• Nouvelles Ufologiques par le MUFON France

DES TÉMOINS DE LA MARINE DÉCRIVENT UNE RENCONTRE AVEC UN PAN EN 2004 À BORD DU USS RONALD REAGAN


Traduit par le MUFON France, écrit par Dave BEATY, Sean MUNGER et Craig LABADIE


Plusieurs membres de la marine américaine ayant servi à bord de l'USS Ronald Reagan (CVN-76) affirment avoir rencontré un mystérieux objet volant en forme d'orbe en 2004 alors qu'ils étaient en service au large de la côte est des États-Unis. Près de vingt ans plus tard, l'incident ne s'explique toujours pas.


Des témoins qui se trouvaient à bord du super-porteur à propulsion nucléaire de classe Nimitz la nuit de l'incident ont décrit avoir vu un objet rond lumineux de 20 à 40 pieds de large, qui est soudainement apparu et a commencé à planer au-dessus du pont d'envol du navire.


Pour ajouter à l'étrangeté de l'événement, les marins qui en ont été témoins affirment que leurs commandants semblaient indifférents au fait qu'un grand orbe rougeoyant ait été signalé comme survolant le navire, et qu'ils ont poursuivi les opérations normales sans ordonner de mesures défensives.


Aujourd'hui, The Debrief s'est entretenu avec près d'une douzaine de témoins de l'incident de 2004, ce qui a permis de documenter cette observation remarquable de phénomènes aériens non identifiés (PAN) par plusieurs membres de la marine américaine.


CONTEXTE : L'USS RONALD REAGAN


Le 12 juillet 2003, l'USS Ronald Reagan (CVN-76) a été mis en service et est devenu le neuvième superporteur à propulsion nucléaire de la classe Nimitz. D'une longueur de 1 092 pieds, le navire supporte actuellement :


Un équipage total de 5 680 membres (souvent appelés "76" en raison de la désignation CVN-76).

Un équipage de 2 480 membres de l'air

Plus de 80 avions

Deux réacteurs nucléaires Westinghouse A4W

Jusqu'à 260 000 CV et une vitesse maximale de 30 nœuds.

En 2003, l'USS Ronald Reagan a fait escale sur la côte Est pour effectuer des essais en mer. Cette zone d'opérations dans l'océan Atlantique s'étendait de la Floride à la Virginie en utilisant le complexe naval Virginia Capes Range Complex (FACSFAC VACAPES), les zones d'opérations navales de Cherry Point et les zones d'opérations de Jacksonville (FACSFAC JAX).


Entre janvier et mai 2004, le porte-avions a subi des certifications secondaires du pont d'envol au large de la côte Est dans le cadre de la disponibilité post-exploitation (PSA), un processus de certification pour les navires militaires nouvellement acquis qui permet de corriger les déficiences constatées lors de la croisière d'exploitation initiale. Le 27 mai 2004, le Reagan a quitté Norfolk pour entamer une longue circumnavigation autour de l'Amérique du Sud jusqu'à son port d'attache permanent à San Diego, en Californie.



DÉTACHEMENT DE L'ESCADRE AÉRIENNE


Pendant la disponibilité post-shakedown de l'USS Ronald Reagan, diverses certifications du pont d'envol étaient en cours et les escadrons utilisaient le navire pour s'entraîner. L'escadron de test et d'évaluation VX-23 "Salty Dogs" a effectué des tests en vol depuis le navire en juillet 2003, tandis que le VFA-15 "Valions" a également effectué des évaluations du pont d'envol en mai 2004, bien qu'il semble qu'aucune escadre aérienne permanente n'ait été attachée au navire pendant cette période. En mai 2004, la Carrier Air Wing 11, normalement attachée à l'USS Nimitz, a embarqué 25 % de ses appareils à bord de l'USS Ronald Reagan pour un transit en Amérique du Sud. Il convient de noter que la VFA-41, "The Black Aces" - célèbre pour la rencontre "Tic Tac" du capitaine de frégate David Fravor en 2004 - était également à bord du navire (bien qu'il ne soit pas clair si Fravor faisait partie de ce détachement à ce moment-là).


LA RENCONTRE AVEC L'UAP DE L'USS RONALD REAGAN


Au cours de l'enquête en cours de The Debrief, nous avons identifié et interrogé cinq témoins qui se trouvaient à bord de l'USS Reagan au moment de l'incident, et qui ont tous été en mesure de fournir des récits de première main sur l'UAP. Dans le cadre de ce processus, la vérification du service militaire a été effectuée à l'aide des documents de séparation militaire DD-214, du carnet de bord officiel de l'USS Ronald Reagan de 2004 et des déclarations de témoins corroborantes.


Bien que de multiples entretiens et vérifications de dossiers aient été menés, aucun des témoins avec lesquels nous avons parlé n'a pu se souvenir de la date précise de la rencontre.



TÉMOIN 1 DE L'UAP


Karol Olesiak était un quartier-maître de 3e classe et un quartier-maître sur le Ronald Reagan au moment de l'incident. Il était chargé de la navigation du navire et travaillait à la table de navigation depuis le pont principal. Il était également responsable du journal de bord officiel de l'USS Reagan pendant la rencontre.



Le jour de l'événement UAP, Karol était quartier-maître de quart (QMOW) entre 20h00 et 12h00. Cette tâche l'obligeait à se présenter à la table de navigation de la passerelle principale et impliquait la coordination des manœuvres du navire.


