Le Pentagone développe un avion sans ailerons ni gouvernail


Publié par Bruno Dupont, Enquêteur Certifié MUFON France

par Yohan Demeure / SciencePost.fr


Des chercheurs ont travaillé sur un nouveau modèle d’avion dans le but d’y éliminer les ailerons, gouvernails et autres volets. Dans le cadre de ce projet, ils penchent pour un “contrôle actif des écoulements”, ce qui apporterait un aérodynamisme maximal. Comment cette technologie fonctionne-t-elle ?


Un contrôle actif des écoulements d’un avion


Dans un communiqué publié le 18 novembre, la DARPA a présenté un nouveau projet d’avion. L’agence du département de la Défense des États-Unis pour la recherche et le développement a baptisé ce projet CRANE, pour Contrôle d’avions révolutionnaires avec de nouveaux effecteurs. L’appareil reposera ici sur une technologie de contrôle actif des écoulements.


Comme le rappelle Military and Aerospace Electronics, ce projet a été mentionné une première fois durant l’été 2019. Selon les responsables, il est question d’utiliser des actionneurs (ou des effecteurs) afin d’ajouter de l’énergie ou de l’élan au flux d’air au-dessus de l’avion. Ces actionneurs se substitueront aux ailerons, gouvernails et volets habituels.

À l’aide de cette technologie, la DARPA espère optimiser les vols civils et militaires. Or, le principal intérêt est la diminution du frottement de l’air contre les engins. Voici un visuel de l’engin :


Des composants “actifs” plutôt que “passifs”


Généralement, les avions intègrent des composants dits “passifs” comme des générateurs de vortex. Ceux-ci se trouvent sur les ailes et permettent de séparer les flux. Citons également la présence de chevrons sur la tuyère d’échappement afin de réduire les émissions sonores. Or, les composants cités réduisent l’aérodynamisme de l’appareil, et ce, même lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Au contraire, le contrôle actif des écoulements modifie le champ d’écoulement aérodynamique de l’aéronef grâce à des actionneurs mécaniques. Néanmoins, il est aussi possible que cela fonctionne par aspiration ou éjection sur une aile ou un fuselage. Dans tous les cas, le dispositif peut être activé ou désactivé selon les besoins, permettant ainsi de limiter les frottements.


Selon la DARPA, il s’agit de la première fois que le contrôle actif des écoulements est directement intégré dans la conception d’un appareil. L’agence a également évoqué la collaboration d’autres sociétés telles que Lockheed Martin Aurora Flight Sciences, ainsi que des organisations comme la Georgia Tech Research Corporation pour la réalisation de ce projet.

Cette année, le Pentagone ne manque pas de projets. Rappelons qu’en octobre, le Pentagone a en effet déclaré vouloir missionner la société SpaceX pour développer un cargo du futur capable de transporter des soldats et du matériel n’importe où sur la planète en un temps record. En novembre 2020, le Pentagone a également organisé un combat inédit entre un pilote de chasse humain équipé d’un casque VR et une IA pilotant un chasseur chinois virtuel.


         Les principaux buts du MUFON

 

  •  ENQUÊTER  sur les cas d’observation d’ovni reçus du grand public et  intégrer les  informations dans la base de données du MUFON (CMS)  pour les rendre  accessibles aux chercheurs du monde entier.

 

  •  PROMOUVOIR  l'étude des ovnis afin de découvrir la vraie  nature  du phénomène, avec un regard sur de possibles développements  scientifiques ainsi que l’amélioration des  conditions de vie sur  notre planète.

 

  • INFORMER le public sur le phénomène ovni et ses impacts possibles  sur la société.