top of page
  • Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

Le mystère persistant d'un raid du FBI près de la Zone 51


Traduit par le MUFON France, écrit par Lucas Ropek


L'année dernière, la police a violemment perquisitionné le domicile d'un homme qui tient depuis des décennies un petit blog sur la Zone 51. Que cherchaient-ils ?

Lorsque des agents fédéraux ont frappé à sa porte par un matin glacial de novembre dernier, Joerg Arnu dormait encore. Réveillé par des bruits et des cris assourdissants, ce développeur de logiciels à la retraite, âgé de 60 ans, est sorti du lit en titubant pour découvrir une foule d'hommes inconnus, en tenue militaire, debout dans son foyer.


L'un des six hommes, se souvient-il, était visiblement armé et pointait une arme dans sa direction. Un autre tenait un bouclier anti-émeute. "C'est le FBI", a crié l'un d'eux. "Mettez vos mains contre le mur !" Moins d'une minute plus tard, Arnu était menotté et conduit de force à l'extérieur, vêtu seulement d'un pantalon de survêtement et d'un T-shirt. Sa maison, située dans la ville isolée de Rachel, dans le Nevada, avait été envahie par des fourgons de police. Frissonnant sous la neige qui tombait légèrement, il a été placé à l'arrière de l'un des véhicules, tandis que plus d'une douzaine d'agents du FBI et du Bureau des enquêtes spéciales de l'armée de l'air - l'aile secrète du contre-espionnage de l'armée de l'air - ont débarqué chez lui. Peu de temps après, les agents ont commencé à lui poser des questions. Une des premières choses qu'ils voulaient savoir était : "Y a-t-il des pièges sur la propriété ?" Pour Arnu, c'était une question assez bizarre. Un développeur de logiciels à la retraite et une personne âgée avouée ? Cela ressemblait-il vraiment à quelqu'un qui aurait piégé sa propre maison ?


Bien sûr, Arnu avait un passe-temps particulier qui, selon lui, pouvait intéresser les enquêteurs fédéraux : il avait passé les deux dernières décennies à tenir un blog populaire sur la "Zone 51", la base militaire isolée près de Rachel, connue pour son voile de mystère et son histoire d'OVNI. Le site d'Arnu, Dreamland Resort, publiait régulièrement des informations sur la base, y compris des articles sur son lien présumé avec des "projets noirs" et d'autres opérations gouvernementales clandestines. Lorsque la police a fait irruption dans sa vie ce jour d'hiver, il a soupçonné que cela avait quelque chose à voir avec cela. Pourtant, tenir un blog n'était pas illégal, et la force avec laquelle le gouvernement s'était abattu sur lui semblait incroyable. Qu'est-ce que les agents cherchaient exactement ? Et que pensaient-ils qu'il avait fait ?


Le matin même de la descente de police à Rachel, les forces de l'ordre fédérales ont investi une autre propriété d'Arnu, une maison à Las Vegas, où se trouvait sa petite amie Linda Hellow. Selon elle, le raid a également impliqué 15 à 20 agents armés en tenue anti-émeute. J'ai entendu et ressenti un grand "BOOM"", a déclaré Linda Hellow, qui se trouvait à l'étage lorsque la police est entrée dans la résidence. Ne me demandez pas ce que j'ai crié, probablement "Qui êtes-vous ?".


Après s'être identifiés comme étant du FBI, les agents l'ont rapidement escortée à l'extérieur en sous-vêtements (elle ne sera autorisée à s'habiller correctement que plus tard, lorsqu'un agent lui apportera un pantalon).


Arnu a partagé avec Gizmodo des photos des dommages causés par les fédéraux lorsqu'ils ont pris d'assaut les deux résidences. Elles montrent clairement des cadres de porte qui ont été violemment impactés. Arnu affirme que les agents ont également tracé de la boue sur toute sa moquette, cassé un bureau et une lampe, et laissé ses maisons dans un état de désordre. Les dommages causés par les raids s'élèvent à environ 5 000 dollars, a-t-il déclaré.


La perte la plus importante subie par le blogueur concerne toutefois les biens que la police a saisis lors des perquisitions : environ 20 000 dollars d'appareils électroniques, selon lui. Il s'agissait, entre autres, de cinq ordinateurs, de plusieurs téléphones, de disques durs externes, d'appareils photo numériques et d'un drone coûteux.


"J'aimerais vraiment récupérer mes affaires", a déclaré Arnu dans une interview. "J'ai perdu toutes les sauvegardes. J'ai perdu littéralement toutes les informations que j'avais enregistrées sur mes ordinateurs, y compris les informations fiscales, les informations financières, les dossiers médicaux - tout cela a disparu et est essentiellement pris en otage par le FBI en ce moment."