M. Olesiak a raconté à The Debrief que lorsqu'il est arrivé pour prendre la relève du quart précédent ce soir-là, le quartier-maître de quart sortant a indiqué que quelque chose se passait déjà à ce moment-là, sans toutefois donner d'autres informations. Cependant, il est vite devenu évident pour Olesiak que quelque chose se passait à l'extérieur, au-dessus du pont d'envol.


Je suis presque sûr que "ça" était là", a déclaré Olesiak. "Et ils étaient comme, 'Je ne sais pas ce que c'est. Je m'en fiche. Vous voyez ce que je veux dire ? Comme s'ils avaient une attitude du genre 'Je vais à mon rack. Je m'en fous. ... ne m'embêtez pas avec cette merde'... Donc cette 'chose' est là, pendant toute la durée de mon quart et parce que les officiers l'ignorent, je suis obligé de l'ignorer."


Olesiak a souligné que tout le monde faisait des quarts de 16 heures et qu'à moins qu'un problème ne mette la vie en danger, la plupart des problèmes étaient prioritaires. Il a déclaré que sa formation antérieure dans un camp d'entraînement l'avait endoctriné à ne pas remettre en question les ordres. L'officier de quart a poursuivi les opérations normales du pont, a-t-il dit. M. Olesiak a déclaré avoir vu un grand objet rond, orange et incandescent, dont la surface était enflammée, planer à environ 100 pieds au-dessus du pont d'envol. Il dit avoir vu cet objet directement à travers les fenêtres de la passerelle, à hauteur des yeux. Olesiak dit que la surface de l'objet lui a rappelé les descriptions bibliques du "buisson ardent".


"Dans l'église orthodoxe orientale, ils expliquent le buisson ardent comme une énergie non brûlée", a songé Olesiak. "Quand vous le voyez, vous êtes envoûtés par sa nouveauté. Vous ne l'avez jamais vu auparavant. C'est vrai ? Vous n'avez jamais vu d'énergie négative... mais elle est là. Vous ne savez pas ce que c'est, l'expérience de voir quelque chose que vous n'avez jamais vu auparavant."


M. Olesiak a souligné que l'officier de quart et l'officier commandant sur la passerelle n'ont pas été alarmés par l'objet. Ils ont continué à travailler comme si rien d'inhabituel ne se passait. Lorsqu'on lui a demandé de préciser pourquoi il n'avait pas signalé son observation, M. Olesiak a déclaré que sa formation l'obligeait à s'en remettre aux officiers supérieurs. Puisqu'ils l'avaient observé et qu'ils ne réagissaient pas, il lui incombait également de rester à son poste. "C'est un problème quand quelqu'un dit que c'est un problème. C'est un problème quand quelqu'un vous dit que c'est un problème", a-t-il déclaré. Karol a déclaré qu'il était surpris que les opérations aériennes se poursuivent.


"Et c'est regarder les avions, c'est regarder les avions être lancés", a-t-il dit. "Pour moi, même si je ne l'avais jamais vu avant, je pensais que c'était naturel et que, vous savez, que c'était une chose organique que nous aurions, peut-être une autre forme de vie, peut-être, mais quelque chose que nous comprendrions dans le futur".


Karol n'a vu l'objet que depuis sa position sur le pont. Il ne se souvient pas d'avoir vu l'objet arriver ou se déplacer autrement qu'en suivant la vitesse du navire qui, selon lui, avançait à 22 nœuds d'après les opérations de vol. Il pense que l'objet était au même endroit pendant toute la durée de son quart de quatre heures.


Olesiak a d'abord parlé de l'observation sur son site Web en octobre 2021 (l'enquêteur de l'UAP Keith Basterfield a porté cet article à l'attention de Dave Beaty pour ce rapport). Vous pouvez également entendre plus de Karol Olesiak dans cette interview vidéo avec Dave Beaty (ci-dessous) :


TÉMOIN 2


Derek Smith est entré dans la marine en février 2002 en tant que matelot (SN) dans le service de pont responsable de l'entretien et des opérations des navires. Il a également reçu une formation de vigie. Les vigies sont formées à la reconnaissance visuelle des aéronefs, des navires et des mammifères marins. Au moment de l'observation, M. Smith dit qu'il se trouvait à l'extérieur sur une passerelle supérieure qui entourait la superstructure de l'île du navire. Cette position de vigie avant tribord se trouve à environ 50-75 pieds au-dessus du pont.


Smith a déclaré qu'il était avec une stagiaire au moment de l'observation (appelée ici "témoin 3"). Peu après leur arrivée au poste de veille, leur attention a été attirée par un grand objet lumineux de couleur orange qui planait au-dessus du pont d'envol à plusieurs centaines de pieds devant eux, juste au-dessus de l'axe central du navire à l'avant de l'île.


"Je suis assis là à regarder cette chose, et je ne pouvais pas dire ce que c'était", a déclaré Smith à The Debrief. "Il y avait une forme. C'était ovale... ça n'avait pas l'air solide, mais ça avait une forme."


Derek a déclaré qu'il avait signalé l'observation au centre d'opérations tactiques (TOP) du porte-avions, comme il le devait, en utilisant le microphone à alimentation sonore et le casque que les guetteurs utilisaient. Il a également déclaré avoir regardé l'objet à travers les jumelles "big eyes" montées sur le pont. Il a dit que l'objet ressemblait à un objet autolumineux "rougeoyant, gazeux".


