L'événement OVNI de Trans-en-Provence

Dernière mise à jour : mai 21

par Mark Cashman, Temporal Doorway (site Web maintenant disparu)


Renato Nicolai; Trans en Provence, France

Traduction MUFON France



Résumé

L'événement OVNI de Trans-en-Provence s'est produit le 8 janvier 1981 et a été observé par un seul témoin. En raison des lois françaises sur la protection de la vie privée, l'affaire a été publiée à l'origine avec le nom du témoin remplacé par le pseudonyme Renato Collini; cependant le nom du témoin est désormais bien connu de la communauté OVNI sous le nom de Nicolai.


Le récit fourni par le témoin aux autorités policières est le suivant:


Je vis à Trans-en-Provence à mon adresse actuelle depuis près de 14 ans. Ma femme et moi vivons seuls. Elle est la femme de ménage à la sécurité sociale de Draguignan. Je n'ai plus travaillé depuis novembre 1979. J'étais auparavant salarié de la société SCNI. Cette entreprise a fait faillite et j'ai été licenciée. Je reçois une pension d'invalidité parce que je souffre d'un problème cardiaque depuis 1973.


Hier, le 8 janvier 1981, j'étais occupé à la maison comme je le suis pratiquement tous les jours. J'étais derrière la maison, qui est construite sur une restanque (niveau surélevé). Je construisais un abri en béton pour une pompe à eau. Derrière ma maison au même niveau se trouve une étendue de terrain plat. On y accède par un chemin le long de la base de la maison.


Il était environ 17 heures. Le temps devenait plus froid. Mon attention fut attirée par un léger bruit, une sorte de faible sifflement. Je me suis retourné et j'ai vu un appareil en l'air à la hauteur d'un grand pin au bord de la propriété. Cet appareil, qui ne tournait pas, s'approchait du sol. J'entendais seulement un léger sifflement. Je ne voyais aucune flamme, ni en dessous ni autour de cet appareil.


Alors qu'il continuait à descendre, je me suis rapproché en marchant vers la cabane en pierre au-dessus de ma maison. Lorsque je me suis placé contre le mur de la cabane, je voyais très bien par-dessus le toit, puisque cette cabane aussi est construite sur un niveau. J'étais au niveau supérieur, à environ 1,2 m du toit. De cette position, j'ai clairement vu l'appareil posé au sol. Tout de suite, il a décollé, émettant toujours un léger sifflement. Atteignant un point au-dessus des arbres, il partit à grande vitesse vers la forêt de Trans, c'est-à-dire vers le nord-est.


Lorsque l'appareil s'est décollé, j'ai vu quatre ouvertures en dessous, par lesquelles ni flamme ni fumée ne s'échappaient. L'appareil a lancé un peu de poussière lorsqu'il a quitté le sol. À cet instant, j'étais à environ 30 m du site d'atterrissage. Plus tard, je suis allé sur place et j'ai remarqué un cercle d'environ 2 m de diamètre. À certains endroits le long de la circonférence du cercle, il y avait des traces comme des écorchures ...


L'appareil avait la forme de deux soucoupes, l'une inversée sur l'autre. Il doit avoir mesuré environ 1,5 m de hauteur. C'était la couleur du plomb. Cet appareil avait une arête tout autour de sa circonférence. Sous la machine, j'ai vu deux sortes de pièces pendant qu'elle se décollait. Il peut s'agir de réacteurs [1] ou de pieds. Il y avait aussi deux autres cercles qui ressemblaient à des trappes. Les deux réacteurs, ou pieds, s'étendent à environ 20 cm sous le corps de la machine.


Je n'ai ressenti aucune perturbation du sens de la vue ou de l'ouïe. [2]


Certaines parties du compte obtenues par un enquêteur civil sont également pertinentes:


Là [le témoin] découvre une sorte de véhicule ovoïde, avec la forme générale de deux demi-sphères de volume inégal, clairement séparées par un rebord plat, s'étendant sur au moins 15 cm et formant un anneau autour de la masse métallique qui a une… hauteur de entre 2 et 2,5 m /… La machine se soulève en produisant une légère quantité de poussière et avec un léger sifflement. Puis il semble s'incliner, exposant son dessous, et il décolle à une vitesse fulgurante, passant exactement entre les deux grands arbres, à l'endroit exact d'où il avait semblé tomber.


Le témoin a noté que la trajectoire d'atterrissage n'est pas identique à la trajectoire de décollage. [3]


Le GEPAN (un département de l'Agence spatiale française chargé de l'enquête sur les rapports d'OVNIS) a également reconstruit la trajectoire et la durée.