Cette semaine, cela fait plus de deux mois que le gouvernement a fait une descente dans les deux propriétés d'Arnu, mais il n'a toujours pas été accusé d'un crime. Il s'est vu signifier un mandat de perquisition auquel il manquait des dizaines de pages et qui ne donnait aucune raison à la perquisition ; les dossiers liés au mandat ont été scellés, il n'y a donc aucun moyen de savoir quel était le but de la perquisition. Il n'a pas non plus réussi à entrer en contact avec le FBI, à part une lettre du service juridique de l'agence refusant le remboursement des dommages causés pendant les perquisitions, a-t-il dit. Et, bien entendu, il n'a jamais récupéré ses affaires.


"Je crois que la perquisition, exécutée avec une force totalement inutile par des agents gouvernementaux trop zélés, était destinée à faire taire la communauté des chercheurs de la Zone 51", a récemment écrit Arnu sur son site Web.

Les questions qui subsistent autour de cette affaire n'ont toujours pas trouvé de réponse : que cherchaient les agents fédéraux lorsqu'ils ont mis à sac ses résidences de Rachel et de Las Vegas ? Pourquoi ont-ils ressenti le besoin de mener leurs raids avec une telle force ? Et qu'a fait exactement Arnu pour s'attirer leur colère ?


Mystère dans le désert

Pendant des décennies, la zone 51 a été associée aux observations d'ovnis et aux légendes extraterrestres. Mais Arnu ne croit pas aux petits hommes verts, et si vous parcourez Dreamland, vous découvrirez qu'il ne pense pas que la base militaire secrète ait quoi que ce soit à voir avec les extraterrestres. Au contraire, ce chercheur amateur affirme que la mythologie américaine des ovnis n'est qu'un écran de fumée destiné à cacher la réalité beaucoup plus banale de ce qui se passe dans la zone 51 : les essais de projets et d'avions militaires secrets.


La folie des OVNI a d'abord "commencé lorsque la zone 51 a été fondée dans les années 1950 pour le projet d'avion espion U2", a déclaré Arnu. "Tout d'un coup, les pilotes de ligne voyaient quelque chose bien au-dessus d'eux, à 80 000 pieds ou autre [où l'U2 était connu pour voler]. C'est donc à ce moment-là que toute cette histoire d'"ovni" est née pour faire diversion à ce qui se passe réellement."


Arnu a déclaré qu'au fil des ans, il a rencontré beaucoup de personnes qui ont prétendu avoir vu quelque chose d'étrange dans le ciel autour de Rachel. "En voyant à quel point il est facile de mal identifier quelque chose qu'ils voient comme un 'OVNI', je suis vraiment devenu sceptique", a-t-il dit. "J'ai fini par comprendre qu'il s'agit en réalité de l'aviation militaire".

D'autres écrivains et chercheurs sont arrivés à des conclusions similaires. L'ouvrage Area 51 : An Uncensored History of America's Top Secret Military Base, de la journaliste Annie Jacobsen, raconte comment, au plus fort de la guerre froide dans les années 1950 et 1960, la CIA a utilisé la base pour développer de nouveaux avions de surveillance afin d'espionner les Soviétiques. Parmi ceux-ci figuraient l'U-2, ainsi que l'"Opération Oxcart", un programme qui a donné naissance à de nombreux avions de surveillance et de reconnaissance.


C'est là qu'intervient le motif possible des raids du gouvernement. Selon Arnu et d'autres personnes qui le connaissent, les agents recherchaient peut-être des preuves qu'il avait photographié illégalement la base militaire.


Selon Hellow, un agent présent lors du raid de Vegas lui a dit : "Votre petit ami a pris des photos d'une installation militaire - c'est contraire à la loi." Dans un billet de blog sur Dreamland, Arnu a également déclaré que tout ce qu'on lui avait dit au sujet de l'enquête était qu'elle était "liée aux images publiées sur mon site Web de la Zone 51".


Prendre une photo non autorisée d'une installation de défense (comme une base militaire) est un délit fédéral, au même titre que chasser ou pêcher dans un refuge naturel. Elle est passible d'une amende de 1 000 dollars et d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an.


Cependant, Arnu maintient qu'il n'a jamais enfreint la loi et que le dossier du gouvernement contre lui - quel qu'il soit - n'a aucun fondement. "J'avais quelques photos [sur mon site web] de la Zone 51 qui dataient d'environ deux ans", a déclaré Arnu, qui, selon lui, étaient la raison du raid. "Elles ont été obtenues légalement. Il n'y a absolument rien d'illégal à leur sujet", a-t-il ajouté. "La plupart de ces photos n'ont pas été prises par moi, je les ai juste publiées [sur le site]". Il ajoute qu'il ne s'agissait "pas de photos classifiées" et qu'elles "n'ont pas été prises depuis l'intérieur de la frontière" - c'est-à-dire la zone située à l'intérieur du périmètre de la base qui est interdite aux civils. Arnu affirme que les photos avaient déjà été largement diffusées sur d'autres sites d'information et émissions de télévision, ce qui rend inexplicable la raison pour laquelle le gouvernement l'a pris pour cible, lui et lui seul.