Il semblait également avoir une surface tourbillonnante "en mouvement", mais il n'a pas pu l'identifier comme étant un avion ou un hélicoptère. Smith se rappelle avoir observé l'objet pendant plusieurs minutes.


"A tribord avant, vous aviez, je dirais, environ 70% du pont d'envol devant vous. Je me souviens que nous regardions le pont d'envol et qu'il y avait des aviateurs à l'intérieur et qu'elle et moi nous regardions simplement l'un l'autre. Et puis nous avons regardé le pont d'envol et tous les gens pendant que le pont d'envol regardaient vers le haut vers l'objet".


TÉMOIN 3


Accompagnant le BMSN Derek Smith sur la vigie pendant l'événement, une femme stagiaire ou "UI" (en cours d'instruction), appelée ici "Témoin 3", souhaite rester anonyme. Le Debrief s'est entretenu avec le Témoin 3 en avril 2022 au sujet de l'observation, et elle a pu confirmer plusieurs détails fournis par Smith et Olesiak.


Le témoin 3 déclare n'avoir communiqué avec aucun des autres témoins au cours des 19 dernières années et n'avoir jamais lu l'article d'Olesiak sur l'observation. Selon le témoin 3, elle n'est arrivée sur le navire qu'en novembre ou décembre 2003, sur le chantier naval de Newport News. Lors de la rencontre, le témoin 3 dit qu'elle suivait une formation avec Smith, qu'elle appelle "Smith D". À un moment donné, ils ont tous deux pris conscience de la présence d'un grand " objet rond et lumineux qui planait au-dessus du pont d'envol ", à quelques centaines de pieds au-dessus d'eux, et qui arpentait le navire, qui était alors en marche.


Le témoin 3 a déclaré que Smith lui a demandé d'appeler le centre des opérations pour signaler le contact aérien, et que lors de l'appel, elle a été accueillie avec un certain scepticisme à la radio, et on lui a demandé si elle "fumait du crack".


Se démarquant des récits d'Olesiak et de Smith, le témoin 3 a déclaré se souvenir que la première observation avait eu lieu avant le coucher du soleil, vers le crépuscule, et que le temps était nuageux à ce moment-là. Elle se souvient également avoir vu l'objet s'éloigner dans les nuages. Le témoin 3 dit se souvenir que les opérations tactiques ont également signalé avoir eu un contact radar de recherche aérienne pendant l'événement.


Après que j'ai appelé ....., ils ont dit : "Tenez-nous au courant de ce qui se passe. Et puis c'est resté avec nous. Je ne me souviens pas combien de temps il est resté avec le navire, mais il est resté avec le navire pendant un certain temps. ...Il nous a juste suivi. Et ils étaient comme, "Eh bien, quelle est votre position avec le soleil ?". J'ai répondu : "Ce n'est pas le soleil".


Le témoin 3 a également déclaré que les personnes travaillant sur le pont d'envol observaient l'objet, certains d'entre eux avec une inquiétude croissante.


"Il y avait un groupe d'entre eux", se souvient le témoin 3, "[que] nous avions vu en bas et qu'ils avaient regardé vers le haut et pointé vers le haut et ils ont tous décollé... Ils ont juste couru hors du pont d'envol. Ils ont laissé tomber leurs affaires et ont décollé, et c'est à ce moment-là que nous avons levé les yeux et que nous nous sommes dit : "Qu'est-ce que c'est ?" Il y avait une énorme boule au-dessus de leurs têtes, vous savez ?


Le témoin 3 a décrit l'objet comme un grand "objet rond avec une couleur orange rougeoyante et des bords d'apparence floue", des bords solides mais non définis. La couleur intérieure était tourbillonnante comme dans une "vidéo scientifique du soleil en gros plan", a-t-elle dit. Elle a décrit une série soudaine de manœuvres en demi-cercle juste avant que l'appareil ne "s'envole dans les nuages" à une vitesse extrême.



Le témoin 3 a déclaré qu'ils n'étaient pas engagés dans des opérations de vol pendant l'observation. Ces exercices avaient été terminés plus tôt et le service de l'air était occupé à sécuriser l'équipement lorsque l'observation s'est produite. Elle dit que son quart s'est terminé après la tombée de la nuit et se souvient d'avoir été sur la passerelle en rotation sur le poste de barre sous le vent avec Derek Smith et d'avoir entendu d'autres personnes de quart faire des commentaires sur l'OVNI. Elle se souvient également d'instructions selon lesquelles aucune entrée dans le journal de bord ne devait être faite au sujet de l'événement.



TÉMOIN 4


Patrick Gokey s'est engagé dans la Marine en août 2003 et, après une formation de base et une "école A", il a été affecté sur l'USS Ronald Regan en novembre 2003. Il a embarqué sur le navire au chantier naval de Newport News en tant que matelot. M. Gokey pense que les observations ont eu lieu pendant les essais en mer, au cours desquels le porte-avions sortait en mer pour des périodes d'une à deux semaines pour effectuer des qualifications entre décembre 2003 et mai 2004. Il se souvient qu'on lui a dit : "Nous sommes dans le triangle des Bermudes".