Trajectoire : Le témoin déclare avoir commencé à percevoir le phénomène dans le ciel au-dessus des arbres à l'arrière de la grande plate-forme, plus précisément entre les deux grands conifères qui dominent le bois. M. Nicolai déclare que le mouvement a été rapide et continu, sans changements brusques de vitesse, et qu'il n'y a eu aucun arrêt jusqu'au moment où le contact avec le sol a été établi… La trajectoire de départ est décrite par le témoin comme similaire à la trajectoire d'arrivée …


Son… Il le compare à un vent qui souffle assez fort. Il ne dit pas [4] si le son s'est arrêté ou non pendant l'atterrissage. Le choc au point d'impact a été rappelé comme celui d'une pierre tombant au sol [5]…


La phase de décollage… l'objet s'est reposé sur le sol pendant plusieurs secondes [6] avant qu'il ne monte soudainement verticalement sur plusieurs mètres, s'incline… a continué à monter dans cette position et a disparu dans le ciel. [7]


Notez que cet objet est engagé dans le comportement que j'ai appelé «drop-in», où l'objet arrive sur une trajectoire raide et part sur une trajectoire raide, avec seulement une courte période à l'atterrissage ou près du lieu d'atterrissage.

Rapport d'analyse des preuves de trace

Alors que plusieurs analyses de la trace d'atterrissage d'OVNI de Trans-en-Provence ont été effectuées, aucune analyse n'est connue de cet auteur qui tente de contraindre quand dans la séquence d'événements la trace s'est formée, ou les implications de ce temps de formation pour l'énergie éventuelle niveaux de sortie et taux de chute de la force qui a créé la trace. Cet article décrit une justification pour considérer que la trace s'est formée au départ, et que la sortie d'énergie qui a formé la trace a une diminution relativement rapide avec la distance. Description de la trace

La trace a été retrouvée par le témoin immédiatement après le départ de l'objet. La trace était circulaire, de 2,4 m de diamètre, et avait la forme d'un anneau de 0,2 m de largeur (on prétend qu'il y a une «couronne» à la trace qui n'a que 0,1 m de largeur [12], [13] ). À noter que le témoin a rapporté l'objet entouré d'une étagère d'environ 0,15 m de largeur [14]. Les photographies [15] montrent la trace d'une couleur plus claire que la saleté environnante. Il reste de la végétation (feuilles et bâtons) des bords du chemin où l'objet a atterri croise la trace (dès le lendemain). Il ne semble pas y avoir d'orientation préférentielle pour ce matériau, et il ne semble pas non plus affecté par la pression ou le chauffage. En combinaison, cela indique la possibilité que soit a) la force qui a produit la trace n'ait aucune composante vers l'extérieur ni vers l'intérieur, ou b) le matériau a été balayé en arrière sur la trace soit au moment ou après le départ de l'objet. Notez que le témoin a mentionné le départ de l’objet comme ayant soulevé de la poussière. Le sol de la trace est plus léger que le sol voisin, semble légèrement surélevé ou croustillant et porte des stries radiales. Ces stries ne sont pas parfaitement radiales, mais sont légèrement incurvées dans le sens des aiguilles d'une montre et sont légèrement irrégulières. L'anneau de trace montre ces formations plus en évidence sur les côtés directement est et ouest de l'anneau. Le côté nord de la trace montre un degré légèrement inférieur du même effet. La largeur de l'anneau photographiée et schématisée ne montre aucun écart notable, ni la circularité de l'anneau ne montre d'écart notable. Hypothèse sur le moment où la trace a été formée Les hypothèses suivantes sont possibles quant au moment de la formation de la trace: La trace s'est formée au moment où l'objet a décéléré. La trace s'est formée lorsque l'objet a percuté le sol. La trace s'est formée lorsque l'objet reposait sur le sol. La trace s'est formée lorsque l'objet est sorti du sol. La trace s'est formée lorsque l'objet a plané avant d'accélérer. Aux fins de ces hypothèses, on suppose que la trace est un effet secondaire d'une force exercée par l'objet. Discriminateurs

Il existe des discriminateurs qui peuvent aider à sélectionner la plus probable des hypothèses: Les discriminateurs géométriques concernent les attentes de la géométrie de la trace en fonction du comportement dynamique de l'objet. Les discriminateurs énergétiques concernent si une hypothèse donnée peut, à partir de l'énergie cinétique présente ou requise, générer le changement de température attendu sur la base de l'analyse des traces. Faits importants La trace est circulaire, en forme d'anneau. Aucun écart notable par rapport à la circularité ne semble être présent. Aucune autre trace n'est visible. Les effets de trace les plus importants sont E, W et légèrement moins au N sur l'anneau. La trace montre les effets d'un chauffage en dessous de 600 ° C. On pensait que cet échauffement était dû au frottement ou à l'impact [16], [17]. La trace est un anneau de 0,2 ou 0,1 m de largeur. Le diamètre extérieur est de 2,4 m. Si le diamètre intérieur est de 2,2 m, la surface de l'anneau est de 41,4 m². Si le diamètre intérieur est de 2,3 m, la surface de l'anneau est de 21,15 m². La trace montre des effets à une profondeur de 1 cm dans la zone la plus épaisse de la trace. Le volume de la trace est donc de 0,04 m3