Une expédition de pêche ?

En l'absence de réponses rapides de la part du gouvernement, Arnu qualifie le raid des fonctionnaires d'"expédition de pêche", c'est-à-dire d'une tentative de trouver des informations sur lui sans fondement concret. Il pense également que c'est une façon pour le gouvernement de l'intimider et de le pousser à fermer son blog. En particulier, la confiscation de l'équipement informatique qu'il utilise pour faire fonctionner Dreamland Resort ressemble, pour Arnu, à une tentative délibérée de fermer le site.


Michael German, un ancien agent du FBI qui a critiqué le bureau depuis son départ, a qualifié le cas d'Arnu de "troublant". German, qui travaille aujourd'hui au Brennan Center for Justice à New York, a déclaré à Gizmodo qu'il n'était pas inhabituel pour le FBI de mener une opération de ce type pour "envoyer un message" et pour intimider une personne ou une communauté spécifique. C'est particulièrement inquiétant étant donné le rôle d'Arnu en tant que personne impliquée dans les médias, a-t-il ajouté.


"Il est certain qu'une telle opération pourrait intimider d'autres journalistes qui écrivent sur ces programmes gouvernementaux secrets. Cet effet paralysant semble expliquer en partie pourquoi ils seraient si agressifs dans un cas où le niveau de dangerosité n'est pas clair", a-t-il déclaré. En outre, German note que le fait de cibler le matériel informatique de Joerg "fait craindre que l'intention ait été d'entraver sa capacité à exercer ses droits au titre du premier amendement".

Peter Merlin, historien de l'aviation, collègue de recherche sur la Zone 51 et collègue d'Arnu (il contribue occasionnellement à Dreamland), a déclaré que les raids semblaient destinés à décourager Arnu et d'autres personnes de s'engager dans de nouvelles recherches sur la Zone 51. Il ne blâme cependant pas tant les agents qui ont mené les raids que ceux qui ont décidé de les mobiliser.


"Il est presque inutile de s'énerver contre l'Air Force pour avoir fait cela, ou même contre le FBI", a déclaré Merlin. "Si quelqu'un vous tire dans la jambe, est-ce que vous en voulez à l'arme ? Non, vous en voulez au type qui a appuyé sur la gâchette. Ces gars ne sont qu'un outil et quelqu'un les a manifestement armés parce qu'ils voulaient envoyer un message à Joerg. Quelqu'un n'aime pas ce qu'il fait."


Le gouvernement est resté très discret sur cet épisode. Gizmodo a contacté à plusieurs reprises le FBI et le bureau des enquêtes spéciales de l'armée de l'air pour obtenir des commentaires sur les raids de novembre. Le FBI a répondu mais a refusé de commenter. L'AFOSI n'a jamais répondu.


Pendant qu'Arnu attend des réponses, il essaie de reprendre le cours de sa vie. En plus d'une série d'interviews avec la presse, le blogueur a lancé un GoFundMe pour aider à payer les dommages infligés par les raids et à financer ses frais de justice (il a maintenant engagé un avocat). Il tente également de compenser les milliers de dollars de matériel informatique qui ont disparu dans les casiers à preuves du gouvernement.


"J'ai été traité comme un trafiquant de drogue ou un criminel endurci", a déclaré Arnu lors d'une de nos interviews. "J'ai été malmené. Je suis un homme de soixante ans. Il n'y avait aucune raison de me frapper contre le mur et de me traîner hors de ma propre maison avec des menottes... Je ne vois tout simplement aucune raison de traiter une personne âgée non armée de cette façon."


Pour vous abonner à notre magazine cliquez sur la photo ci-dessous



2 Comments


Herve Cruchant
Herve Cruchant
Jan 22, 2023

Aucune image accessible au public ne saurait justifier de telles descentes de para-polices. Il faut donc réfléchir à d'autres raisons du genre abus de pouvoir : "Il est presque inutile de s'énerver contre l'Air Force pour avoir fait cela, ou même contre le FBI"..." Ces gars ne sont qu'un outil et quelqu'un les a manifestement armés parce qu'ils voulaient envoyer un message à Joerg. Quelqu'un n'aime pas ce qu'il fait." Dévoiler cette personne reste le premier obstacle à la divulgation. Avant même de connaître la réalité des engins crashés et récupérés. "Ovnis, une affaire d'Etat." Une affaire politique d'Etats. Apparemment universelle : les Etats Unis ne sont pas les seuls à utiliser les écrans de fumées, les manipulations et autres…

Like

michel-duthe
Jan 22, 2023

Comme les ovnis craschés sont récupérés par les militaires, on est encore loin de la divulgation.

Like
bottom of page