La nuit de la rencontre avec l'UAP, il dit avoir été affecté à la veille de 20h00 à 00h00, et la première fois qu'il a observé l'objet, c'était depuis le poste de veille avant tribord sur la passerelle de l'île. Il dit que jusqu'à 10 postes de vigie étaient occupés pendant cette période et qu'ils faisaient une rotation des postes toutes les heures.


"J'ai juste vu cette boule orange, orange vif, et elle était ondulée, mais d'une certaine manière toujours solide comme un plasma presque", a déclaré Gokey à The Debrief. "Et elle est apparue au-dessus du pont d'envol. Peut-être à 200 pieds du pont d'envol. Elle est restée là pendant environ 30 secondes."


M. Gokey a déclaré à The Debrief qu'il se souvient que des opérations de vol étaient en cours et que des dizaines de membres du personnel aérien se trouvaient sur le pont d'envol en dessous de lui. Il a déclaré qu'après un certain temps, il a observé l'objet qui s'éloignait rapidement.


"Il ne semblait pas bouger du tout, nous étions en mouvement pendant les opérations de vol, et il semblait rester avec nous. Mais sans aucun mouvement que l'on puisse discerner. Après cela, il a juste fait trois demi-cercles, juste 1, 2, 3, et il était parti. Je veux dire, juste en un clin d'oeil, il était parti. Et donc c'était assez bizarre et, vous savez."


"Je l'ai signalé", a dit Gokey, notant que "d'autres personnes l'avaient signalé".


Pendant l'une de ses rotations, M. Gokey dit qu'il était posté au poste de vigie de l'arrière du navire. Cette zone est une passerelle située à l'extrémité arrière du porte-avions, sous le pont d'envol, et offre une vue imprenable sur l'arrière du navire. C'est au cours de cette veille qu'il a une nouvelle fois repéré un objet.


"J'étais seul sur la passerelle et j'ai vu la même chose", a déclaré Gokey. "Il est revenu près de nous sur le fantail et il a plané, vous savez, peut-être à une trentaine de mètres dans les airs, à la même, vous savez, peut-être à la même distance derrière, il a fait trois demi-cercles et il est parti."


M. Gokey a déclaré qu'il pensait que l'objet était plus proche cette fois-ci et semblait avoir les mêmes caractéristiques et la même description que le premier objet. Sur la base de sa description de l'objet arpentant le vaisseau et effectuant trois mouvements similaires en demi-cercle juste avant que l'objet ne "décolle" rapidement, il pense qu'il était sous contrôle intelligent.


"Oui, il était contrôlé d'une manière ou d'une autre", a déclaré Gokey. "Ça ne pouvait pas être aléatoire."


TÉMOIN 5


Au moment de l'observation, la personne identifiée ici comme le "Témoin 5" (qui a également souhaité rester anonyme) était le second de quart du maître d'équipage (BMOW). Ses fonctions comprenaient la supervision de toutes les vigies et la tenue d'un journal de bord de maître d'équipage à son poste à l'intérieur du pont, et il relevait de l'officier de quart (OQ).


Le témoin 5 a déclaré qu'il était en contact avec toutes les vigies, y compris Derek Smith, le témoin 3 et Patrick Gokey, ainsi qu'avec les autres vigies en service. Dans sa déclaration à The Debrief, le témoin 5 dit que lorsqu'il a pris son poste ce soir-là, il a été contacté par son chef, qui lui a dit de sortir et de voir pourquoi les vigies "s'amusaient à parler d'OVNI dans l'intercom". Le témoin 5 dit qu'il est immédiatement sorti, prêt à "engueuler" les vigies.


En s'approchant du poste de vigie avant tribord, il a dit avoir immédiatement observé un grand objet rond à environ 200 pieds au-dessus du pont d'envol, devant lui. Il a déclaré que l'objet était "orange vif", et semblait être quelque peu "flou" et comme une "tache". L'objet n'a pas éclairé le pont d'envol du navire et sa couleur était similaire à celle des lampes de travail orange utilisées sur le navire la nuit. Il a remarqué que des aviateurs travaillant en dessous sur le pont d'envol regardaient cet objet, mais il a dit qu'aucune opération aérienne n'était en cours à ce moment-là. Il a dit qu'il n'a pas vu l'UAP arriver, partir ou faire des mouvements pendant les quelques minutes où il l'a observé.


"C'était comme une tache translucide, vraiment translucide", a-t-il dit. "On pouvait en quelque sorte voir à travers et c'était... comme une lampe à lave Elle avait ce type de mouvement... Elle semblait presque visqueuse, mais dans l'air, et elle bougeait."


Le témoin 5 a déclaré à The Debrief que, bien qu'il puisse sembler inhabituel à la plupart des civils que les officiers ne semblent pas avoir été alarmés par la vue de cet objet, il a dit que tout le monde fonctionnait avec un manque de sommeil et une quantité importante de travail physiquement éprouvant. À l'époque, le témoin 5 a déclaré qu'il s'était interrogé sur l'inaction des officiers, mais qu'il avait conclu qu'elle était "au-dessus de mon niveau de rémunération".


Plus inquiétant, cependant, lorsque le témoin 5 est retourné à son poste de veille sur la passerelle et a commencé à noter l'observation dans son journal, son chef lui a dit de "l'arracher". (Note de la rédaction : Le Debrief a communiqué avec le bureau des affaires publiques de la marine du Témoin 5 pour demander la permission au membre du service actif de s'exprimer sur le dossier, mais n'a reçu aucune réponse à ce jour).