Hypothèses


La masse de l'objet est de 700 kg. L'accélération due à la gravité est de 9,8 m / s / s, et la vitesse après une chute de 10 m est de 14 m / s ou 50 km / h. L'énergie cinétique de la masse de 700 kg à la fin de cette chute est de 6,86 x 10 ^ 11 ergs (6,86 x 10 ^ 6 joules).

L'objet s'est engagé dans un mouvement vers l'avant pendant la descente. Il a d'abord été observé à 35 m du point d'impact. La vitesse de marche avant est de 34 km / h, en supposant une décélération constante sur 3 secondes jusqu'à une vitesse de 0. L'énergie cinétique avant est donc, à première vue, 3,07 x 10 ^ 11 ergs (3,07 x 10 ^ 6 joules).

L'énergie totale de l'objet (cinétique et potentiel) à sa première apparition est de 9,93 x 10 ^ 11 ergs (9,93 x 10 ^ 6 joules). Il s'agit, en substance, du bilan énergétique de l'objet, dont on suppose qu'il doit être dissipé avant ou au moment de l'intersection avec le sol.

Une force a été émise sous la forme d'un cylindre avec une paroi de 0,1 à 0,2 m d'épaisseur et ce cylindre s'étendait perpendiculairement au bord de l'objet, et cette force était le moyen par lequel la trace était formée. Ceci est soutenu par la correspondance entre la largeur de la jante et la largeur du cercle.

Le matériau de l'objet a une chaleur spécifique similaire à celle du magnésium (1,01 / g - degré C ou 1001 / kg - degré C) [18]

Le sol a une chaleur spécifique 1/5 de celle de l'eau (838 joules / kg - degré C) [19].

Évaluation


Le mouvement vers l'avant effacerait la trace de la circularité, ce qui n'est pas observé.

Un mouvement vers l'avant avec le cylindre de force dirigé vers la trace ferait en sorte que le cylindre de force ait une intersection ovale avec le sol, qui se rapprocherait de la circularité lorsque l'objet s'approchait du site de trace. Ceci n'est pas observé.

Il n'y a aucun effet préférentiel sur aucune partie de la trace qui se trouve le long de la ligne de déplacement (WNW entrant, ENE sortant). Les effets préférentiels ne montrent pas de corrélation avec la ligne de déplacement.


Si l'objet a conservé un mouvement vers l'avant, les objections soulevées contre l'hypothèse précédente sont toujours valables.

Si l'objet avait dissipé tout mouvement vers l'avant, le seul mouvement restant serait vers le bas. Si toute l'énergie potentielle verticale, maintenant cinétique, était dissipée dans la trace, une augmentation de température de seulement 1,36 ° C en serait le résultat. Ceci est insuffisant pour provoquer l'effet observé. L'ajout du mouvement vers l'avant n'augmente la température que de 0,61 degré C.

L'empreinte d'un impact montrerait les «pieds» plutôt que la forme de la jante, à moins que les pieds ne soient étendus jusqu'au départ. Si les pieds n'étaient pas présents, l'empreinte prendrait la forme du bas de l'objet. Dans les deux cas, l'empreinte attendue n'est pas respectée.


L'empreinte de l'objet posé au sol montrerait une empreinte des pieds plutôt que la forme de la jante, à moins que les pieds ne soient étendus jusqu'au départ. L'empreinte attendue n'est pas respectée.

Un poids de 700 kg subissant une accélération gravitationnelle ne peut pas produire les niveaux de chaleur observés.


La trace s'est formée lorsque l'objet est sorti du sol


Ceci est soutenu par la forme de la trace, qui indique que la force a été appliquée dans un modèle presque circulaire; s'il est libéré du bord de l'objet, ce qui est suggéré par les dimensions de la trace, il n'y a pas de variations apparentes de géométrie qui pourraient être attribuées à une oscillation ou à un balayage du cylindre de force d'un côté ou de l'autre.


