de rapport dans toutes les branches de l'armée signifie qu'aucune donnée n'est conservée sur le phénomène, alors que les preuves accablantes des États-Unis suggèrent qu'elle devrait l'être.


"Il semble qu'il y ait une phobie de signaler tout ce qui ne peut être expliqué dans l'armée", me dit Andrew Roberts.

La plupart des médias grand public ne sont pas encore conscients du fait que le Pentagone américain a officiellement admis que le mystère entourant les UAP est réel et très inexpliqué.


La stigmatisation des UAP semble également décourager les militaires de venir signaler ce qu'ils voient en service actif.


Un intérêt croissant

Depuis que notre documentaire The UFO Phenomenon a été diffusé sur Channel 7 en mai et plus récemment sur YouTube, la réaction des téléspectateurs a été phénoménale et sans précédent.


L'intérêt du public pour le mystère reconnu des UAP est intense. Entre sept et huit millions de téléspectateurs ont regardé l'émission en clair, sur 7plus ou sur YouTube.


La publication de mon livre In Plain Sight a également suscité une réaction massive du public dans le monde entier.


Beaucoup de ceux qui m'ont contacté sont des vétérans de l'armée ou des services de renseignement d'Australie ou des États-Unis ayant des histoires extraordinaires à raconter sur des observations mystérieuses de phénomènes anormaux qui, le plus souvent, n'ont pas été signalées aux commandants militaires.


Je soupçonne que l'indifférence des commandants militaires et de leurs subordonnés à l'égard des phénomènes aériens non identifiés n'est pas le fruit d'une sombre conspiration des agences de défense et/ou de renseignement visant à supprimer l'existence des UAP.


Se pourrait-il que la plupart d'entre eux soient aussi confus que nous le sommes tous à propos de ce que ces objets pourraient être, et qu'il soit plus facile d'ignorer ou de ridiculiser le mystère que d'y faire face ?


Ce que l'on ne comprend pas bien, c'est que le ridicule et la stigmatisation qui sont encore attachés à la question des objets étranges dans nos cieux (et nos océans, et nos orbites) sont un retour à l'héritage d'une décision critique prise par les agences de renseignement américaines dans les années 1950, bien documentée dans les archives historiques du gouvernement maintenant publiées, montrant que la Central Intelligence Agency des États-Unis a travaillé avec l'US Air Force pour utiliser le ridicule et la moquerie afin de décourager les médias et le public de signaler le phénomène.


Ironiquement, il y a un demi-siècle, en Australie, l'un des initiés les plus éminents à exiger une enquête militaire officielle sur la réalité des UAP était lui-même un haut fonctionnaire du ministère australien de la Défense.


En 1971, Harry Turner était à la tête de la branche nucléaire de la Joint Intelligence Organisation du ministère de la Défense.


Il avait été témoin et avait enquêté sur de nombreuses observations d'objets anormaux, apparemment des vaisseaux contrôlés par l'intelligence, vus en vol stationnaire au-dessus des essais secrets d'armes nucléaires britanniques dans le désert d'Australie du Sud à Maralinga dans les années 1950 et 1960.


Le 27 mai 1971, Harry rédige un mémo virulent à l'intention de ses chefs militaires, déclarant carrément que "les premières analyses des rapports d'OVNI par les services de renseignement de l'USAF indiquaient que de véritables phénomènes étaient signalés, dont les caractéristiques de vol étaient tellement en avance sur celles des avions américains que seule une origine extraterrestre pouvait être envisagée."


Il explique comment la CIA s'est alarmée de la surcharge des communications militaires lors des observations massives de 1952 et a envisagé la possibilité que l'URSS profite d'une telle situation.


Son mémo, maintenant disponible dans les Archives nationales australiennes, admet ouvertement comment la plus grande agence d'espionnage américaine a persuadé l'US Air Force d'utiliser l'enquête du Projet Blue Book, "... comme un moyen de "démystifier" publiquement les OVNIs...".


" En érigeant une façade de ridicule, les États-Unis espéraient apaiser l'inquiétude du public ", a déclaré Harry Turner à JIO, pour " ... réduire la possibilité que les Soviétiques profitent des observations massives d'OVNI à des fins de guerre psychologique ou réelle, et servir de couverture au véritable programme américain de développement de véhicules qui imitent les performances des OVNI ".


"La RAAF, ainsi que de nombreux autres pays du monde, n'accordent de crédit qu'à la façade publique de l'USAF et semblent avoir accepté sans critique les informations associées.


"Ces informations ont été largement discréditées par des militaires américains en retraite ayant participé à des enquêtes sur les ovnis, ainsi que par des scientifiques et des particuliers", a déclaré Turner au ministère de la Défense.


Prendre les OVNIs au sérieux

Cette semaine, le Congrès américain a décidé d'officialiser les efforts visant à obliger l'armée et les agences d'espionnage à prendre beaucoup plus au sérieux les rapports sur les UAP.


La législation actuellement examinée par la Chambre des représentants exigerait la présentation régulière de rapports publics au Congrès sur les UAP, notamment pour savoir si le gouvernement américain garde secrets les vaisseaux ou technologies non humains qui se sont écrasés, et même pour suivre les effets biologiques de ces rencontres.


Les États-Unis, au moins, reviennent sur leur politique autrefois secrète de ridiculisation des UAP et reconnaissent désormais la réalité du phénomène.


Un rapport américain inclut certains cas d'ovnis précédemment vus dans les vidéos publiées par le Pentagone. Crédit : AP


Des informations confidentielles ont été communiquées aux principaux dirigeants du Congrès, ce qui suscite désormais une réaction sérieuse.


Le 19 octobre, l'administrateur de la NASA, l'agence spatiale américaine, Bill Nelson, a admis que l'une des explications des mystérieuses observations inexpliquées de la marine américaine pourrait bien être une sorte d'intelligence extraterrestre.


"Qui suis-je pour dire que la planète Terre est le seul endroit où se trouve une forme de vie civilisée et organisée comme la nôtre ?" a déclaré le chef de la NASA à son auditoire.

Il semblerait que l'armée australienne ait encore beaucoup de retard à rattraper pour faire face à la nouvelle réalité de l'UAP.


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le Mufon France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au Mufon ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france



#ovni #ufo #uap #pan #armee #raaf #australie #pentagone #mufonfrance