RECHERCHE DE LA DATE


La détermination de la date exacte de l'incident, qui s'est produit il y a près de vingt ans, présente ses propres difficultés. Karl Olesiak pensait à l'origine que l'événement avait pu se produire pendant la manœuvre d'évitement de l'ouragan Isabel, en septembre 2003. Alors qu'un gros ouragan menaçait la côte est, l'USS Ronald Reagan et 40 autres navires ont quitté la station navale de Norfolk pour affronter la tempête.


Cependant, deux autres témoins principaux interrogés par The Debrief ont déclaré qu'ils n'étaient pas montés à bord du navire avant novembre 2003. Sur la base des déclarations de ces témoins, il semble que l'événement se soit produit entre décembre 2003 et mai 2004, lorsque le Reagan a quitté Norfolk pour San Diego.


A QUOI RESSEMBLAIT L'UAP DES USS RONALD REAGAN ?


Les diverses descriptions de l'objet par les témoins primaires étaient largement cohérentes. En supposant que les témoins ont décrit avec précision l'objet qu'ils ont vu, celui-ci semblait avoir les caractéristiques visibles suivantes :



Grossièrement de la taille d'un avion de chasse (10-40 pieds de large)

En vol stationnaire 100-200 au-dessus du pont d'envol à l'avant de l'île

Jaune, orange, rougeâtre, couleur feu

Rond ou ovale latéral, "une tache".

Apparence de surface gazeuse avec des mouvements à la surface.

Apparence de surface brûlante - comme dans les vidéos scientifiques du soleil.

Les bords ne sont pas plats et symétriques. Bords rugueux. Bords flous

Opacité translucide possible

Autolumineux - pas de lumière réfléchie

Pas d'illumination du pont d'envol par l'objet.

Aucun son ou odeur provenant de l'objet n'a été signalé

Deux témoins ont observé des mouvements en vol stationnaire et en demi-cercle lors du départ de l'objet.

Deux témoins ont vu l'objet partir à une vitesse rapide.


CAUSES PROSAÏQUES POSSIBLES


Très peu d'explications prosaïques correspondent à toutes les observations rapportées par les témoins. Pourtant, certaines recherches scientifiques sur les phénomènes aériens lumineux tels que les éclairs en boule et les lumières sismiques ont permis d'obtenir des données suggérant que, dans certaines conditions rares, des processus naturels peuvent donner lieu à des manifestations visuelles similaires de formes aériennes lumineuses.



Dans le cas des phénomènes de lumières sismiques (EQL), plusieurs études ont présenté l'hypothèse selon laquelle les couches rocheuses fortement sollicitées au sein des lignes de faille géologiques peuvent produire des émissions lumineuses précédant les séismes.


Dans leur article de recherche cosigné en 2014, "Prevalence of Earthquake Lights Associated with Rift Environments" Robert Theriault, du Ministère de l'Énergie et des Ressources Naturelles du Québec, France St-Laurent, un chercheur indépendant en géophysique, Friedemann Freund de la NASA, et John Derr, un scientifique retraité de l'United States Geological Survey, soutiennent que des rapports de manifestations lumineuses ont été observés près des lignes de faille pendant des événements sismiques.


Ces manifestations lumineuses, disent les auteurs, sont le résultat de décharges électriques produites par des conditions de forte tension dans la croûte terrestre, et sont souvent "décrites comme des flammes accompagnées de fumée sortant d'une fissure du sol... des bolides ressemblant à des météores passant dans le ciel au moment du tremblement de terre, ou un brouillard ou des nuages lumineux". Après avoir étudié 65 rapports écrits d'EQL datant des années 1600 jusqu'en 2009, les auteurs théorisent que les décharges à haute énergie ionisent l'air, ce qui crée ces luminosités plasmatiques.


Dans le cas du tremblement de terre de Saint-Fidèle (Charlevoix) au Québec Canada le 19 août 1979, plusieurs témoins ont rapporté avoir vu des boules lumineuses :


"...trois livreurs de journaux ont vu des globes lumineux se déplaçant très rapidement au-dessus de la rivière Saguenay en direction du SE. À un moment donné, un globe rouge lumineux a été vu près de la croix de Sainte-Anne (qui est située sur une falaise au-dessus du côté nord de la rivière Saguenay) et l'encerclant, avant de continuer son chemin vers le SE en émettant des éclairs de lumière rougeâtre. Un autre globe clignotant a également été remarqué au-dessus d'un très grand arbre".


Les différences notables entre les rapports de l'EQL et de l'UAP du USS Ronald Reagan incluent l'apparition de lumières clignotantes, ou de colonnes lumineuses sortant de la couche terrestre. En outre, les 65 rapports examinés par les scientifiques susmentionnés se sont tous produits au-dessus de la terre ferme. Les témoins de l'USS Ronald Reagan ont également signalé que l'UAP était en vol stationnaire et qu'il effectuait ce qu'ils ont perçu comme une manœuvre contrôlée avant de s'échapper rapidement (The Debrief a contacté les coauteurs de l'article sur l'EQL cité ci-dessus pour savoir si de tels rapports se produisaient en mer, mais n'a reçu aucune réponse au moment de la publication).



SECRET TECH ?