Il existe plusieurs possibilités quant à la façon dont la trace aurait pu se former à ce moment:


La pleine force de la poussée a été exprimée comme la pression sur le sol dans la zone de l'anneau. Si c'est le seul contributeur à la formation de traces, cette pression doit être suffisante pour chauffer le sol à une température affective inférieure à 600 degrés C.

La poussée s'exprimait par l'énergie cinétique des particules qui dissipaient leur énergie sous forme de chaleur lors de l'impact avec le sol. Ces particules peuvent être moléculaires, atomiques ou subatomiques (c'est-à-dire électrons, protons, etc.)

Le rayonnement électromagnétique a été dissipé sous forme de chaleur dans la zone de la trace. Ce rayonnement pourrait être un effet secondaire de la poussée.

La sous-hypothèse 1 n'est pas prise en charge, car la poussée maximale suggérée (91 840 kg dans le scénario de 0,5 s à 5 m) crée une pression de seulement 2 atm, soit 23 000 kg / m2. Ceci n'est pas suffisant pour produire le chauffage indiqué.


En supposant que l'énergie cinétique des particules de la sous-hypothèse 2 soit la même que l'énergie cinétique de l'objet à la fin de la phase d'accélération, le degré de chauffage le plus élevé produit serait proche de 3 degrés C. Ainsi, la sous-hypothèse 2 n'est pas prise en charge


Les informations disponibles sont insuffisantes pour évaluer la sous-hypothèse 3. Comme nous ne savons pas grand-chose sur le spectre des rayonnements possibles, il est difficile de faire des estimations quant à la quantité d'énergie qui pourrait être nécessaire pour créer l'échauffement observé.


Toutes ces hypothèses et chiffres doivent être examinés, en gardant à l'esprit que l'estimation du poids est basée sur les effets de poids sur la trace, et si le poids de l'objet n'a pas causé la trace, les forces de trace peuvent simplement refléter le poids de la trace. objet combiné avec la force de la poussée. Dans ces circonstances, les estimations de poussée, d'énergie et de poids utilisées ci-dessus seraient beaucoup moins significatives, sauf dans la mesure où elles fournissent des limites supérieures aux valeurs réelles.


5. La trace s'est formée lorsque l'objet a plané avant d'accélérer


Etant donné que les poussées et les énergies de l'hypothèse 4 (sauf pour la sous-hypothèse 3) sont insuffisantes pour produire la trace, les forces en vol stationnaire à une altitude plus élevée seraient également insuffisantes. Une autre preuve que tel est le cas provient d'une analyse géométrique, qui montre que l'inclinaison ultérieure de l'objet aurait produit un allongement de la trace, ou une variété de traces secondaires paraboliques ou hyperboliques, dont aucune n'a été observée.


Résultats :


Des preuves géométriques indiquent que la trace ne s'est pas formée à l'approche, à l'impact ou pendant la phase d'inclinaison vers la phase finale de départ.


La preuve de conversion d'énergie cinétique en chaleur indique que la trace n'a pas été formée lors de l'impact ou par l'objet reposant sur le sol, ou par la poussée de l'objet au départ exprimée soit en pression, soit en énergie cinétique des particules éjectées du bord du objet.


Ces résultats confortent l'idée que la trace Trans-en-Provence représente un événement non conventionnel.


Ces découvertes placent également certaines conditions limites sur les forces utilisées par l'objet Trans-en-Provence. Par exemple, il semble que l'objet n'a pas généré de force produisant des traces sur le sol pendant la phase d'approche, malgré la nécessité de dissiper une énergie cinétique apparemment considérable dans la direction descendante et avant. De plus, il n'a apparemment pas généré de force produisant des traces sur le sol pendant la phase d'inclinaison pour départ. Dans ces deux phases, l'altitude semble avoir été d'environ 10 m.


Cela indique une force extrêmement localisée. Un hélicoptère de taille similaire, par exemple, planant à 10 m créerait une importante perturbation au sol en raison du flux d'air descendant des rotors.


Suggestions pour de futures enquêtes sur les traces :


Les mesures de poids sont essentielles. Même un poids limite supérieur ou inférieur peut être utile dans les simulations dynamiques. Mais aucune information sur le poids de l'objet ne peut être déduite sans mesures de la résistance du sol à la pénétration. La profondeur de la trace ou la résistance à la pression de la trace n'a pas de sens sans mesures de contrôle à l'extérieur et à une certaine distance de la trace.

Les mesures dimensionnelles doivent être précises. La zone autour d'une trace doit être vérifiée pour les traces subsidiaires. Ces caractéristiques géométriques doivent pouvoir être vérifiées pour la moindre irrégularité ou déformation.

Si possible, des carottes doivent être prélevées sur la trace et dans les zones de contrôle à l&#