Le matériel militaire a toujours été à l'origine de rapports d'OVNI, comme les vols d'essai du bombardier furtif B2 et du chasseur furtif F117 avant qu'ils ne soient connus du public. Une technologie de la marine qui pourrait créer des boules lumineuses aériennes de plasma est référencée dans une demande de brevet de 2018 intitulée "Système et méthode de plasma induit par laser pour une contre-mesure de missile à domicile infrarouge" par Alexandru Hening.


L'invention utilise des impulsions laser ultra-rapides pour créer un filament ou un canal de plasma appelé "filament de plasma induit par laser" (LIPF) derrière un aéronef afin de tromper les missiles à tête chercheuse de chaleur en remplacement des fusées de contre-mesure traditionnelles. Ces leurres de plasma produits par laser peuvent être en 2D ou 3D et focalisés à une distance et une position souhaitées. Hening a apparemment travaillé au Space and Naval Warfare Systems Center Pacific (maintenant appelé Naval Information Warfare Center Pacific) sur ce projet secret de "bouclier à plasma" depuis 2012.


La demande de brevet pour le projet indique :


"En tramant le plasma, il est possible de générer des images volumétriques 2D ou 3D dans l'espace. Cela est analogue au tramage d'un faisceau d'électrons dans une télévision à tube cathodique. Dans un mode de réalisation potentiel, un système laser serait monté à l'arrière d'un véhicule aérien de sorte que le faisceau puisse être tramé à l'aide d'optiques et de miroirs pour générer une grande image "fantôme" dans l'espace. Cette image "fantôme" semble détourner le missile autodirecteur du véhicule aérien tangible. Dans un deuxième mode de réalisation, il peut y avoir plusieurs systèmes laser montés à l'arrière du véhicule aérien, chaque système laser générant une image fantôme de sorte qu'il semblerait que plusieurs véhicules aériens soient présents. "



Image tirée de la demande de brevet américain US20200041236A1 de 2018 (déposée par le ministère américain de la Marine).


Le développement de leurres à plasma induit par laser par la Marine a déjà été confirmé dans les années passées. Il s'agit notamment de technologies utilisées pour créer des leurres susceptibles de protéger les navires de guerre, ainsi que les avions. Cependant, il n'est pas clair si la Marine avait un système laser-plasma opérationnel déployé en 2004.


En 2018, Aerial Burton, une entreprise technologique japonaise, a fait la démonstration de son propre système de plasma induit par laser "Aerial 3D" permettant de projeter des objets en 3D dans l'air (voir la vidéo ci-dessous). Plusieurs des témoins de Reagan ont déclaré ne pas avoir vu d'équipement inhabituel sur le pont d'envol qui pourrait être la source de l'objet qu'ils ont vu. Derek Smith a déclaré que ce qu'il a observé ne semblait pas être une projection, ni le "bat signal" (The Debrief a contacté Alexandru Hening, l'inventeur du brevet de la Marine, pour obtenir des commentaires, mais n'a pas reçu de réponse à la date de ce rapport).


UNE ÉVENTUELLE DISSIMULATION ?


L'un des aspects les plus déroutants de cette rencontre est l'absence de réaction de la part de la chaîne de commandement de l'USS Reagan. Karol Olesiak a rappelé que le capitaine n'était pas sur la passerelle et qu'il n'a été ni appelé ni informé, à sa connaissance, alors qu'il était présent. Il a déclaré qu'aucun quartier général ni aucune mesure défensive n'ont été pris sur la passerelle. Plusieurs témoins ont rapporté que des blagues sur le "Triangle des Bermudes" ont été mentionnées. M. Olesiak a déclaré que l'absence de réaction de tous lui rappelait le conte populaire intitulé "Les habits neufs de l'empereur", dans lequel l'empereur parcourt la ville dans des vêtements "invisibles" et les habitants ignorent l'homme de peur de le dévisager et d'admettre qu'il est en réalité nu.


Luis Elizondo est un ancien agent spécial de contre-espionnage de l'armée américaine et un ancien employé du bureau du sous-secrétaire à la défense pour le renseignement. Il est également l'ancien directeur du programme AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification), un programme gouvernemental qui, selon lui, a déjà étudié les observations d'UAP militaires.


Elizondo a déclaré à The Debrief qu'il connaissait des cas similaires où l'on s'efforçait d'ignorer les événements en cours.


"Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce n'est pas la première fois que des témoins oculaires d'un UAP se comportent de la même manière", a déclaré Elizondo. "Il y a des cas que nous avons rencontrés dans l'AATIP où certains observateurs semblaient presque hypnotisés par l'événement, à tel point qu'après l'événement, ce n'est qu'après l'événement que les gens se grattaient la tête et disaient, oh mon Dieu, avons-nous vu ce que nous avons vu ?


Une autre observation troublante des témoins est qu'ils disent avoir vu et entendu des officiers donner l'ordre à l'équipage de ne pas consigner cet événement dans le journal de bord officiel du navire. En outre, Patrick Gokey faisait sa rotation sur le pont et il affirme avoir observé un officier ordonner à ses subordonnés de retirer des pages de son journal de bord.


"Je me souviens que l'un des officiers sur le pont a ordonné à quelqu'un de retirer les pages du journal de bord du pont", se souvient Patrick Gokey, "ce qui pour moi était la chose la plus surprenante parce qu'on m'a toujours dit dans la marine que tout ce que vous écriviez dans ce journal de bord était un document légal et que vous ne pouviez pas, vous savez, le détruire, arracher quelque chose comme ça. C'était donc la chose la plus surprenante pour moi."


Le témoin 5, qui était second de quart debout, s'est souvenu que lorsqu'il avait consigné l'observation dans son "Greenbook" ou le journal officiel du quart, un officier supérieur lui avait ordonné de "déchirer cette merde". Il a précisé qu'il ne s'agissait pas du journal officiel du pont du navire tenu par les quartiers-maîtres, mais plutôt d'un journal moins formel tenu par les membres du quart.


Le témoin 3 a déclaré qu'il avait été demandé aux vigies de ne pas noter l'observation et Karol Olesiak, qui tenait le journal de bord officiel, a déclaré qu'il n'avait pas non plus noté l'observation.


"J'ai demandé si je devais noter cela. Vous savez, et je pense que j'ai peut-être demandé à l'officier commandant de bord et je ne me souviens pas exactement de ce qu'il a dit, mais l'impression que j'ai eue était que cela ne devrait pas être dans le journal officiel. "Karol Olesiak QM3


Elizondo a dit qu'il connaissait des cas d'UAP qu'il a examinés où le stigmate même de la déclaration officielle d'un cas dans les journaux de bord a été évité pour garder le dossier propre de ce qui était considéré comme un "sujet marginal, ou un sujet non crédible."


Il y a en fait un terme qu'ils utilisaient qui... était en fait "enregistrez-le et rayez-le"", explique Elizondo. "Donc, en gros, ils devaient enregistrer ces incidents, mais ensuite, ils les rayaient comme s'ils n'étaient pas arrivés. Donc, ils suivaient leurs ordres de l'enregistrer, mais ensuite ils le rayaient. Donc en fait, vous savez... ils font ce qu'on leur dit de faire, mais en même temps, ça n'est pas signalé."


SIMILITUDES AVEC D'AUTRES INCIDENTS


Depuis 2017, de nouveaux détails ont été révélés concernant plusieurs incidents impliquant des membres de la marine américaine qui disent avoir observé des UAP dans l'exercice de leurs fonctions. Ces événements comprennent un incident notable de 2004 impliquant le Carrier Strike Group 11 de la Marine, communément appelé "incident Nimitz", ainsi qu'une série de rencontres radar-visuelles signalées par le personnel de la Marine à bord de l'USS Theodore Roosevelt, survenues entre 2014 et 2015. Depuis 2020, The Debrief a également fait état de plusieurs incidents similaires impliquant du personnel de la marine américaine, et a également confirmé l'implication du Pentagone dans les enquêtes en cours sur ces incidents.


Les UAP incandescents rapportés par l'équipage de l'USS Ronald Reagan ont une apparence similaire à d'autres rencontres militaires UAP rapportées remontant à plusieurs décennies. En mars 1967, le lieutenant Robert Salas était commandant adjoint de l'équipe de combat de missiles de l'installation de lancement de missiles Oscar Flight à Malmstrom AFB, dans le Montana. Il s'agissait d'un complexe de silos de missiles ICBM Minuteman, et selon Salas, les gardes de sécurité de la base lui ont signalé par radio la présence d'une "boule rougeoyante" au-dessus de la porte d'entrée de la base. Peu après cet appel, il a signalé que 8 à 10 missiles ICBM Oscar Flight s'étaient éteints.


Un autre garde de l'installation de lancement d'Echo Flight, située à proximité, lui a ensuite écrit pour lui signaler qu'il avait vu passer un objet "de couleur rouge ou rouge orangé" qui "brillait" et ressemblait "à une boule de feu" et "n'avait pas de forme distincte et semblait être rond". Huit à dix autres missiles nucléaires ont ensuite été mis hors service à l'Echo Flight Launch Facility. Ces arrêts de missiles documentés, qui seraient liés à des observations d'UAP, restent inexpliqués et ont été relatés en détail dans le livre de Salas, Faded Giant, coécrit avec James Klotz.


Des objets de couleur orange ressemblant à des boules de feu ont également été signalés comme faisant des incursions dans d'autres installations nucléaires militaires. Le 28 octobre 1975, à Loring AFB, dans le Maine, le sergent Steven Eichner, chef d'équipage d'un bombardier B-52, travaillait avec le sergent R. Jones et d'autres membres d'équipage lorsque ce dernier a repéré un "objet rouge et orange" au-dessus de la zone de stockage des armes nucléaires. Il ressemblait à un "ballon de football étiré", a déclaré Eichner.


L'équipage s'est mis en chasse et a rapidement repéré un objet à 300 pieds de lui, qui planait à 1,5 mètre du sol. Il n'émettait aucun son et était de "couleur rouge-orange", de la taille de 4 longueurs de voiture. Eichner a décrit l'objet "comme si toutes les couleurs se mélangeaient, comme si vous regardiez une scène de désert... Il y avait ces vagues devant l'objet et toutes les couleurs se mélangeaient. L'objet était solide et nous ne pouvions entendre aucun bruit en provenant" (les événements en question, ainsi que des documents gouvernementaux connexes, ont été détaillés par les chercheurs Barry Greenwood et Larry Fawcett dans leur livre Clear Intent : The Government Coverup of the Ufo Experience).


Elizondo a déclaré à The Debrief qu'il connaissait bien ces types d'UAP, ajoutant que "ce qui semblait être ces orbes ou ces boules lumineuses ressemblant presque à du plasma, et certains ont même émis l'hypothèse que cela ressemblait à quelque chose qui nous est familier, (et) pourrait être comparé à des véhicules aériens sans pilote, des UAV, ou des drones, en gros, des sondes, si vous voulez, qui sont liés à l'UAP et potentiellement, même lancés et déployés depuis un véritable vaisseau UAP".


Lynda Thompson, une enquêtrice de terrain du MUFON qui a examiné la base de données privée des observations d'OVNI de l'organisation à la recherche de rapports en forme de "boule de feu", a déclaré à The Debrief que du "1/1/95 au 4/24/22, il y a eu un total de 91 190 rapports avec 4 773 orbes et 839 semblables à Saturne. Ainsi, plusieurs de ces derniers pourraient correspondre à la description, et plusieurs sont également décrits comme un orbe."


Une autre base de données nationale de rapports d'UAP est le National UFO Reporting Center (NUFORC). Selon le site Web du NUFORC, "la fonction principale du centre au cours des quatre dernières décennies a été de recevoir, d'enregistrer et, dans la mesure du possible, de corroborer et de documenter les rapports de personnes ayant été témoins d'événements inhabituels, peut-être liés à des ovnis." Sur les 138 017 rapports en ligne, 9 605 ont la forme d'une "boule de feu", ce qui représente environ 6,96 % de tous les cas.


CONCLUSIONS


La rencontre avec l'USS Ronald Reagan en 2004 est à la fois profonde, mais aussi déroutante, compte tenu des déclarations des témoins. Les cas d'UAP sont souvent critiqués en raison du manque de preuves physiques, et ce cas ne fait pas exception. Ce qui distingue cette rencontre, cependant, c'est le nombre et la qualité des témoins. Parmi leurs qualifications, la plupart avaient reçu une formation de guetteur pour repérer des avions connus.


Sur les dix vétérans de la marine, cinq sont des témoins principaux qui ont vu personnellement l'objet et se souviennent de l'événement de manière indépendante. Plusieurs de ces personnes n'avaient jamais parlé de cet incident au cours des 18 années écoulées depuis qu'il s'est produit. Bien que la majorité d'entre eux ne se souviennent pas de la date et de l'heure exactes, ils disent se souvenir de ce qu'ils ont vu. Les détails varient légèrement, mais il n'y avait pas de différences généralisées dans les déclarations ou d'indications évidentes de tromperie. Selon chacun d'entre eux, beaucoup d'autres de leurs compagnons de bord ont été témoins de l'événement depuis le pont d'envol ou les divers autres ponts et services. Ils estiment que de 50 à 300 autres personnes étaient présentes pendant les heures qu'a duré l'événement.


L'absence de réaction des officiers de quart et l'ordre de ne pas enregistrer l'événement sont également curieux, mais peuvent s'expliquer par une réticence à reconnaître un phénomène bizarre à une époque où les personnes qui signalaient des observations d'OVNI étaient encore stigmatisées. Selon les pilotes et les officiers à qui nous avons parlé, cela pourrait également affecter l'avancement de leur carrière.


Aujourd'hui, une chose est sûre : les incidents de ce type doivent obligatoirement être signalés selon les directives récemment établies par la Marine et envoyés au nouveau groupe de synchronisation de l'identification et de la gestion des objets aéroportés (AOIMSG) au bureau du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité (OUSD(I&S)). Selon un mémo du secrétaire adjoint à la Défense, Kathleen Hicks, ce bureau est chargé de coordonner avec d'autres agences fédérales la "détection, l'identification et l'attribution" des UAP et "l'évaluation et, le cas échéant, l'atténuation de toute menace associée à la sécurité des vols et à la sécurité nationale".


Une chose est sûre : si un événement concernant l'USS Ronald Reagan se produisait aujourd'hui, il est peu probable que le public entende un jour des détails tels que ceux présentés ici, car ils seraient désormais tenus secrets. Des fiches d'information récentes de la Marine provenant du bureau des affaires publiques du DoD pour le chef de l'information et le bureau de l'information de la Marine (CHINFO), obtenues par une demande de FOIA par le chercheur Marc Cecotti, décrivent "l'assistance pour répondre aux demandes des médias liées à l'UAP" et déclarent que "les informations obtenues, sous quelque forme et de quelque source que ce soit, impliquant des UAP, sont classifiées".


En d'autres termes, aucune information non autorisée sur les UAP ne sera communiquée à l'avenir par les membres du service militaire, puisque tous les rapports sur les UAP militaires sont désormais considérés comme classifiés. À la lumière de ce qui précède, la signification du témoignage que nous relatons ici, vécu par de nombreux militaires à bord de l'USS Ronald Regan en 2004, est d'une importance capitale pour permettre au public de mieux comprendre ce que d'innombrables membres de nos forces armées disent avoir vécu pendant leur service.


Vous aimez nos articles ? Partagez les et faites découvrir le MUFON France !


Vous pouvez nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/MufonF


Vous souhaitez adhérer Au MUFON ou nous aider, cliquez ici !


Vous pensez avoir vu un OVNI ? Un seul reflexe, cliquez ici !


Nos Podcasts ici : https://anchor.fm/mufon-france